Images de page
PDF
ePub
[ocr errors]
[ocr errors]

guin noirâtre dans le tube intestinal. Les auteurs ont noté l'engorgement du système sanguin et des poumons, mais ils sont fort peu explicites sur l'état du sang, s'il est liquide ou coagulé. M. Orfila, a observé, sur deux chiens, des taches rouges à la partie interne du caur. Nous mariqnons de faits précis, quant aux alterations des autres organes. Il est bon de noter aussi la coloration verdâtre des tissus atteints par la préparation cuivreuse, celles des matières renfermées dans le tube intestinal, la présence du poison en nature dans cet organe, quoique ces caractères ne soient

pas

constants, TRAITEMENT. Il faut se conformer aux principes généraux que nous avons donnés dans l'empoisonnement par les poisons minéraux, arséniaux, mercuriels, etc. Dans la plupart des cas, on s'est contenté des boissons, des lavements émollients, et laxatifs, la casse, la manne, les huileux pour seconder l'expulsion du poison par les vomissements on par les selles. Dans quelques-uns on a administré lesopiacés, les anti-spasmodiques, pour calmer et combattre les coliques, les symptômes nerveux. Plus rarement encore, on a eu recours aux sangsues, aux saignées. Une diététique sévère est nécessaire pour le complet rétablissement,

Contre-poison. S'il fallait se diriger d'après les réactions chimiques on ne manquerait pas de contre-poison. Navier a proposé les sulfures, alcalins, de potasse, de chaux, de fer. Drouart les a expérimentés sans succès sur les chiens. Mais on ne peut rien conclure de ces essais, car il les a donnés à dose toxique. Dans une série d'expériences, il a donné le précipité obtenu par la réaction des sels de cuivre et de ce contrepoison, et les chiens ont été intoxiqués; ce qui indiquerait que le sulfure de cuivre est toxique, mais il serait nécessaire de répéter ces expériences. Les alcalis minéraux, leurs carbonates, ne peuvent servir de contre-poisons, puisque les oxydes, les carbonates de cuivre sont toxiques. Nous en dirons autant des décoctés des substances astringentes (noix de Galles, quinquina, etc.), vantés par Chantourelle. Le sucre a eté pre conisé par Marcelin Duval, d'après des faits recueillis chez

l'homme et des expériences sur les animaux. M. Lartigue (Observ. VIII) en est aussi partisan. Le docteur Postel, guidé par les idées de Vogel, de M. Girardin, de Rouen , que le sucre décompose soit à froid, soit à chaud, les sels de cuivre et en précipite le cuivre à l'état de métal ou d'oxyde, dit avoir essayé ce contre-poison avec quelque succès sur les chiens. M. Orfila n'a point été aussi heureux et n'a pas en outre constaté la transformation des deuto-sels de cuivre en protoxy de dans l'estomac des chiens. Il résulte pour nous de la lecture attentive des faits que le sucre, la cassonade, donnés à l'état sec ou sous forme liquide, ont paru calmer les effets locaux, retarder l'intoxication. Quoique l'albumine, considérée par M. Orfila comme le contre-poison des préparations cuivreuses, forme avec elles un composé insoluble, nous ferons les mêmes réflexions que pour le sublimé corrosif (page 546). Il en est de même pour le charbon conseillé par Bertrand. Le cyanure jaune de potassium et de fer a été essayé aussi sans succès par M. Orfila.

Le seul contre-poison, selon nous, qui devrait inspirer quelque confiance, serait la limaille de fer bien décapée; le cuivre précipité de ses dissolutions, à l'état de métal, n'est point ainsi , attaqué par les acides de l'estomac; MM. Edwards et Dumas, ont arrêté les effets toxiques de 60 centigram. de verdet, sur un chien, en lui donnant de la limaille de fer, l'œsophage étant lié, l'animal a succonibé le septième jour. Comme la limaille de fer est très pesante, ils conseillent , afin de faciliter la réaction chimique, de l'incorporer dans du miel, sous forme d'électuaire. Comme sous cette forme elle n'est pas facile à administrer, on pourrait la suspendre dans un décocté concentré de guimauve, de graine de lin, d'amidon, un soluté de gomme. Mais il est rare que le médecin ait ce contrepoison à sa disposition, du moins non oxydé. MM. Sandras et Bouchardat, dans le même but, proposent la limaille de zinc.

Questions médico-légales ; erreurs à éviter dans les

recherches du cuivre, cuivre normal.

comme

Les homicides par les préparations cuivreuses sont assez rares, et ont lieu, le plus souvent, avec les acétates, le sulfate, le cuivre ou les sous oxydés, mis à macérer dans le vin ou tout, autre véhicule. Au contraire, les empoisonnements par accident, surtout par les aliments, les boissons, les médicaments devenus accidentellement cuivreux, sont extrêmement fréquents et sont bien plus souvent le sujet d'une expertise légale. Dans le premier cas, c'est à-dire dans les empoisonnements criminels, il importe d'éviter, autant que possible, les erreurs qui peuvent provenir soit des réactifs, soit des aliments préparés ou conservés dans des vases de cuivre. Comme aux faits pratiques nous indiquons la plupart des circonstances qui peuvent entraîner ces sortes d'erreurs, nous signalerons seule, ment les suivantes. 10 M. Dupaquier, de Lyon, s'est assuré que la potasse à l'alcool, donnée

pure, que

l'eau distillée, que les acides considérés aussi comme tels, renfermaient quelquefois du cuivre et du plomb. 2° Le papier à filtrer contient , ordinairement de ces métaux, qui peuvent être entraînés ou dissous par la simple filtration des liqueurs acides. Ce fait, connu depuis longtemps, a été constaté tout récemment, même sur du papier dit de Berzelius, qui doit en être exempt. 3° Les aliments, les boissons, les eaux distillées, préparés ou conservés dans des vases en cuivre, les matières suspectes déposées dans ces vases, sur des tables peintes, enveloppées dans des papiers peints, dans des linges humides, qui ont reçu le contact des instruments, des pièces de monnaie en cuivre, etc., peuvent aussi s'imprégner de ce métal. En raison de l'usage fréquent des vases en cuivre, des préparations cuivreuses dans les arts, il sera donc bien difficile , pour ne pas dire impossible, dans la majorité des cas, de se soustraire à ces causes d'erreurs.

