Images de page
PDF
ePub

de plus osé dire qu'il n'y a que des insensez qui Är 1229. croient que Dieu createur de tout ait pû naître d'une vierge : qu'un homme ne peut être conçû que par l'union des deux sexes ; & qu'on ne doit croire que ce qu'on peut montrer par la raison naturelle. On pourra prouver en tems & lieu tous ces blasfêmes ; & qu'il a combattu la foi en plusieurs autres manieres, tant par ses paroles que par les actions. La lettre finit en ordonnant aux évêques de la rendre publique. Elle est datée du premier de Juillet ap. Rain. o.26.! 1239. & n'est pas moins remplie d'injures que celle de l'empereur.

Quant au blasfême touchant les trois imposteurs, Mattk. Parif.no Mathieu Paris le raporte , mais comme une calomnie imputée à Frideric par ses ennemis , dont la reputation ne laissa pas d'être obscurcie. Ils disoient aussi, ajoûte-t-il, qu'il avoit proferé des blasfêmes abominables & incroïables touchant l'eucharistie, & qu'il croïoit plus à la religion de Mahomet qu'à celle de J. C. enfin le bruit se répandit parmi le peuple qu'il étoit depuis long-tems allié aux Sarrasins & les aimoit plus que les Chrétiens. Dieu fait si les auteurs de ces mauvais discours pechoient ou non. Ainsi parle Mathieu Paris. L'auteur de la vie de Gregoire IX. ap.Rain.1239.n. qui est contemporain , dit en parlant de cette erreur de Frideric : Il l'a prise par le commerce avec les Grecs & les Arabes, qui sui promettoient la monarchie universelle par la connoissance des astres ; & l'ont tellement infatué, qu'il fe croit un dieu sous l'apparence d'un homme, & dit hautement, qu'il est venu trois imposteurs pour séduire le genre humain. Il ajoûte qu'il doit détruire une quatriéme imposture

28;

XXIV.

[ocr errors]

AN.1239.

tolerée par les hommes simples, qui est l'autorité du pape.

Frideric aïane vû cette lettre ne demeura pas sans Réponce... réponse. Il en fit écrire une adressée aux cardinaux, epift.31. où d'abord il établit l’allegorie des deux grands lu

minaires, pour signifier le facerdoce & l'empire : ce qui fait voir que c'étoit alors un principe convenu de part & d'autre. Ensuite il rend au pape injures pour injures, emploïant de même des figures tirées des livres sacrez. C'est, dit-il , le grand dragon qui séduit l'univers, l'Ante-Christ, un autre Balaam & un prince de tenebres. Pour se justifier touchant les trois séducteurs, il fait sa profeflion de foi correcte & catholique sur la divinité de J. C. & le mystere de l'incarnation ; & parle de Moïse & de Mahomet comme doit faire un Chrétien. Il reproche aux cardinaux de n'avoir pas retenu les en portemens du pape, qu'il attribuë à la jalousie de ses bons succés contre les Lombards. Il soûtient que le pape a perdu sa puisfance en perdant la vertu , il tient ses censures pour nulles & pour des injures dont il doit tirer vengeance même par le fer , si les cardinaux ne ramenent le pape à la raison, & n'arrệtent le cours d'un procede li violent,

La guerre étant ainsi déclarée de part & d'autre , l'empereur Frideric fit publier au mois de Juin 1239. dans son roïqume de Sicile les articles suivans. Les freres Prescheurs & les Mineurs originaires des lieux rebelles de Lombardie seront challez du roïaume, & on se gardera des autres, afin qu'ils ne fassent rien contre l'empereur. Il en sera de même des autres religieux. On levera sur les églises cathedrales un sub

xxv. Ordonnances contre le pape. Ric. S. Germop 1931.

epolge

side pour l'empereur selon leurs facultez ; de même An.
sur les chapitres, sur le reste du clergé, & les moines
noirs ou blancs. Ceux qui sont en cour de Rome re-
viendront, sous peine de confifcation de leurs biens.
Les biens & les benefices que les clercs étrangers pof-
sedent dans le roïaume seront aussi confisquez. On
ne permettra à personne d'aller en cour de Rome ni
d'en revenir , sans ordre de la cour imperiale. On po-
sera des gardes pour empêcher que persone, homme
ni femme, n'apporte dans le roïaume des lettres du
pape contre l'empereur : quiconque en sera trouvé
porteur sera pendu ; & fi ce sont lettres de creance , il
fera tenu d'en declarer la teneur, & puni de même si
elles sont contre le prince. .

