Images de page
PDF

Il avait vécu comme Achille,
Il meurt au même âge que lui.

ses

Quelle perte pour tes provinces!
Quand la Suède pleure son roi,
Pologne, le plus doux des princes
Cesse aussi de régner sur toi. ..
Il t'en reste encor l'espérance...
Sois son asile, heureuse France,
Séjour des rois dans leurs malheurs :
S'il perd des sujets trop volages,
Tui lui remplaces leurs hommages
Dans ceux qu'il reçoit de nos coeurs.
Sous une couronne héritée
Souvent un roi vit sans splendeur;
Une couronne méritée
Fait la véritable grandeur:
Que Bellone ensuite ou les trames
La ravissent aux grandes ames
Qui la tenaient de l'équité,
Loin de perdre rien de son lustre,
Leur grand cour d'un malheur illustre
Tire une nouvelle clarté.
Oui, ta fuite , injuste fortune,

[graphic]

N'enlève rien à la vertu :
Qu'elle abatte une ame commune,
Stanislas n'est point abattu..?
Sensible à sa valeur sublime,
Reviens et répare ton crime;
* Le ciel t'en ouvre les chemins :

De son héroïque famille
Dans le sein d'une auguste fille
Il éternise les destins.

Ainsi, par d'heureux avantages,
Le sang des héros Jagellons
Va couler pendant tous les âges,
Joint au sang des héros Bourbons :
Cette source illustre et féconde
Donnera des vainqueurs au monde,
Et des maîtres à nos neveux;
Et les souverains de la France
Compteront avec complaisance
Stanislas entre leurs aïeux.

[merged small][graphic]

Conserve sur tes vertes rives
Ces beautés champêtres et vives
Par qui ses yeux sont réjouis :
Sans doute le fier Borysthène
Envie à ton onde hautaine
L'avantage dont tu jouis.

Reçois ces vers; et, pour les lire,
Grand roi, reprend cette douceurige
Qui me permit de les écrire
Quand j'en demandai la faveur.
Rien n'est flatté dans ma peinture :
Du fade encens de l'imposture
Ton goût fut toujours ennemi;
Ma voix n'est, dans ce chant lyrique,
Que l'écho de la voix publique,
Et n'a répété qu'à demi. .

.

[ocr errors]

SUR LA CONVALESCENCE ... et DU ROI. . .

Compagne des Bourbons, brillante Renommée,
Toi qui viens annoncer la gloire de mon roi,
Souffre, dans ce beau jour, qu'à la France charmée

Je l'annonce avec toi.

Tous mes væux sont remplis, tu m'ouvres la barrière;
Ta lumière immortelle a pénétré mes sens,
Et des cieux, avec toi, je franchis la carrière
* Sur les ailes des vents.

Des rives de la Seine aux campagnes de l'èbre,
Des Alpes à l'Escaut, et du Rhin aux deux mers,
Je vois ces champs heureux , cet empire célèbre,

L'honneur de l'univers.

[graphic]

Tu parles; je les vois ces fidèles provinces
S'attendrir, s'embellir à son brillant récit;
Par-tout du plus grand roi, du plus chéri des princes

L'heureux nom retentit.

« Qu'il règne! que tout cède à la présence auguste « D'un roi forcé de vaincre, et d'instruire les temps «Qu'il aurait pu passer du trône d'un roi juste

« Au char des conquérants !

« Moins sensible au renom que lui fait la victoire, « Qu'au repos des humains, au bien de ses sujets, « Du destin des vainqueurs il ne veut que la gloire

« D'arbitre de la paix.

[ocr errors]

A ces væux redoublés, quie cent concerts secondent,
Le vaste sein des airs répond de toutes parts,
Et du fond des forêts les cavernes répondent

A l'airain des remparts.

Quel pompeux appareil et de jeux et de fêtes !

[graphic]
« PrécédentContinuer »