Images de page
PDF
ePub

DU MÊME AUTEUR

SIXTINE.

Roman, Théâtre, Poèmes

LE PÈLERIN DU SILENCE. Le Fantôme. Le Château singulier. Théâtre muet. Le Livre

des litanies. Pages retrouvées.

LES CHEVAUX DE DIOMÈDE.

D'UN PAYS LOINTAIN.

LE SONGE D'UNE FEMME.

LILITH, suivi de THÉODAT.

UNE NUIT AU LUXEMBOURG.

UN CŒUR VIRGINAL. Couverture de G. d'Espagnat.
COULEURS, suivi de CHOSES ANCIENNES.

HISTOIRES MAGIQUES.

DIVERTISSEMENTS, poésies complètes, 1912 (G. Crès, édit.).

LETTRES D'UN SATYRE (G. Crès, édit.).

LE CHAT DE MISÈRE. Idées et Paysages (Mossein, édit.« Collection des Trente >>).

Critique

LE LATIN MYSTIQUE (Etude sur la poésie latine du moyen âge) (G. Crès, édit.). LE LIVRE DES MASQUES (Ier et Ile), gloses et documents sur les écrivains d'hier et d'aujourd'hui, avec 53 portraits par F. Vallotton.

LA CULTURE DES IDÉES.

LE CHEMIN DE VELOURS. Nouvelles dissociations d'idées.

LE PROBLÈME DU STYLE. Questions d'Art, de Littérature et de Grammaire. PHYSIQUE DE L'AMOUR. Essai sur l'instinct sexuel.

EPILOGUES. Réflexions sur la vie, 1895-1898; 1899-1901 (2° série); 1902-1904 (3e série); 1905-1912 (volume complémentaire); 4 vol.

ESTHÉTIQUE DE LA LANGUE FRANÇAISE, édition revue, corrigée et augmentée.
PROMENADES LITTÉRAIRES (15o, 2o, 3o el 4° séries); 4 vol.

PROMENADES PHILOSOPHIQUES (1re, 2e et 3e séries); 3 vol.

DIALOGUE DES AMATEURS SUR LES CHOSES DU TEMPS (Epilogues, 4 série, 19051907).

NOUVEAUX DIALOGUES DES AMATEURS SUR LES CHOSES DU TEMPS (Epilogues, 5• série, 1907-1910).

DANTE BÉATRICE ET LA POÉSIE AMOUREUSE.

[blocks in formation]

BALZAC ET SAINTE-BEUVE

LUCILE DE CHATEAUBRIAND ET AUTRES ÉTUDES

[merged small][merged small][merged small][merged small][ocr errors]

IL A ÉTÉ TIRÉ DE CET OUVRAGE :

Cinq exemplaires sur japon impérial,

Trois exemplaires sur Chine,

et quarante-trois exemplaires sur papier de Hollande van Gelder, tous numérotés.

JUSTIFICATION DU TIRAGE

4874

Droits de reproduction, de traduction et d'adaptation réservés

pour tous pays.

[merged small][ocr errors][merged small]

My Compus
Storage
11.28573

. LE ROMAN DE GUILLAUME DE MACHAUT ET DE PERONNE D'ARMENTIÈRES

I

Ce qui rend suspectes au public les études littéraires sur le moyen âge, c'est surtout l'appareil d'érudition dont on se plaît à les entourer. Il semble que tout poème, tout roman de cette époque ne puisse être présenté ou expliqué au lecteur qu'enveloppé de notes et de recherches savantes dont le premier effet est de décourager les élémentaires curiosités. Des spécialistes écrivent pour des spécialistes et ne quittent guère le ton de la science. Je crois cependant que la matière littéraire appartient à quiconque se croit assez doué de goût et de sentiment pour en juger la forme et en apprécier la beauté, qu'une certaine ignorance du détail érudit n'est pas pour nuire, bien au contraire, à la nouveauté et à l'ingénuité de la critique, et que la condition pour bien voir et bien faire voir une question est peut-être de la considérer d'un peu haut et d'un peu loin. Pour

397119

moi, et je l'avoue sans honte et même avec une certaine candeur, je n'ai guère jamais écrit sur un sujet que je n'en fisse, en même temps, la découverte. Discourir sur ce que l'on sait trop bien, quel ennui ! Tandis que débrouiller ses idées à mesure qu'on les expose donne au moins les joies de la trouvaille, à défaut de celles de la création.

Je n'ai donc nullement conféré entre eux les manuscrits de Guillaume de Machaut, celui de Jean de Berry avec celui des Carmes déchaux ou, avec ceux de la Bibliothèque nationale, ceux de Berne ou de Stockholm. Je m'en rapporte à qui fit avec soin de telles recherches (1) pour lesquelles j'ai beaucoup d'estime. On ne trouvera non plus aucune lumière sur la famille du poète, si elle était de Machello ou de Machaudio, sur la date de sa naissance qui flotte entre 1300 et 1306, sur le lieu de cette naissance qui est certainement la Champagne et probablement Reims, sur l'année où fut composé son poème capital, le Voir-Dit, année 1363, selon Paulin Paris qui a étudié avec ténacité ce point obscur, non plus que sur plusieurs autres problèmes qui se rattachent au Voir-Dit, mais dont la solution importe peu à la connaissance de l'extraordinaire psychologie qui s'y révèle.

Ce qu'il faut savoir de façon très nette, c'est que

(1) Par exemple à M. Chichmaref,Poésies lyriques de Guillaume de Machaut. Champion, éditeur, 2 vol. in-8°, 1909.

« PrécédentContinuer »