Histoire de Saint Augustin, Volume 2

Couverture

À l'intérieur du livre

Avis des internautes - Rédiger un commentaire

Avis d'utilisateur - Signaler comme contenu inapproprié

Je prend pour moi ce témoignage de Darius: "Cette lettre de Darius est la vive expression du regret de n’avoir vu, ni entendu Augustin. S’il avait pu voir la lumière céleste du visage de l’évêque, et entendre cette voix divine qui ne profère rien que du divin, Darius ne s’écrierait pas comme Virgile : Trois et quatre fois heureux mais heureux mille et mille fois ! Si jamais un tel bonheur lui arrivait, il croirait recevoir, non pas du haut du ciel mais dans le ciel même les instructions qui mènent à l’immortalité ; il croirait les recevoir non de loin et comme hors du temple de Dieu, mais au pied même du trône de sa gloire. A défaut de cette félicité, il s’est rencontré que deux évêques Urbain et Novat, aient dit ont posée sur sa tête, couronne fermée, non point de fleurs périssables, mais de pierreries d’une beauté qui ne passe pas. Darius demande à Augustin de prier pour lui, afin de pouvoir un jour ressembler au portrait qu’ils ont fait de son âme. La plus grande des peines de Darius, après celle de ne pas jouir encore de la vue de Dieu, était de ne pas avoir vu Augustin et de n’être pas connu de lui, et voilà qu’Augustin lui dit qu’il connait sinon son visage, au moins son esprit et son cœur !
Augustin avait dit que Darius avait étouffé la guerre par la force de sa parole ; Darius en convient, et ajoute que s’il n’avait pas étouffé la guerre, il l’aurait au moins fort éloignée, et qu’il a écarté de menaçantes tempêtes ; il espère que la trêve deviendra une paix solide. Quoique Darius fût Chrétien et que ses parents fussent Chrétiens aussi, pourtant, il n’avait pas tout à fait rompu avec les superstitions païennes ; il avoue à Augustin qu’il doit à ses ouvrages de s’être complètement séparé du paganisme. Darius le prie de lui envoyer les exemplaires de ses confessions. Les dernières lignes de sa lettre contiennent un ardent désir de recevoir une seconde lettre de l’évêque d’Hippone". Merci
 

Pages sélectionnées

Table des matières

Autres éditions - Tout afficher

Expressions et termes fréquents

Fréquemment cités

Page 82 - Ciel : donnez -nous aujourd'hui notre pain de chaque jour; pardonnez -nous nos offenses, comme nous pardonnons à ceux qui nous ont offensés.; et ne nous laissez pas succomber à la tentation; mais délivrez-nous du mal.
Page 47 - JésusChrist , dont nous avons été les secrétaires , et qui est écrite , non avec de l'encre , mais avec l'Esprit du Dieu vivant ; non sur des tables de pierre , mais sur des tables de chair, qui sont vos cœurs.
Page 226 - ... seulement dans cet endroit-là un ravissant éclat, par les rayons du soleil, comme du père de la lumière. Quand il la voit de ce côté, elle reçoit une teinte de lumière : plus il la voit, plus sa lumière s'accroît.
Page 299 - Il en faut savoir autant qu'il est nécessaire pour bien prier, et s'humilier véritablement; c'est-à-dire qu'il faut savoir que tout le bien vient de Dieu, et tout le mal de nous seuls. Que sert de rechercher curieusement les moyens de concilier notre liberté avec les décrets de Dieu? N'est-ce pas assez de savoir que Dieu qui l'a faite, la sait mouvoir et la conduire à ses fins cachées, sans la détruire?
Page 326 - Augustin , 1° les deux livres de la Prédestination des Saints, et du Don de la persévérance , avec quelques lettres. Paris, 1676, in-12.
Page 226 - On voyait bien qu'elle ne pouvait avoir perdu sa lumière par l'approche du soleil qui l'éclairait, mais un petit astre cédait au grand, une petite lumière se confondait avec la grande ; et la place du croissant ne parut plus dans le ciel, où il tenait auparavant un si beau rang parmi les étoiles.
Page 218 - Dieu à tous ceux qui l'ont reçu, à ceux qui croient en son nom, qui ne sont pas nés du sang, ni de la volonté de la chair, ni de la volonté de l'homme, mais de Dieu même.
Page 226 - ... et la lune s'était levée avec son croissant d'un argent si beau et si vif, que les yeux en étaient charmés. Elle semblait vouloir honorer le soleil en...
Page 39 - Le nœud de notre condition prend ses replis et ses tours dans cet abîme ; de sorte que l'homme est plus inconcevable sans ce mystère que ce mystère n'est inconcevable à l'homme.
Page 167 - Jérusalem, Jérusalem, qui tues les prophètes et qui lapides ceux qui te sont envoyés, combien de fois ai-je voulu rassembler tes enfants comme une poule rassemble ses petits sous ses ailes : et tu ne l'as pas voulu!

Informations bibliographiques