Images de page
PDF
ePub

cile ordonne que ceux qui seront trouvez avoir con- An. 1227. tracté de tels mariages, & en general tous clercs mariez feront de plein droit privez de leurs benefices, Quie les biens qu'ils auront acquis depuis ces maria. ges appartiendront aux églises qu'ils ont possedées ; & que les enfans seront incapables d'être promûs aux ordres ou pouryûs de benefices. Il renouvelle aussi 6.16.17. les decrets contre les clercs concubinaires, & la défense aux enfans , même legitimes, de succeder aux ". 18. benefices de leurs peres. Il ordonne d'excommunier ceux qui protegeoient les voleurs publics, dont l'Angleterre étoit pleine.

Nous avons appris avec joïe, dit le legat, que les ".19. abbez de l'ordre de S. Benoist qui font en Angleterre, s'étant assemblez depuis peu dans leur chapitre general, ont ordonné que l'abstinence de la viande sera désormais observée selon la regle. Ce que nous approuvons & voulons qu'il soit inviolablement oblervé. Nous ajoûtons , que les novices doivent être obligez de faire profession aufli-toç après l'année de probation finie, suivant la decretale du pape Hono- c. Exparte.zzi rius : ce que nous étendons aux chanoines reguliers & deregular. aux religieuses. Aucun ne sera receu abbé ou prieur qu'il n'ait fait profession. Le legat promet ensuite de travailler plus amplement à la reforme des reguliers, L'évêque de Vorchestre comprit aussi cet article dans sa remontrance, & le legat consentit qu'on écrivit au 529. pape.

Il recommanda aux archidiacres de faire leurs viSites, mais sans être à charge aux églises, & leur défend d'exiger le droit de procuration, s'ils ne visitent en effet , & de mener avec eux des étrangers. Ils ne

to. XI. con

[ocr errors]

Av. 1727. prendront rien pour exempter de la visite ou de la

correction ; & ne comprendront persone injustement
dans leurs sentences pour en exiger de l'argent. Ils
assisteront souvent aux conferences des doïennez, &
y prendront soin que les prêtres entendent les paro-
les du canon de la messe, & de l'administration du
baptême, qui font essentielles à l'un & à l'autre Sa-
crement. Défense aux archidiacres, & generalement
à tous les juges ecclesiastiques, d'empêcher les parties

de s'accommoder à l'amiable. Comme la jurisdiction C. 2;. c.

ecclesiastique étoit alors trés-étenduë , le reste de ces decrets regarde cette mariere , savoir le choix des juges, le serment des avocats, les constitutions de procureurs , la forme des citations, les scaux autentiques. Ce que nous verrons dans la plûpart des conciles de ce siecle & du suivant. Les decrets de celui-ci ne furent pas exactement observez, ainsi que la suite fera

voir. Erar des Latins Cependant l'empereur Frideric pousfoit ses conen Romanic. quêtes en Lombardie, où il emporta une grande vic

toire sur les Milanois le vingt-leptiéme de NovemPetr. de Vin.si

bre de cette année 1237. & il en donna part au pape

comme d'une joïe commune de tous ces princes de la ibid.sp.35.

terre & de l'église, le priant d'en rendre graces à

Dieu avec les cardinaux. Au mois de Decembre LoRos S. Germ. P. di se rendit à l'empereur qui y celebra la fête de Noël

avec toutes sortes de réjouissances. Mais ces bons succés retenant l'empereur en Lombardie n'avançoient

pas la croisade ; & 'elle étoit encore retardée par le Necrolog. S. mauvais état des affaires de Romanie. Jean de Brien

"if. ne empereur de CP. étoit mort dès le vingt-troisiéme jour de Mars de cette année 1237. & le jeune Bau

[ocr errors]

1028,

Carhar. Parif.

[ocr errors]
[ocr errors]

Baudoüin de Courtenai heritier de l'empire étoit en Anjez8. Flandres occupé à retirer les terres de son patrimoine & à mandier du secours pour solltenir son empire Du Cange, bist. chancelant. Plusieurs seigneurs des plus qualifiez de ce France s'étoient déja croisez à ce dessein, suivant les

n. 24. pressantes exhortations du pape ; & c'étoit autant de perdu pour la croisade de la terre sainte.

