Images de page
PDF
ePub

An.1230.

chez lui chargé de dépoüilles & de gloire, rendant
graces à Dieu & à S.. Jacques , que l'on disoit avoir ap-
paru dans la bataille avec des guerriers vêtus de blanc
combattant contre les infideles.. Alfonse se préparoit
à continuer la guerre, mais allant en pelerinage à S.
Jacques, il tomba malade en Galice à Villa-nueva de
Lenios; & aïant receu de la main des évêques la pe-
nitence & le:viatique, il mourut le vingt-cinquiénie
de Septembre de l'ere 1268.l'an de J.C.1230, aiantre-
gné quarante-deux ans. Il fut enterré auprès de son
pere à Compostelle dans l'église S. Jacques... Son fils
Ferdinand déja roi de Castille lui succeda & réünit.
ainsi les deux roïaumes de Castille & de Leon..

Le pape Gregoire IX.aïant appris les heureux suc17. epift:80. ap. cés des armes chrétiennes, écrivit aux croisez du Rain. 1230.7.34. roïaume de Leon, les exhortant à conserver & éten-

dre leurs conquêtes, & leur promettant des indulgen48 83.ibid.n.zs. ces. Il écrivit aussi à Gregoire archevêque de Compof

telle, lui donnant commission pour cette fois seulement d'établir des chanoines & d'ordonner des évê-ques aux deux anciennes citez de Merida & de Badajos : à la charge qu'à l'ayenir l'élection de ces évêques, appartiendroit au chapitre, suivant le droit commun : la lettre eft du vingt-neuviéme d'Octobre. Merida : eft Emerica trés-connuë dans l'antiquité.& metropole

de la Lusitanie : pour Badajos on conjecture que c'eft.

l'ancienne. Pax Augusta. indoror. Arrago Jacques roi d'Arragon âgé seulement de vingt-un Hilj:17.p.7$. an venoit de faire fur les Mores la conquête de l'ifle

. de Majorque. Etant parti de Tarracone après le con

cile , il se rendit à Lerida, où il receut la croix de la: main du legat Jean d'Abbeville, & avec lui plugeurs

[ocr errors]

de sa cour : puis il s'embarqua sur une grande flotte & arriva dans l’ille au commencement de Septembre 1229. il s'en rendit maître en quatre mois, & entra dans la ville capitale le dernier jour de la même année. Il étoit accompagné en cette guerre de deux évêques , Berenger de Barcelone & Lopé de Lerida : Michel de l'ordre des freres Prêcheurs, « un des premiers compagnons de saint Dominique , animoit les troupes au combat plus qu'aucun autre par ses ferventes exhortations. Après la conquête le roi repassa en Catalogne à la fin d'Avril 1230.

A la Toussaints il tintune cour à Poblet abbaïe de Cisteaux près de Montblanc au diocese de Tarragone, dans laquelle étoit la sepulture des rois d'Arragon. Le roi Jacquesy proposa fon dessein d'ériger un évêché à Majorque : mais l'évêque & le chapitre de Barcelone s'y opposerent , solltenant qu'elle étoit de leur. diocese. Ils se fondoient sur une donation faite en 1058. par Ali fils de Mugeid seigneur de Denia au App, Marea Bist. roïaume de Valence & des illes de Majorque & Mi.. norque, par laquelle il avoit accordé à l'église de Barcelone toutes les églises de ses états , pour être censées de ce diocese à perpetuité : avec défense aux prêtres & aux autres cleres de ces églises de s'adresler à d'autres évêques pour l'ordination & le faint chrême. On voit par-là qu'il y avoit encore alors grand nombre de Chrétiens dans ces illes sous la domination des Musulınans. Cette donation avoit été confirmée par plusieurs évêques & par le saint siege.

Toutefois en l'assemblée de Poblet l'évêque Berenger & le chapitre de Barcelone considerant que la

1hv 00.7. Spisil. p. ville & le roïaume de Majorque demandoient un évê

n. 2491.

AN. 1230, que & quele roi Jacques vouloit doter liberalement la

nouvelle église : convinrent que l'on érigeroit à Majorque une cathedrale, dont l'évêque seroit nommé pour la premiere fois par le roi : mais après la mort de ce premier évêque, il est dit , que l'élection se fera par l'évêque & le chapitre de Barcelone du confentement du roi d'Arragon ; & quel’élû sera tiré, s'il se peut , de l'Eglise de Barcelone, sinon de celle de Majorque ou d'une autre. Le même s'obseryera fi on établit une église cathedrale à Minorque ou à Yvice.Cette transaction fut passée à Pobler le fixiéme de Novembre 1230. En consequence le roi d'Arragon envoya prier le pape d'ériger à Majorque une église cathedrale & d'y ordonner un évêque, à quoi le pape répondit: Une église cathedrale doit être dotée magnifiquement , afin que l'évêque & le chapitre soient honorablement entretenus: autrement la dignité épiscopale y seroit avilie. Or il ne nous a point encore apparu de la dotation de l'église de Majorque : c'est pourquoi nous avons differé l'effer de vôtre demande. La lettre eft du vingtiéme Decembre 1230. Le par pe toutefois l'accorda sept ans après.

