Images de page
PDF
ePub

XXIV.

ire.

re entre le pape & l'empereur , qui ne leur en laissoit AN.1245.
pas la liberté. Ceux de la terre sainte ne purent mê-
me être appellez, à cause de l'incursion de Cores-
miens:l'évêque de Beryte fut le seul qui s'y trouva par
occasion, aïant apporté cette triste nouvelle, & char-
gé de procuration comme syndic de tous les Chré-
tiens du païs.
· Le lundi d'après la saint Jean vingt-sixiéme de Juin College

Congregation
1245. le pape voulant préparer la matiere du concile, préli
tint une congregation dans le refectoire des religieux
de S. Just, chez lesquels il étoit logé. Le patriarche de
CP. exposa l'état de son église, qui avoit autrefois
plus de trente suffragans dont à peine il en restoit trois.
Les Grecs & d'autres ennemis de l'église Romaine 26. Juin.
étoient les maîtres de presque tout l'empire de Ro-
manie jusques aux portes de CP. Ainsi son église tom-
boit dans un extrême mépris, quoiqu'elle eût le pri-
vilege d'être au-dessus d'Antioche premier siege de S.
Pierre, mais alors soûmise à l'empire des Grecs.

Ensuite on proposa de proceder à la canonisation ..
de S. Edme archevêque de Cantorberi , dont Dieu
faisoit connoître la lainteté par des miracles évidens,
suivantle témoignage de huit archevêques & d'envi-
ron vingt évêques ; & pour rendre l'action plus fo-
lemnelle on demandoit qu'il fût canonisé dans le con-
cile. Mais le pape dit : Nous sommes pressez par des
affaires importantes de l'église qui ne souffrent point
de délai ; c'est pourquoi il faut suspendre celle-ci, que
nous ne negligerons pas dans la suit : , si Dieu nous
fait la grace de vivre. .

Thadée de Suesse au nom de l'empereur Frid ic
fon maître offrit hardiment au pape pour rétabli: lai

* Rr iij,

[ocr errors]

AN.1245.

[ocr errors]

paix & regagner son amitié, de ramener à l'obéissance de l'église Romaine l'empire de Romanie: de s'opposer aux Tartares , aux Coresmiens,aux Sarrasins & aux autres ennemis de l'église: d’aller en persone à ses dépens à la terre sainte, la délivrer du peril où elle éroit, & la rétablir selon son pouvoir; enfin de rendre à l'église Romaine ce qu'il lui avoit ôté, & réparer les injures qu'il lui avoit faites. Le pape s'écria : 0 les grandes promesses! mais elles n'ont jamais été accomplies & ne le seront jamais. On voit bien qu'elles se font pour éviter le coup qui menace, & se moquerensuite du concile:votre maître a juré la paix depuis peu; qu'il l'observe selon la forme de son ferment, & j'acquiesce. Mais si j'acceptois ses offres , & qu'il voulût s'en dédire , comme je ne m'attens pas à autre chose, qui seroit sa caution, & qui le contraindroit à tenir fa parole: Le roi de France & le roi d'Angleterre, répondit Thadée. Et le pape reprit : Nous n'en voulons point. Car s'il manquoit à ses promesses, comme nous n'en doutons pas par les exemples du passé, nous serions obligés de nous en prendre à ces princes; & l'é. glise auroit pour ennemis les trois plus puissans princes seculiers. Thadée n'aïant pas un pouvoir assesample pour accepter la proposition du pape , ni assez de tems pour consommer l'affaire, fut réduit à garder un triste silence,

Galeran évêque de Beryte qui avoit apporté la nouvelle de l'incursion des Coresmiens , fic lire par frere Arnoul Dominicain venu avec lui la lettre des prélats qui contenoit la rélation de ce désastre ; & cette lecture tira les larmes des yeux à tous les assistans. C'est ce qui se passa dans la Congregation préliminaire di concile,

1.1245

Premiere Sellion

88.

La premiere session solemnelle se tint deux jours À après, savoir le mercredi vingt-huitiéme de Juin veil- 28. Juin le de la saint Pierre. Ce jour le pape & tous les autres Premio

XXV. prélats revêtus pontificalement se rendirent à l'église metropolitaine de S. Jean, où le pape aïant celebré P 657 6,%. la meste monta à un lieu élevé, l'empereur de CP.

conc. p. 666. s’assit à sa droite, & quelques autres princes seculiers. à la gauche : puis le vice-chancelier Martin de Naples cardinal diacre , avec les notaires, l'auditeur & le correcteur, les chapelains , les soûdiacres & quelques autres. Les prélats étoient assis plus bas en cette forte. Vis-à-vis du pape les trois patriarches , celui de CP. à la droite, puis celui d'Antioche & celui d'A- Ughelo to, quilée le troisiéme. C'étoit encore Berthold fils du duc de Moravie long-tems odieux aux papes comme attaché à l'empereur Frideric, & depuis compris dans la paix de 1230. Les deux autres patriarches prétendoient qu'il ne devoit pas être aslis auprès d'eux, n'étant pas du nombre des quatre anciens, & firent rompre son siege; mais pour éviter le scandale il fut rétabli, & par ordre du pape , à ce que l'on crut. Dans la nef de l'église à droit , & aux hautes places s’aslırent les cardinaux évêques, de l'autre côté les cardinaux prêtres, & après eux les archevêques & les évêques: dans les sieges qui remplisfoient la nef quelques évêques, les députez des chapites , les enyoïez de l'empereur Frideric & des rois , & plusieurs autres.