A cette ordonnance de l'empereur se rapporte une ?", de Vin. lettre adressée au capitaine du roïaume, par laquelle il 'dit que le pape y avoit envoïé des lettres par des freres Prescheurs & Mineurs, & par d'autres religieux pour y faire observer l’excommunication & l'interdit qu'il avoit fulminé contre lui. L'empereur ordonne donc au capitaine de condamner au feu toute persone de quelque condition, de quelque âge ou sexe que ce soit, qui aura presenté ou reçû de telles lettres , ou déferé à ces ordres du pape. Il veut même qu'il soit permis à toute persone d'en faire justice , quand elle les pren- Ric. S. Germ dra sur le fait. L'empereur maltraita aussi les moines, sp.Roin.n.jo." particulierement ceux du Mont-Cassin. Dès le mois d'Ayril il fit mettre des gardes à l'abbaïe , il la chargea d'impositions & chassa les moines de tems en tems; de sorte qu'au mois de Juillet il n'en laissa que buit pour faire le service divin.

Cependant le pape sachant l'extrêmité où les
Tome XVII.

Dd

1239.visa Grego herre sainte retardée.

10.

[ocr errors]

Jo François étoient réduits dans CP. s'efforçoit de tourAN. 1239. "

XXVI.?” ner à leur secours toutes les forces des croisez : non Croisade de la seulement de ceux qui avoient pris la croix pour' y al

ler avec l'empereur Baudouin , mais encore de ceux qui s'étoient croisez pour aller droit en Syrie, & qui étoient les plus considerables. A leur tête étoit Thibaud VI. comte de Champagne devenu roi de Navarre par le decés de Sanche le fort son oncle maternel.

Il étoit fils postume de Thibaud V: qui s'étant croisé sup.liv lxxv.n. aux prédicacions de Foulques de Neüilli mourut en

1201. lorsqu'il se préparoit au voïage. Ainsi Thibaud Ilberic. 1234

VI. étoit âgé de trente-trois ans quand il fut couronné roi le second dimanche après Pâques septiéme jour de Mai 1234. & l'année suivante il le croisa pour accomplir le væu de fon pere. Avec lui fe croiserent. Pierre de Dreux duc de Bretagne surnommé Mauclerc; Hugues IV. duc de Bourgogne, l'un & l'autre de la maison de France, Henri comte de Bar, Amauri comte de Monfort ; le comte de Vendôme & plusieurs autres nobles François.. .::

Conime ils virent que le pape retardoit leur voïage & détournoit une partie des legs pieux & des autres aumônes destinées au secours de la terre sainte, qu'il avoit ordonné de leur remettre entre les mains : ils lui écrivirent pour lui témoigner leur étonement & leur embarras: Le pape leur répondit : Vous ne devez point douter que nous n'aïons principale

ment à cæur l'affaire de la terre sainte, mais vosant xii ep.399.apo

la ruïne prochaine dont est menacé l'empire de Romanie, nous sommes obligez de travailler foigneusement à le secourir , puisque le loûtien de la terre frinte en dépend entierement: C'est pourquoi après

Rain.7.79.

[ocr errors]

en avoir déliberé avec nos freres les cardinaux, nous À avons résolu d'envoïer à l'empire de Romanie le secours destiné à la terre sainte. Ce qui ne doit point vous troubler, au contraire nøụs vous exhortons à vous tenir prêts pour le passage que nous dénonçons pour la S. Jean prochaine. La lettre eft adressée aux Teigneurs que j'ai nommez, excepté le duc de Bretagne, & dattée de Rome le neuvième de Mars 1239.

Les seigneurs croisez s'assemblerent en effet à Lion . Matth. Paris. ' pour regler leur voïage ; mais comme ils tenoient leur conference il vint un nonce de la part du pape en grande hâte, pour leur défendre de passer outre, & leur ordonner de retourner promptement chez eux, montrant la commission qu'il avoit pour ce sujet. Les croisez répondirent tout d'une voix : D'où vient certe variation dans la cour de Rome ? N'est-ce pas ici le terme & le lieu qui nous ont été prescrits depuis long-tems par les legats & les prédicateurs du pape ! Suivant leur promesse nous sommes disposez au voïage pour le service de Dieu : nous avons préparé nos vivres, nos armes , & tout ce qui nous est necessaire: nous avons engagé ou vendu nos terres , nos maisons & nos meubles, nous avons dit adieu à nos amis : nous avons envoïé devant nôtre argent à la terre sainte & annoncé nôtre arrivée, nous sommes près du port; & maintenant nos pasteurs changent de langage & veulent empêcher le service de J. C. Leur indignation étoit telle, qu'ils se seroient jettez sur le nonce du pape , G les prélats n'avoient moderé l'emportes nient de la multitude.

Incontinent après vinrent des envoiez de l'empe: reur qui representerent fortement aux croisez , qu'ils

« PrécédentContinuer »