Images de page
PDF
ePub

LVI. Preparatif

pour la croi

faffaire pour lors ne fut pas poussée plus avant.

- Vers la mi-carême de l'an 1247. le roi S. Louis af- AN. 1247. sembla un grand parlement, où il fixa son départ pour la croisade à la S. Jean de l'année suivante. Il en fit fer- de S. Louis ment & le fit faire aux autres croisez, sous peine au lade. contrevenant d'être excommunié & reputé ennemi '^ p.631. public. Et comme la croisade contre Frideric nuisoit à celle de la terre sainte, Louis obtint du pape un ordre à Pierre Capoche son legat en Allemagne de ne Rain. 1247: point permettre que l'on commuật les væux du voya- ". 36. ge d'outre-mer, ni que l'on empêchât les predicateurs • d'exhorter à ce voyage. Mais d'ailleurs comme plu- Sup. lit. LXICO sieurs croisez abusoient de la protection que l'église leur accordoit : le saint roi avoit obtenu du pape une lettre aux évêques & aux autres prélats de France, par Du chesne. to: laquelle il leur défendoit de proteger les croisez qui s.p. 862. commettroient des yols, des homicides, des rapts & d'autres crimes semblables. La lettre eft du sixiéme de iv ep.234: Novembre 1246.& le pape écrivit en conformité au n. cardinal Eudes son legat en France.

Pendant l'automne de l'année 1247. Louis envoya Matth. Para par tout son royaume des freres Prêcheurs & des Mineurs, pour s'informer exactement des dommages que pouvoient avoir soufferts de la part les marchands ou les autres particuliers. Il chargea aussi les baillifs de la même enquête , afin que si sous son autorité on avoit emprunté ou exigé del'argent ou des vivres, comme il arrivoit souvent, le particulier lezé le prouvât par écrit, par une taille , par témoins, par son ferment, ou par autre voye legitime ; & le roi en feroit l'entiere restitution: ce qui fur executé. C'étoit l'usage des croisez: & sachant les perils du voyage,ils s'y préparoient comTome XVII.

Bbb

Rain. 1246. n. 54.

H. 22.

An. 1246.

me à la mort. Nous avons l'exemple de Jean fire de

Joinville sénéchal de Champagne, qui suivit S. Louis Hif. S. Loüis en cette croisade, & qui dit qu'avant son départ il

manda ses sujets,& dit aux gentilshommes du pais qui l'étoient venus trouver: Seigneurs, je m'en vais outremer, je ne fai fi je reviendrai jamais ou non. C'eft pourquoi s'il y a quelqu'un à qui j'aïe fait tort & qui se veüille plaindre de moi, qu'il s'avance ; car je le: veux reparer comme j'ai coûtume de faire. Et il s'en

rapporta au jugement des gens du païs. On voit par Du Cange ob- plusieurs anciennes chartes , que souvent, en ces ocservat. p. 52.

“ casions les nobles restituoient les biens usurpez sur l'év

glise , ou faisoient de nouvelles fondations.
LVII. a S. Louis aïant appris que Haquin roi de Norvege
Haquin R. de
Norvege croi- s'étoit croisé , lui écrivit une lettre pleine d'amitié, le
Marth. Paris. priant qu'ils fiflent ensemble le voyage , afin que ce

prince qui étoit puissant fur mer, gouvernât toute la
flote. Haquin venoit d'être couronné par le legat du
pape, ce qui merite d'être expliqué. Il étoit fils du roi
Haquin son predecesseur, mais il n'étoit pas legitime,
& c'est ce qui l'obligea à avoir recours au pape. Il de-
manda donc un legat, & le pape lui envoia le cardi-
nal Guillaume évêque de Sabine, auparavant évêque:
de Modene, & emploïé dans les missions du Nort. La

lettre par laquelle le pape le recommanda au roi est iv. ep. 139. Rain. 1246." du trentiéme d'Octobre 1246. & sa legation s'éten

doit en Suede. Car il étoit encore chargé d'exciter Matth. Par. cerinumer contre

Pa*. ces roïaumes contre Frideric, & d'en tirer des subp. 634.

ventions pour lui faire la guerre. Par une autre lettre

adressée au roi Haquin, le pape usant de la plenitude Rhir. n. 34.

de sa puissance, lui accorde dispense pour être élevé à ja dignité rožale, & la transmettre à ses enfans legia:

6.643.

». 32.

p. 643.

times nonobstant le vice de sa naissance.

AN. 12476 En effet le vingt-neuviéme de Juillet 1247. jour de AN S. Olaf roi de Norvege & martyr, Haquin fut cou- Math. Par. ronné solemnellement à Bergue ville épiscopale de son roïaume par l'évêque de Sabine legat. En reconnoifsance de ce bienfait le roi compta au pape quinze mille marcs de sterlins ; & le legat outre les grands presens qu'il receut, leva cinq cens marcs sur les églises du royaume. Aussi le roi Haquin s'étant croisé obtint du pape pour les frais de son voiage le tiers des revenus ecclesiastiques de Norvege. Ce fut donc à ce roi que Saint Louis proposa de s'associer au vožage d'outremer; & il chargea de cette negociation le moine Anglois Matthieu Paris, qui a écrit l'histoire du tems. Le roi Haquin ayant lû la lettre de S. Louis, dit à Matthieu en qui il avoit confiance : Je rends beaucoup de graces à ce pieux roi, mais je connois un peu le naturel des François; mes gens sont impetueux, indiscrets, & - ne peuvent rien souffrir. S'ils prennent querelle avec une nation hautaine, nous en souffrirons l'un & l'autre un dommage irreparable ; c'est pourquoi il vaut mieux que nous allions chacun à part. Il demanda seulement la permission d'aborder aux ports de France en cas de besoin , & y prendre des vivres , ce que S. Louis lui accorda de bonne grace. Ce roi de Norvege, dit Matthieu Paris, est un homme sage, modeste & bien lectré.

