Images de page
PDF
ePub

que l'ambition a quelquefois écrits près du trône.

Ces romans du pouvoir, ces projets chimériques,
Du calme des états cet esprit ennemi,
Présentent vainement des rêves despotiques

Sous des noms vainqueurs de l'oubli;
Tous les testaments politiques

(Soit fabriqués, soit authentiques) De Richelieu, Louvois, Alberoni,

N'auront jamais sur la nature
Ces droits de la raison, cet empire établi,
Ces droits de la vertu, cette autorité

pure,
Qui consacrent le nom chéri,
Le ton intéressant, la marche noble et sûre

Et la loyauté de Sulli.

Je suis avec un profond respect,

Monseigneur,

Votre très humble et très

obéissant serviteur,

GRESSET.

Nov. 1761.

REQUÊTE AU ROI,

Gresset demande,

, pour un ami , la survivance d'une
lieutenance de roi.

maux,

Dans un ennuyeux verbiage

Articulant tout, et nommant
Parme, Prague, Dettingue, et le canon flamand ,
On ne fait point ici l'ordinaire étalage
Des services, des des blessures, de l'âge

Du très ruiné suppliant;
Ses titres les plus sûrs sont dans la bienfaisance
De ce génie heureux, ce ministre estimé,

Né pour faire aimer la puissance
Du monarque vainqueur dont il veut être aimé.
Quel bienfait briguons-nous ? quelle est notre espé-

rance ?
Est-ce quelqu'un de ces objets
De fortune ou de confiance
Où se portent tous les projets

Des vieux gendarmes de la France,
Et dont tant de majors d'éternelle présence

Composent leurs pesants placets,
Et les ennuis de l'audience ?
Non, ce n'est point, en vérité,
Un emploi de cette excellence

Qui par nous est sollicité;
C'est un poste (on l'avoue en toute humilité)

A qui personne ici ne pense,
Un vieux donjon, un roc, un antre inhabité,

Sans demandeurs, sans concurrence,
Sans arsenal, sans conséquence,
Sans canons,

et sans vanité;
C'est la supériorité
D'une maigre communauté
D'invalides presque en enfance,
Qui montent la garde, je pense,

Beaucoup moins pour la sûreté
D'une place où la paix, le sommeil, le silence,
Résident à couvert de toute hostilité,
Que pour épouvanter, par les sons lamentables
D'un tambour enroué de toute éternité,
Les chats-huants voisins de ces lieux incroyables,

bannir des vieux ormeaux, Abri de leur gazette et de leur triste vie,

Ou pour

Les corneilles et les corbeaux
Qui pourroient quelque jour manger la compagnie,
Et se méprendre à l'air, à la mine flétrie

De ces cadavres de héros;
Enfin, pour en parler avec plus d'évidence

Et non moins de prolixité,
C'est la très mince lieutenance
D'un fort d'assez peu d'importance,

Qui ne sera jamais bloqué,
Mais dont le grenadier qui s'offre à sa défense
Rendroit bon compte un jour si, contre l'apparence,

Il pouvoit se voir attaqué

Sur cette chétive éminence.
Encor voulons-nous moins que cette jouissance

Par ce mémoire présenté;
Ce n'est pour le moment qu'un titre sans séance,

Un bien qui n'aura d'existence,
D'actuelle réalité,

otre recon ace,
Jusqu'à l'instant qu'il plaise au maître souverain
De rappeler à lui l'ame du châtelain

Dont nous briguons la survivance.
Mais comme ce vieux paladin,

Quoique goutteux, octogénaire,
S'aime beaucoup dans ce bas hémisphère,

Que dans

Et n'aima jamais son prochain;

Que sait-on ? hélas ! le vieux reître, Très choyé, très soigneux des restes de son être,

Éternel dans ses bastions,
Empaqueté, fourré, le nez sur ses tisons,

Entre son major et son prêtre,
Ses histoires de garnisons,
Et ses pipes, et ses marrons,
Hélas ! enterrera peut-être
Celui pour qui nous demandons.
Dieu lui fasse toute autre grace,
Si dans ce jour nous obtenons
Un coadjuteur de sa place!
Et quand il aura tout conté

Sur Hochstet et sur Ramillies,
Comment on eût mieux fait, ce qu'on eût emporté

De gloire, d'immortalité,
Et de moustaches ennemies,
S'il avoit été consulté;
Quand il aura bien exalté

Les antiques chevaleries,
Des maréchaux défunts dépeint les effigies,

La perruque et l'austérité,
Bien rabâché,

bien regretté
Ses campagnes et ses orgies,

« PrécédentContinuer »