Oeuvres de Gresset, Volume 2

Couverture
L. de Bure, 1826

À l'intérieur du livre

Avis des internautes - Rédiger un commentaire

Aucun commentaire n'a été trouvé aux emplacements habituels.

Autres éditions - Tout afficher

Expressions et termes fréquents

Fréquemment cités

Page 96 - En parlent sans obscurité, Mais dans ces sources mensongères Ne cherchons point la vérité. Cherchons-la dans le cœur des hommes, Dans ces regrets trop superflus Qui disent dans ce que nous sommes Tout ce que nous ne sommes plus. Qu'un savant des fastes des âges Fasse la règle de sa foi ; Je sens de plus sûrs témoignages De la mienne au dedans de moi. Ah ! qu'avec moi le ciel rassemble, Apaisant enfin son courroux, Un autre cœur qui me ressemble; L'âge d'or renaîtra pour nous.
Page 94 - Vit pasteur sans jouir de vous. Ne peins-je point une chimère? Ce charmant siècle at-il été? D'un auteur témoin oculaire En sait-on la réalité ? J'ouvre les fastes, sur cet âge Partout je trouve des regrets; Tous ceux qui m'en offrent l'image Se plaignent d'être nés après. J'y lis que la terre fut teinte Du sang de son premier berger; Depuis ce jour, de maux atteinte, Elle s'arma pour le venger. Ce n'est donc qu'une belle fable : N'envions rien à nos aïeux ; En tout temps l'homme fut...
Page 104 - La Flèche pourrait être aimable , S'il était de belles prisons; Un climat assez agréable, De petits bois assez mignons , Un petit vin assez potable : De petits concerts assez bons, Un petit monde assez passable. La Flèche pourrait être aimable, S'il était de belles prisons.
Page 108 - Oui , même en la brisant , j'ai regretté ma chaîne , Et je ne me suis vu libre qu'en soupirant. , Je dois tous mes regrets aux sages que je quitte ; J'en perds avec douleur l'entretien vertueux ; Et , si dans leurs foyers désormais je n'habite , Mon cœur me survit auprès d'eux ; Car...
Page 286 - L'esclave est-il coupable en brisant sa prison ? Le juge qui m'attend dans cette nuit obscure Est le père et l'ami de toute la nature ; Rempli de sa bonté, mon esprit immortel Va tomber, sans frémir, dans sou sein pateruel.
Page 156 - N'est que le triste droit d'apprendre à chaque instant Leurs méprisables vœux, leurs peines dévorantes. Leurs vices trop réels , leurs vertus apparentes , Et de voir de plus près l'affreuse vérité Du néant des grandeurs et de l'humanité. Mais le roi vient. Allez , consolez Eugénie : Vous verrez par mes soins votre peine adoucie.
Page 276 - Du frein sacré s'oppose à votre cruauté ; Vous vous devez d'ailleurs à la société ; Vous n'êtes point à vous: le temps, les biens, la vie.
Page 58 - Daphnis , j'ai vu sur cette route Un bélier vagabond que vous cherchez sans doute. Soyez moins inquiet; il suivra les troupeaux Que le soir va conduire aux sources de ces eaux. Partagez avec nous, sur ces rives fécondes , Le plaisir d'un concert et la fraîcheur des ondes. Ce beau fleuve, en baignant ce bocage secret, Coule plus lentement et s'éloigne à regret. A nos yeux enchantés son cristal représente D'un ciel riant et pur la peinture flottante ; Là, le bruit de l'abeille errante sur les...
Page 214 - Quelque honneur qu'à ce sort la multitude attache, Se donner le trépas est le destin d'un lâche; Savoir souffrir la vie, et voir venir la mort, C'est le devoir du sage , et ce sera mon sort. Le désespoir n'est point d'une ame magnanime; Souvent il est...
Page 276 - Pour objet éternel l'affreuse vérité, Et pour tout sentiment l'ennui d'avoir été ? C'est au stupide, au lâche, à plier sous la peine, A ramper, à vieillir sous le poids de sa chaîne. Mais, vous en conviendrez, quand on sait réfléchir. Malheureux sans remède, on doit savoir finir.

Informations bibliographiques