L'Amérique de John Ford: Autour de La prisonnière du désert

Couverture
Editions du CEFAL, 2007 - 250 pages


Il n’est sans doute pas de problème plus actif chez Ford que la naissance de la nation américaine, problème dont le genre Western s’est emparé avec constance, ce dont témoigne une littérature critique déjà abondante. L’originalité de l’œuvre fordien, de Young Mister Lincoln à Cheyenne Autumn, tient à la manière dont elle en a repensé l’histoire. Sans renoncer au légendaire de la conquête qui donne à ses films une matière et une forme communes, John Ford a patiemment constitué une hypothèse politique qui a trouvé avec La Prisonnière du désert sa plus poignante démonstration. L’objet de cet essai est de revenir sur la communauté fordienne pour mettre en lumière la violence originelle qui la fonde. Il n’est pas, de ce point de vue, de grands films fordiens qui n’aient tenté de reprendre le récit de l’institution d’un sujet de l’histoire au lieu d’une séparation des vivants et des morts, de la mémoire et de l’innocence. Il n’est pas non plus de fiction politique qui ne soit en même temps un récit généalogique à partir duquel se joue l’identité de la communauté fordienne et de la nation américaine. 

À l'intérieur du livre

Avis des internautes - Rédiger un commentaire

Aucun commentaire n'a été trouvé aux emplacements habituels.

Expressions et termes fréquents

À propos de l'auteur (2007)

Luc Vancheri est Maître de conférences à l’Université Lumière, Lyon 2, où il enseigne les théories de l’image et l’esthétique du cinéma. Il a publié trois essais : Figuration de l’Inhumain (1993, P.U.V), Film, Forme, Théorie (2002, L’Harmattan, Prix Philippe Arnaud) et Cinéma et peinture (Armand Colin, 2007).

Informations bibliographiques