Pierre de Dreux duc de Bretagne manda au pape qu'il s'étoit croisé avec deux mille chevaliers & dix mille hommes de pied pour le secours de l'empire de CP. & qu'il se préparoit pour le passage de la S. Jean 1238. Mais le pape averti qu'il y avoit déja beaucoup

aucoup X1. ep. 351. api de troupes foudoiées à CP. lui manda d'y mener Raw.1238.n... seulement quinze cens chevaliers & fix mille hommes de pied. La lettre est du treiziéme de Janvier smo

I ruchesne, tom. 1238. La vraïe raison de cette réduction est que CP. 4 p. 409. extrêmement resserrée par les Grecs manquoit de vivres , en forte que ceux qui y étoient renfermez desertoient de jour en jour. Cependant le pape envoïa en Romanie Philippe un de ses clercs,pour obliger tous les ecclesiastiques des provinces de Patras, de Corinthe, de Thebes & d'Athenes , à donner la troisiéme partie de leurs revenus & de leurs meubles pour cette guerre, qui les regardoit de si près ; & il exhorta le comte de Cephalonie & de Zacynthe à j1.ep. 3. 9. api fournir de son côté des vivres & des troupes. La lettre Rain. est du dix-huitiéme de Janvier;& levingt-quatriéme x11. op. 211. R de Novembre , il écrivit au roi S. Louis de faire con- 7.23. sentir les prélats de son roïaune à une levée sur le clergé du trentiéme de leur revenu pendant trois ans, pour le secours de CP. Il en écrivit autant au roi d'Angleterre.

Tome XVII.

X'. ep. 373. R. 7. 7.

AN.1236.

Ć Asan roi de Bulgarie aïant quitté l'alliance des La

tins pour se joindre aux Grecs, le pape Gregoire écrivir à Bela IV. roi de Hongrie une lettre, où il dir en substance: Le perfide Asan qui s'est retiré de l'unité de l'église, reçoit & protege des heretiques dans son roïaume, que l'on dit en être tout rempli. C'étoic principalement des Manichéens qui de Bulgarie s'étoient répandus par toute l'Europe, ensorte que ce roïaume étoit comme leur patrie. C'est pourquoi , continuë le pape, nous avons mandé aux archevêques de Strigonie & de Colocza, à l'évêque de Perouse no. tre legat & à tous les évêques de Hongrie, de prêcher la croisade contre Alan & son roïaume , avec 'indulgence de la terre sainte; & comme la pieté des rois doit principalement éclater par leur zele contre les ennemis de la foi, nous vous conjurons de yous élever & vous armer contre cette nation perverse : nous vous promettons de la part de Dieu, à vous & à tous ceux qui vous suivront en cette expedition indulgence pleniere, & nous exposons ce roïaume à être con

quis par vous & par les autres catholiques, comme il Sup. liv.

az a été ordonné au concile general. Là legtre est du

vingt-septiéme de Janvier. 1. x.

de Bela roi de Hongrie répondit au papé Gregoire Lettre du R. de Hongrie au pa- quatre mois aprés, disant en substance : Suivant vos peRain. 1958. avertissemens nous avons puissament exhorté l'em

perear Grec Vatace de se foûmettre au S. siege; & nous esperions y réüssir , quand nous avons receu par l'évêque de Perouse vôtre legat la lettre, par laquelle yous nous preslez d'attaquer Alan comme schisma. tique , quoique nous sožons liez avec lui par amitié & par alliance; car il a un fils de notre sæur qui doit

conc. Lat. iv. (.

LXXVII. n.

n. 12.

LYX17

[ocr errors]

être son heritier , & nous est soầmis comme un su- AN 1278. jet. Vatace aussi a fait épouser à son fils nôtre niéce, il est frere de la reine nôtre épouse, & nous est fort uni:or il se croira attaqué en la personne d’Asan. Toutefois pour vous témoigner notre devotion envers le saint siege, nous entreprendrons de lui soûmettre la Bulgarie pour le spirituel & à nous pour le temporel, si vous voulez bien nous acccorder les articles suivans.

Nous demandons que la fegation de Bulgarie ne foit donnée qu'à nous; en sorte que nous ayons le pouvoir de borner les dioceses & les paroisses, & en ce premier établissement de mettre des évêques par le conseil des prélats & des hommes de pieté, puisque toutes ces prérogatives ont été accordées à s. Estiene supo l. 2013; nôtre predecesseur. Nôtre principale raison pour les demander eit que si nous entrons en Bulgarie avec un legat du S. liege, tous les habitans croiront que c'est à l'église Romaine & non pas à nous que nous les voulons foûmettre , même pour le temporel. Ce qu'ils ont tellement en horreur , que plusieurs qui se rendroient à nous sans combat , le défendroient jusques à la mort pour l'éviter ; car ils nous reprochent souvent & aux autres Chrétiens, que nous sommes esclaves de l'église Romaine.

De plus il y a vers la Bulgarie un païs nommé Zemram qui est repeuplé après avoir été long-tems desert , mais sans être encore attribué à aucun diocese : nous vous demandons le pouvoir de l'assigner à tel évêché qu'il nous plaira. Ce païs semble être celui de Szreim, qui est l'ancienne Sirmium. La lettre continuë : Nous demandons aussi qu'il nous soit

« PrécédentContinuer »