En Allemagne le legat Pierre Capoche assembla prés de Cologne à la S. Michel un concile des évêques Guillaume de qu'il put ramasser; & le jeudi suivant troisiéme d'ošto- Hollanderoi bre Guillaume frere du comte de Hollande fut élû Alb. stad. am. roi des Romains à Nuis par quelques évêques & quel

des Romains

640.

epift. ap.

Rain. n. s. 6.

An. 1247. I

a ques comtes. C'étoit un jeune homme d'environ vinge

i ans, bien fait de sa personne & soûtenu par de grandes M.par. p.636.

alliances. Il avoit pour lui le duc de Brabant son oncle , les comtes de Gueldres & de Eos, l'archevêque & la ville de Cologne , l'archevêque de Maïence , & celui de Brême avec leurs suffragans; les évêques de Virsbourg, de Strasbourg, de Munster & de Spire, comme témoignent plusieurs lettres du pape adressées: à ces princes, & dattées du vingtiéme de Novembre Il écrivit aussi à son legat & aux freres Prêcheurs d'exhorter à la croisade qu'il avoit déja publiée contre: · Frideric. Mais plusieurs princes d'Allemagne le reconnoissoient toûjours pour empereur ; savoir le duc de Saxe, le duc de Baviere, le marquis de Misnie, la noblesse d'Austriche & de Stirie; Parchevêque de Magdebourg, les évêques de Passau & de Frisingue; & tout ce que pût faire le pape, fut d'ordonner à son legat de citer ces prelats pour venir à Lion comparoître devant lui, & d'employer les censures contre les laïques. .

Cependant Frideric au mois de Mai de cette an: . Frideric afliege

go née 1247. vint de Pouille en Lombardie avec une Mon. Pad. grande armée, & s'avança jusques à Turin. Il vouloit Petr. Vin. 11. aller à Lion, afin, disoit-il, de plaider lui-même fa

cause en presence du pape, & en faire connoître la justice aux nations de deça les Alpes ; & il pretendoit repasser aussi-tôt en Allemagne, pour en appaiser les troubles. Ce voyage causa une terrible allarme au pape

& à toute sa cour ; & on craignit que Friderie ne vint 4. Parif. p. 640. avec de si grandes forces, à dessein de leur faire vio-

lence. Mais le pape fut rassuré par l'offre que lui fit S. Louis, d'aller inceffamment à son secours avec les

LIX.

Parn.e.

ep. 49.

n. 17.

trois princes fes freres, & une puissante armée. Le À

. I 247 pape l'en remercia trés-affectueusement, & toutefois

Iv.ep. CNT. 124 te pria de ne point marcher qu'il ne l'en avertit. La ..!

* Rain. n. 13. lettre est du dix-septiéme de Juin. Peut-être le pape favoit-it déja ce qui fe passoit en Lombardie. Car ses parens & ses amis qui avoient été chassez de Parme, profitant de l'absence de Frideric s'assemblerent, & asant intelligence avec les habitans y entrerent à la mi-Juin; & ayant tué le Podesta, en chasserent les partisans de Frideric. Gregoire de Montelongo depuis long-tems legat du pape en Lombardie amena du secours à Parme, aussi bien que le cardinal Octa- Petr. Vin: 11: vien que le pape venoit d'y envoyer au mois d'Avril; p. 37. Rain. ainsi Parme se prepara à se bien défendre. Frideric fut averti de fa revolte comme il se mettoit en chemin pour marcher à Lion, & transporte de colere, il retourna sur ses pas avec son armée, & vint allieger Parme. Pour montrer qu'il ne vouloit point en Matth. Paris: partir qu'il ne l'eût prise , il fit bâtir son camp en for 2.0 me de ville qu'il nomma Victoire, & où il passa l'hiver, fe tenant si assuré de prendre la ville, qu'il refusa de la recevoir à discretion. Le pape Innocent travailloit cependant à ramener .1.X.

Daniel duc de divers schismatiques. Dés l'année précedente Daniel Ruffie reconnoit duc de Russie envoya en Pologne Opizon abbé de Long hist. PomMesine , qui étoit legat du pape , lui demander le ti- lon. lib. 7. tre de roi, promettant de se loûmettre à l'église Romaine, & de joindre ses forces à celles des autres princes catholiques, pour repousser les Tartares. Les Rufses avoient embrassé le christianisme deux cens cinquante ans auparavant ; mais ils suivoient le rit Grec Sup. liv. comme ils font encore, & se trouvoient engagez dans +VIT. *1%.

ВЪь iij

« PrécédentContinuer »