Images de page
PDF
ePub

Je sais que pour prétendre à ce nom glorieux
Il faut pouvoir chanter les Césars et les dieux ;
Timide admirateur des cygnes du Parnasse,
A les suivre de loin je borne mon audace.

M OE RIS.

Des chansons de Ménalque écoutez quelques vers ; Un pasteur y rappelle une nymphe des mers.

Des grottes d’Amphitrite,
Climène, entends ma voix :
Le mois des fleurs t'invite
A rentrer dans nos bois :
Sur ces rives fécondes
Quand Flore est de retour,
Quel charme sous les ondes
Fixe encor ton séjour ?

De l'alcyon tranquille
Zéphire au sein des airs
Soutient d'une aile agile
Le berceau sur les mers;
Cette jeune fougère
Où paissent mes moutons
A plus droit de te plaire
Que l'antre des tritons.

Sous ces ombres nouvelles
Tout conspire aux beaux jours;
Des nuits encor plus belles
Conspirent aux amours.
Des grottes d'Amphitrite,
Climène, entends ma voix :
Le mois des fleurs t'invite
A rentrer dans nos bois.

LYCIDAS.

Un soir, dans ces vallons, sur des tons plus sublimes,
Chantant d'un nouveau dieu les honneurs légitimes,
Vous vantiez les beaux jours promis à l'univers ;
Je n'en sais que le chant, rappelez-m'en les vers.

MOE RIS.

[ocr errors]
[ocr errors]

(C

« Desastres trop connus n'observons plus les routes: « L'ame du grand César, astre plus radieux, Répand ses feux brillants sur les célestes voûtes, Et la fécondité sur ces aimables lieux.

Sous l'aspect bienfaisant de ce signe propice « Nos coteaux s'orneront de raisins plus nombreux,

Et les arbres, plantés sous son fertile auspice, Auront encor des fruits pour nos derniers neveux.»

Pardonnez , je ne puis rien chanter davantage; Ma mémoire s'éteint, tout s'éteint avec l'âge:

[ocr errors]

Des Muses, jeune encor, quand je suivois la cour,
Je savois assez d'airs pour chanter tout le jour;
Ce bel âge n'est plus, tout cède à la vieillesse.
Non, je n'ai plus de voix comme dans ma jeunesse ;
Dans ces gracieux jours, sous mes doigts plus légers,
Mon chalumeau docile enfantoit de beaux airs :
Mais par le froid des ans ma main trop engourdie
N'est plus propre à former de vive mélodie;
Des vers que je savois le souvenir m'a fui:
Au retour de mon fils vous les saurez de lui.

LYCIDAS.

Non, Mæris, c'est de vous que je veux les entendre;
Je sais que votre chant est encor vif et tendre :
Le silence des vents endormis dans ces bois,
Et le calme des eaux, favorisent nos voix ;
Reposons-nous ici, chantons sous ce feuillage:
Nous avons déja fait la moitié du voyage;
Déja de Bianor j'aperçois le tombeau ;
Des bergers pour l'orner dépouillent un ormeau :
Si pourtant vous craignez que cet épais nuage
N'amène avec la nuit quelque subit orage,
Cédez-moi ce fardeau, chantez même en marchant;
L'ennui du voyageur se charme par le chant.

MOE RIS.

Cessez de m'arrêter, arrivons à la ville

a cour

Avant que le soleil s'ouvre l'onde tranquille ;
Il va finir sa course, et son char plus penchant
Semble déja toucher aux portes du couchant.

[merged small][merged small][ocr errors][ocr errors][merged small]

NOTES.

[merged small][ocr errors][ocr errors]

Cette églogue nous rappelle la première. Le père de Virgile ne put long-temps jouir en repos du bienfait de César, ni du privilege dont il est parlé dans le Tityre. Il fut chassé de sa terre par Arius , officier des légions de Marc-Antoine. Sous le nom de Mæris, il raconte ici son infortune au berger Lycidas, tandis

que Virgile son fils, parti pour Rome, est allé porter sa plainte à ses protecteurs sur cette nouvelle violence.

[ocr errors][merged small]

Quel sujet , cher Moris, vous conduit à la ville ?
Mantoue.

teau.

e

chan.

Par votre fils Ménalque au dieu de Rome offerts.
Virgile.
Sont un essai de ceux qu'il fera pour Varus.
C'est le même dont il est parlé dans la sixième
églogue.

Si vous étiez , hélas ! moins voisins de Crémone.

Après la victoire remportée sur Cassius et Brutus, les triumvirs distribuèrent à leurs soldats les territoires des villes qui avoient suivi le parti des meurtriers de Jules-César : Crémone étoit de ce nombre; ses campagnes ne suffisant pas, on étendit le partage des terres jusqu'aux villes voisines , à celles même qui n'étoient point coupables; Mantoue en souffrit, quoiqu'elle n'eût point armé contre le triumvirat.

« L'aine du grand César, astre plus radieux..,

Après la mort de Jules-César, une comète parut au ciel ; le peuple crédule la prit pour l'ame de César.

Déja de Bianor j'aperçois le tombeau.

Le fondateur de Mantoue.

Cédez-moi ce fardeau , chantez même en marchant.

Les chevreaux dont Moris a parlé.

« PrécédentContinuer »