Quand chacun eut pris sa place, le pape entonnale Veni Creator, & après que tous l'eurent chanté, lecardinal Gilles dit; Flectamus genua, Octavien répondit, Le Vate : le pape dit l'oraison : le chapelain Galeas com

28. Juin.

AN. 1245.

mença les litanies, le pape dit l'oraison du S. Esprit. wir. Puis il prononça son sermon, dont il prit pour sujet

les cinq douleurs dont il étoit affligé, comparées aux cinq plaïes de N. S. La premiere étoit le déreglement des prélats & de leurs peuples: la seconde l'infolence des Sarrasins : la troisiéme le schisme des Grecs. la quatriéme la cruauté des Tartares : la cinquiéme la persecution de l'empereur Frideric. Il s'étendit sur ce dernier point , & representa les maux que ce prince avoit faits à l'église & au pape Gregoire son prédecesseur. Il est vrai, ajoûta-t-il, que dans les lettres qu'il envoïe par le monde il dit publiquement, qu'il n'en veut point à l'église, mais à la persone: or lecontraire paroît manifestement, en ce que pendant la vacance du saint siege , il n'a point celle de persecuter l'église.

· Le pape finit son sermon par les reproches persoconcés.860618 nels contre Frideric , qu'il accusoit d'heresie & de sa

crilege. Entre autres d'avoir bâti une ville nouvelle en Chrétienté qu'il avoit peuplée de Sarrasins:d'avoir contracte amitié avec le lultan d'Egypte & d'autres princes infideles , & d'entretenir des concubines de la même nation. Enfin il l'accusoit de.parjure & d'avoir plusieurs fois manqué à ses promesses ; & pour preuves de ce dernier article il fit lire plusieurs pieces. Premierement une bulle scellée en or, accordée au pape Honorius par Frideric lorsqu'il n'étoit encore que roi de Sicile, portant qu'il lui avoit prêté serment de fidelité comme fon yassál; & une autre par laquelle reconnoissant encore qu'il tenoit en fief du S. siege le roïaume de Sicile, il ci doit & quittoit tout le droit qu'il pouvoit avoir aux élections des églises d ce

roïau me

f.1245

[ocr errors]

roïaume, & les déclaroit franches de toute redevan- ĀN
ce. Le pape fit lire plusieurs autres bulles d'or, par les- 28. Jun.
quelles Frideric cant comme roi que comme empe-
reur donnoit & confirmoit à l'église Romaine la Mar-
che d'Ancone, le duché de Spolere , la Pentapole , la
Romagne & les terres de la comtesse Mathilde...

Alors Thadée de Suesse se leva d'un air intrepide
au milieu de l'assemblée, & produisit des bulles" des
papes, qui paroissoient servir de réponse aux repro-
ches du pape ; mais aïant bien examiné les unes &
les autres bulles , on trouva qu'elles n'étoient point
contradictoires, parce que celles du pape étoient con-
ditionelles, & celles de l'empereur absoluës, & il parut
clairement qu'il avoit manqué à les promesles. A quoi
Thadée s'efforça de répondre, montrant des lettres du
pape , dont il prétendoit qu'il n'avoit pas executé le
contenu ; & en concluoit que l'empereur n'avoit pas
été non plus tenu de ses promesses. Quant au reproche
d'heresie il dit en regardant l'assemblée : Seigneurs,
persone ne peut être éclairci sur cet article si impor-
tant, à moins que l'empereur mon maître ne soit pre-
sent, & ne declare de la bouche ce qu'il a dans le cæur.
Mais je donne un argument probable qu'il n'est point
hețetique ; c'est qu'il ne souffre point d'usuriers dans
ses.états. Par-là Thadee notoit indirectement la cour
de Rome, que l'on accusoit d'être infectée de ce vice.
Quant à la liaison de Frideric avec le sultan d'Egypte
& les autres Sarrasins, à qui il permettoit de demeurer
dans ses terres, ille fait exprès, dit Thadée, & par prų-
dence pour contenir fes sujets rebelles & séditieux,
& pour épargner le sang chrétien dans les guerres où
il emploïe ces infideles. A l'égard des femmes Sarra-

Tome XVII.

[ocr errors]
« PrécédentContinuer »