Nous voudrions rapporter quelques cas d'empoisonnements criminels, ou du moins discuter les questions qu'ils auraient pu , soulever; mais, malheureusement, les cas rapportés dans les

journaux ne sont simplement, qu'énoncés et très-incomplets. Ainsi, tout récemment, dans la Gazette des Tribunaux, il était question d'un homicide avec le sulfate de cuivre, par un mari sur sa femme. Il y'est dit seulement qu'une tache verdâtre, trouvée sur une bûche du feu, ainsi qu'un liquide renfermé dans un verre furent reconnus être du sulfate cuivrique; que la femme, auparavant souffranté, avait succombé avec les symptômes d'empoisonnement; qu'à l'autopsie cette femme offrait une affection cancéreuse de l'estomac; qu'enfin les experts n'avaient pas trouvé de poison dans les organes gastro-intestinaux; que le mari avait été condamné à mort. Sur ces simples détails, il est impossible d'établir'aucune discussion. Cependant, cé čas soulèverait une question très-importante, à savoir si le poison, chez une personne ayant une affection organique aussi grave, a déterminé à lui seul la mort, ou s'il n'en a été que la cause occasionnelle. Cette question se représentera aux préparations plombiques. Nous répèteronis encore ici combien il serait important que les rapports, les débats d'une affaire criminelle fussent bien circonstanciés : ce serait une source féconde d'instruction pratique pour le médecin.

L'empoisonnement par le cuivre peut soulever plusieurs des questions médico-légales que nous avons signalées aux préparations arsenicales. Les Observations V et VI démontreraient que le lait, la chair des animaux intoxiqués par le cuivre, seraient nuisibles à l'homme. Il est démontré expérimentalement que les terrains des cimetières peuvent être cuivreux; mais la question de savoir l'état de combinaison dans lequel s'y trouve ce métal, s'il peut être transmis aux cadavres et vice versá, n'est pas plus avancée, plus résolve que pour l'acide arsénieux. Quand au cuivre normal , comme cette question n'est point encore résolue, qu'elle est actuellement pendante devant l'Académie des Sciences, elle mérite un article à part.

Cuivre normal. Nos tissus, nos liquides, les aliments, les boissons, les médicaments renferment-ils naturellement du cuivre? Ce métal enfin, fait-il partie constituante de nos organes, comme le fer, la chaux ; etc ? Telle est la question à

[ocr errors]

l'ordre du jour. Sans entrer dans les détails historiques que comporterait un semblable sujet, nous rapporterons seulement les faits suivants: M. Sarzeau, en 1828, a retiré du cuivre d'une foule de végétaux, du quinquina, du café, des graines céréales, elc. M. Boutigny, en 1833, a obtenu ce métal du blé et d'un grand nombre de substances. Il conclut, de son travail, que

les aliments, les boissons, préparés dans des vases en cuivre. en contiennent presque toujours ; que le vin, le cidre, le blé en recèlent quelquefois, et seulement, lorsque les plantes qui les ont fournis se sont développées dans des terrains cuivreux; que, par conséquent, le cuivre provient des vases ou des sels ef qu'il n'existe pas normalement dans les aliments, les médicaments, les boissons. M. Vever a retiré aussi le cuivre de toutes les plantes qui avaient germé ou s'étaient développées dans un terrain rendu accidentellement cuivreux par le sulfate de cuivre. Il n'en a pas obtenu dans le cas contraire.

M. Rossignol de Lyon (11 septembre 1843), dit avoir retiré du cuivre d'un grand nombre de matières organiques, des diverses parties du corps de l'homme, des animaux domes tiques (poumons, muscles, sang, etc.), ainsi que des aliments dont ils se nourrissent Sur 100 parties le charbon de gelatine, employé à l'hôpital Saint-Louis, a donné 00,3 de cuivre; le chocolat Marquis 00,5, les fécules environ 00,4, l'oseille cuite des fruitières de Paris, 00,2 d'oxalate de cuivre; 100 pains pris chez les divers boulangers de Paris , de 0,05 à 0,08. Il a trouvé du cuivre et du plomb dans le sucre.

MM. Devergie et Hervy, et tout récemment M.M. Barse, Lanneau, Follin, Orfila, etc., ont retiré non-seyleinent du cuivre, mais encore du plomb, du tube intestinal et des divers organes de l'homme. D'après les premiers chimistes, la pro, portion de ces métaux augmenterait avec l'âge ; faible chez les ! nouveau-nés, elle serait 4 ou 5 fois plus forte chez l'adulte.. La quantité serait variable aussi selon les viscères. Dans le tube intestinal, elle ne dépasserait pas 46 millièmes pour le cuivre. et 40 millièmes pour le plomb. Ļe jeûne, une maladie prolon... gée, en diminuent beaucoup la quantité. Ces circonstances

« PrécédentContinuer »