Faites demi-tour dès que possible: Les territoires de l'imaginaire

Couverture
« On a souvent tendance à croire que l’imaginaire rime avec l’ailleurs, pour se détacher justement d’une réalité parfois trop... envahissante. Et s’il s’amuse à dépeindre, presque par principe, le grandiose, le démesuré, l’inédit ou le singulier, l’imaginaire aime aussi se nicher, se terrer, s’enfouir et prendre racine dans le détail et le relief du réel. C’est pourquoi La Volte vous propose de creuser votre sillon en faisant rimer imagination avec région. Dans le passé, le présent, le futur, parlez de la région de votre choix (industrielle, intacte, morne, vivante, sublime, détestable, recherchée, oubliée, et plus encore si affinités), celle que vous aimez ou détestez, mais celle qui vous inspire ! Il ne s’agit ni de prôner le retour au terroir, ni d’exalter la mondialisation. Il s’agit de surprendre, en entremêlant deux notions qui pourraient sembler antinomiques : d’un côté l’ancrage dans les spécificités et les vérités d’un lieu, et de l’autre le dépassement des frontières et du réel. » Stéphane Beauverger et David Calvo 15 janvier 2014 Quatorze territoires français saisis par l’imaginaire. Énigmes de la mémoire, mythes fondateurs, retour vers l’enfance ou basculement vers l’abîme, le terroir devient le berceau de toutes les histoires.

Avis des internautes - Rédiger un commentaire

Territoires de l'imaginaire : Faites demi-tour dès que possible

Avis d'utilisateur  - Hippolyte78 - Babelio

Faites demi-tour dès que possible: les territoires de l'imaginaire est une anthologie de nouvelle de science fiction / fantastique publié chez la Volte. C'est une anthologie se basant sur un concept ... Consulter l'avis complet

Autres éditions - Tout afficher

À propos de l'auteur (2014)

Léo Henry, apparu sur terre en 1979, est un nouvelliste et scénariste de bédé français. Il a publié les recueils Les Cahiers du labyrinthe (2003), ainsi que Yama Loka terminus (2008) et Bara Yogoï (2010) co-signés avec Jacques Mucchielli. Sa nouvelle Les trois livres qu’Absalon Nathan n’écrira jamais parue chez Denoël (recueil Retour sur l’Horizon) lui a valu le Grand Prix de l’Imaginaire 2010. En bédé, on lira sa trilogie historique Sequana (2008-10) avec Stéphane Perger, ou son roman graphique en ligne Rainbow Mist (2010) avec Fred Boot. Rouge gueule de bois est son premier roman. Léo Henry vit à Strasbourg, d’amour, de Tanqueray et de rêves confus.

Écrivain, musicien et traducteur, Jacques Barbéri triture les codes, les cordes et la réalité pour mettre en scène des univers décalés et multiformes, instables et romanesques comme ceux de Kafka, Dick, Ballard ou encore Borges, Lynch ou Cronenberg. Entre psychédélisme et nuances punk, cet ancien membre du collectif Limite a publié une quinzaine de romans et une centaine de nouvelles. On lui doit entre autres Narcose, ville-rêve plongée dans une transe animalière, ainsi que le remarquable Mondocane, dont la nouvelle originelle figure dans l’anthologie mondiale The Big Book of Science Fiction d’Ann et Jeff VanderMeer. Il a traduit de l’italien Pietro Citati (Tolstoï, prix Strega), Silvana De Mari (Le Dernier Orc, prix Sorcières, et Le Dernier Elfe, prix Andersen et prix Imaginales) et Valerio Evangelisti ; son travail sur L’Évangile selon Eymerich lui a valu en 2016 le prix Jacques Chambon de la traduction.

Informations bibliographiques