La religion chrétienne s'étendoit aulli dans le Nort;

& la predication y étoit soûtenuë par les armes, V. Sup. liv. Christien auparavant moine de Cisteaux étoit alors 1 . I. évêque de Prusse & travailloit à la conversion des inPrug. par. 2. c. fideles avec le secours de quelques freres Prescheurs.

Après que les Prussiens idolâtres eurent été quelque tems en paix avec les nouveaux convertis , ils leur firent une cruelle guerre dans la province de Masovie où commandoit le duc Conrad. Et comme il ne s'opposa pas à leurs premieres violences, ils paf

11.

Chevaliers Teutons en Prusle.

1 XIX, . 6.Chr.

1,2. 3.7 28.09.

férent plus avant, & firent de grands ravages en Pologne. Ils bruloient les maisons , cuoient les hommes & emmenoient en esclavage les femmes & les enfans. Ils détruisirent ainsi par le feu deux cens cinquante paroisses , outre les chapelles & les monasteres, tant d'hommes que de femmes. Ils massacroient les prêtres & les clercs jusques aux pieds des autels, fouloient aux pieds les saints mysteres , & employoient les vafes sacrez à des usages profanes.

Le duc Conrad aiant en vain eslažé d'appaiser ces co tu barbares par des presens, institua par le conseil de l'évêque Christien un ordre militaire à l'exemple des chevaliers de Christ de Livonic, portant un manteau blanc chargé d'une épée rouge & d'une toile : l'évêque revêtit de cet habit un homme de merite nommé Brunon avec treize autres; & le duc leur bâtit le château de Dobrin dont on leur donna le nom. Le duc étoit conyenu avec ces chevaliers de partager également les conquêtes qu'ils feroient sur les infide-' les , qui l'ayant apris vinrent en grand nombre artaquer le château de Dobrin , & le ferrerent de si près qu'à peine aucun des nouveaux chevaliers osoit se montrer dehors.

Conrad yoyant donc que ce secours étoit trop foi- 6.5. ble , resolur d'appeller les chevaliers de l'ordre Teutonique, qui étoient en grande réputation pour leur valeur, leur puissance & leurs richesles. Il communiqua la pensée à quelques évêques & aux nobles de la dépendance, qui l'approuvereni tout d'une voix : ajoûtant que les chevaliers Teutoniques étoient fort agréables au pape , à l'empereur & aux princes d'Allemagne : ce qui faisoit esperer que le pape en leur

[ocr errors]

not. ad co s.

25.

AN,1230.

faveur feroit passer des croisez au secours de la Prusse, Le Duc Conrad envoïa donc une ambassade solemnelle à Herman de Salse, qui étoit alors maître de, l'ordre. Teutonique. Après plusieurs déliberations & par le conseil du pape Gregoire & de l'empereur Frideric, il accorda au duc de Masovie ce qu'il desiroit; & l'acte du consentement de l'empereur est datté de l'année 1226. Herman de Salse envoïa donc en Masovie un de ses chevaliers nonimé Conrad de Lanf

berg, avec lequel le duc Conrad fit un traité où il ap. Rain. 1230.7 donne aux freres de l'ordre Teutonique tout le terri

toire de Culme pour le posseder toûjours en pleine proprieté , & toutes les terres qu'ils pourroient retirer d'entre les mains des infideles. Certe donation fut faite la même année 1226. & souscrite par trois évêques , Gonther de Mafovie , Michel de Cujavie & Christien de Prusse. Telfut l'établissement des che

valiers Teutoniques en Prusse, qui eut des suites con14. epift. 65. 62. siderables. Pour les seconder dans la guerre contre les

païens, le pape écrivit à tous les fideles des provinces de Magdebourg & de Brêne , à ceux de Pologne, de Pomeranie, de Moravie , de Hollace & de Gothie, les exhortant à prendre les armes contre les païens de Prusle & agir contre eux, suivant les conseils des chevaliers Teutoniques. La lettre est du treiziéme de Septembre 1230. Le pape écrivit en même tems aux freres Prescheurs pour les animer à cette mission ; & au duc de Mafovie pour le louer de les avoir appellez

dans ses états,

s Les écoles de Paris étoient toûjours désertes, les Paris rétablie.maîtres & les écoliers dispersez en divers lieux avoient 5:47.!.1711x.n.so-même fait serment de ne point revenir qu'on ne

63. ap. Rain, M. 23. 24.

III. université de

[ocr errors]
« PrécédentContinuer »