Le roman de Flamenca

Couverture
Paul Meyer
A. Franck, 1865 - 427 pages
 

Avis des internautes - Rédiger un commentaire

Aucun commentaire n'a été trouvé aux emplacements habituels.

Pages sélectionnées

Autres éditions - Tout afficher

Fréquemment cités

Page 278 - L'un joue de la harpe, l'autre de la viole, l'un de la flûte, l'autre du fifre, l'un de la gigue, l'autre de la rote, l'un dit les paroles, l'autre les accompagne... Il en est qui jonglent avec des couteaux, l'un rampe à terre et l'autre fait la culbute, un autre danse en faisant la cabriole...
Page 21 - L'us diz de la Taula Redonda, Que no i venc homs que no.il responda Le reis segon sa conoissensa ; Ane nuil jorn no i failli valensa ; L'autre comtava de Galvain E del leo que fon compain Del cavallier qu'estors Luneta ; L'us diz de la piucella breta Con tenc Lancelot en preiso Cant de s'amor li dis de no ; L'autre comtet de Persaval Co venc a la cort a caval...
Page xxviii - La parladura francesca val mais et [es] plus avinenz a far romanz et pasturellas, mas cella de Lemosin val mais per far vers et cansons et serventes.
Page 276 - ... n'ot menestrel en la contree, qui riens seust de nul deduit, que à la cort ne fussent tuit. en la sale molt grant gent ot. 2030 chascuns serui de ce qu'il sot. cil saut, cil tume, cil enchante. li uns encontre l'autre chante. li uns sible, li autres note. cil sert de harpe, cil de rote, 2035 cil de gigue, cil de uiele.
Page 134 - Alis se leva tost, e cor vas una taula on estava cel romans ab qu'ella mandava qu'il dones pas, e pois s'en ven a si dons, c'a penas si ten de rire quan vi ques Alis a contrafar ap pauc non ris. Lo romanz ausa davaus destre e fa-1 biaissar a senestre, e quan fes parer que-1 baises il dis: "Que plans?
Page 326 - Dieu et des saints, elle apaise la mer et les vents. Et puisqu'elle a tant de pouvoir , je ne me regarde pas comme coupable en cédant à ses instances, surtout quand elle vient de là où joie, prix et sens se réunissent et où tout bien trouve encore à s'améliorer...
Page 173 - E non aias talent de mort. , Las donzellas son ja levadas E vestidas et adobadas , E dison ben ques ora es D'anar aqui on an empres.
Page 293 - Hélas ! pauvre malheureux, soupçonneux et renfrogné, te voilà maintenant brûlant d'amour et fou de jalousie; • rogneux, barbu, tout hérissé; ta barbe est farouche et raide et semble à Flamenca un buisson d'épines ou la queue d'un écureuil sauvage. • Tu t'es déshonoré toi et ton lignage. Mais peu m'en chaut ! J'aime mieux mourir que d'être honni pour ma trop grande complaisance; j'aime mieux être un jaloux fieffé • que d'être un cocu portant patiemment ses cornes.
Page 321 - Arehambaut sortit sans plus attendre , ne se souciant pas d'être suivi par personne. Flamenca n'avait pas le temps de se reposer ni de prier, non plus que ses pucelles, qui étaient belles , spirituelles et en âge de prendre mari , car la plus jeune avait dépassé quinze ans. Elles s'en vont; Guillaume reste, attendant le prêtre qui avait commencé son midi i.
Page 149 - Eu cug que sia la prumiera Ques anc mais fos aissi enquista ; Ab breu solatz , ab pauc de vista , Es vengutz de l'amoral prees.

Informations bibliographiques