L'homme machine

Couverture
Frédéric Henry, 1865 - 180 pages
 

Avis des internautes - Rédiger un commentaire

L'Homme machine

Avis d'utilisateur  - Thaddeus - Babelio

L'Homme machine par J.-O. de La Mettrie La Mettrie choqua son époque par sa philosophie matérialiste radicale. Il fut banni de France et de Hollande. D’abord, c’est en tant que médecin qu’il élabora ... Consulter l'avis complet

Autres éditions - Tout afficher

Expressions et termes fréquents

Fréquemment cités

Page 173 - C'était bien le cas d'imiter Swift, qui persuadait à l'astrologue Partridge qu'il était mort. Persuader un vieux médecin qu'il avait fait des leçons au b eût été une plaisanterie à faire mourir de rire.
Page 108 - ... seraient alors détruites et coupées par la racine. Plus de guerres théologiques, plus de soldats de religion, soldats terribles! la nature infectée d'un poison sacré reprendrait ses droits et sa pureté '. Sourds à toute autre voix, les mortels tranquilles ne suivraient que les conseils spontanés de leur propre individu , les seuls qu'on ne méprise point impunément et qui peuvent seuls nous conduire au bonheur par les agréables sentiers de la vertu. » Telle est la loi naturelle; quiconque...
Page 75 - Sophocles; et si la Nature s'est mise en plus grands frais, pour faire Newton, que pour former Corneille (ce dont je doute fort); mais il est certain que c'est la seule imagination diversement appliquée, qui a fait leur différent triomphe et leur gloire immortelle.
Page 124 - En effet si ce qui pense en mon Cerveau, n'est pas une partie de ce Viscère, et conséquemment de tout le Corps, pourquoi lorsque tranquille dans mon lit je forme le plan d'un Ouvrage, ou que je poursuis un raisonnement abstrait, pourquoi mon sang s'échaufe-t-il?
Page 97 - Qui sait d'ailleurs si la raison de l'existence de y 'Innomme ne serait pas dans son existence même ?^ /ÏPeut-être at-il été jeté au hasard sur un point de la surface de la terre, sans qu'on puisse savoir ni comment, ni pourquoi ; mais seulement qu'il doit \; vivre et mourir, semblable à ces champignons qui paraissent d'un jour à l'autre, ou à ces fleurs qui bordent les fossés et couvrent les murailles.
Page 136 - D'où l'on voit que ces écrivains, dont les ouvrages solides éclipsent aisément toutes les fables philosophiques, ne se sont » Boerbaave, destiné d'abord à la profession de ministre, ne fit que peu d'anatomie.
Page 176 - Ensuite, il lui était sorti une espèce d'eau de l'oreille gauche, et il avait entendu parfaitement des deux oreilles. Il fut ces trois ou quatre mois à écouter sans rien dire, s'accoutumant à répéter tout bas les paroles qu'il entendait et s'affermissant dans la prononciation et dans les idées attachées aux mots.
Page 63 - Comme une corde de violon ou une touche de clavecin frémit et rend un son, les cordes du cerveau, frappées par les rayons sonores, ont été excitées à rendre ou à redire les mots qui les touchaient.
Page 32 - Ici c'est un paralytique qui demande si sa jambe est dans son lit; là c'est un soldat qui croit avoir le bras qu'on lui a coupé. La mémoire de ses anciennes sensations et du lieu où son âme les rapportait, fait son illusion et son espèce de délire. Il suffit de lui parler de cette partie qui...
Page 105 - ... nature lui a assignée; que l'air a dû entourer la terre, par la même raison que le fer et les autres métaux sont l'ouvrage de ses entrailles ; que le soleil est une production aussi naturelle que celle de l'électricité; qu'il n'a pas plus été fait pour échauffer la...

Informations bibliographiques