Images de page
PDF
ePub

pes. Le siege d'Aix-la-chapelle dura long-tems ; mais An. 1228. enfin pressée par la famine, & par les troupes des

Matth. Par.p. asliegeants qui croissoient toûjours , elle fut obligée 649. ost. . de se rendre, & le roi Guillaume y fut couronné

le jour de la Toussaints 1248. par les mains de l'archevêque de Cologne, en presence des deux car- Sifrid.p.696.

dinaux.

Annal. de ses

Madrid. 1677.

En Espagne le roi Ferdinand poussoit ses con- IX.

Seville prise pac quêtes sur les Maures , & asliegeoit depuis seize S. Ferdinand?" mois Seville capitale de l'Andalousie, ayant fait veu de ne la point quitter qu'il ne l'eût prise. Son Chron. c. 17. camp étoit comme une grande ville bien policée, . 38. où chaque métier avoit să ruë, & les denrées leurs P.350,marchés separés ; les soldats en faisoient leur de- vill. lib. I. meure fixe avec leurs femmes & leurs enfans. Les assiegés se voyant pressés demanderent à capituler, & après plusieurs propositions que le roi refusa , ils convinrent de lui abandonner la ville & se retirer ailleurs. Ils se reduisirent à demander qu'il leur fut permis d'abattre la grande mosquée , ou du moins sa tour, d'où l'on annonçoit la priere, prevoyant que ces bâtimens seroient employés à l'usage de la religion Chrétienne. Le roi s'en rapporta à son fils Alfonse, qui ne voulut pas souffrir qu'on en ôtât une seule tuille. Enfin la ville fut renduë le jour de saint Clement vingt-troisiéme de Novembre 1248. après avoir été cinq cens trente - quatre ans au pouvoir des Musulmans. Ils en sortirent au nombre de trois cens mille , & se retirerent partie en Afrique, partie dans le royaume de Grenade, & les autres terres qu'ils tenoient encore en Espagne.

H hh ij

p. 87.

AN. 1248.

cf Le roi Ferdinand n’entra dans Seville qu'un mois

après , savoir le vingt-deuxiéme de Decembre jous de la translation de saint Ilidore évêque de la même ville. Il fut receu en procession par les évêques & le clergé , & entra dans l'église de sainte Marie,

ou la messe fut celebrée par Goutiere élû archeIndic. Arrag vêque de Tolede. Rodrigue Chimenes celebre par

son histoire étoit mort l'année precedente 1247. le dixiéme de Juin, en revenant de Lion où il étoit allé voir le pape. Jean évêque d'Osma , puis de Burgos fut alors transferé au siege de Tolede, qu'il ne tint guere qu’un an ; & on élut pour lui succeder Goutiere chanoine de la même église, qui mourus l'an 12:50. Le premier soin de Ferdinand fut de rétablir le siege métropolitain de Seville , avec son chapitre , ses chanoines ,. ses digniteż, & il donna

de grands biens pour dotter cette église , comme le Ap.. Rain. n. 47.

47. pape l'avoit exhorté en general par une lettre de la

même année , à l'égard de toutes ses conquêtes. Ferdinand destina l'archevêché de Seville à l'infant Philippe son quatriéme fils , & le fit élire ; mais ce prince ne prit le titre que d'administrateur , renonça depuis à l'élection , & même se maria. Le premier archevêque de Seville depuis la conquête, fut Raimond auparavant évêque de Segovie , & chancelier du roi. Ferdinand, qui avant la renonciation de Philippe, déservit l'église de Seville comme vicaire ou

fuffragant. concilide Va Quoique l'empereur Frideric fut en Poüille, le

pape Innocent craignoit qu'il ne paísât les Alpes, & ne vint vers Lion, comme il paroît par les décrets d'un concile tenu à Valence sur le Rône le

lence.

429 AM

LIVRE LXXXII I.

An. 1248. famedi après la saint André, c'est-à-dire, le cin- quiéme de Decembre 1248. Deux cardinaux y prefiderent, savoir Pierre évêque d’Albane, & Hugues prêtre du titre de sainte Sabine ; & suivant l'ordre du pape il s'y trouva quatre archevêques , de Narbonne, de Vienne , d'Arles, d'Aix ; & quinze évêques, de Beziers , d'Agde, d'Uzés, de Nismes, de Lodeve , d’Agen , de Viviers, de Marseille, de Frejus , de Cavaillon, de Carpentras, d'Avignon, de Vaison , de Die, & de Trois-châteaux. On y publia vingt-trois canons pour faire executer les anciens , touchant la conservation de la foi , de la paix & de la liberté ecclesiastique ; & voici ce qui m'y paroît de plus remarquable : On renouvellera tous les trois ans le serment de la paix, suivant les statuts des conciles. On peut voir entre autres celui de Tou- Sup. liv. louse en 1 2 2 9. Le concile de Valence continuë:

On ajoûtera maintenant à ce serment, de ne don- Cocn. Val.c.2.. . ner aucun secours à Frideric schismatique, & per

turbateur de la paix , & fi par hazard il venoit en ces provinces , ou quelqu'un de la part , personne ne le recevra ou ne lui obéira. Ensuite on renou-'. 22. 23. velle l’excommunication contre lui & ses fauteurs ,, & contre ceux qui l'ont appellé ou l'appelleront ;, & on les declare infames & incapables de tout acte legitime.

Pour reprimer les parjures devenus tres frequens ,. 6.6.7.8.. on enjoint aux évêques de faire exactement observer les peines portées par les canons. Ceux qui n'e-xecutent pas les sentences des inquisiteurs , seront e-7. traités comme fauteurs d'heretiques. Ceux qui quittent de leur autorité les croix qu'ils doivent.6.13

Hhh iij

LXXIX.n.5 3.6.28 p. 433.

W

LXXXII, n. 48.

24sporter sur leurs habits, comme ayant abjuré l'heAN. I

6.15. resie, feront jugés comme heretiques. Nous avons

appris, dit le concile, que quelques excommuniez font des statuts ou des ordonnances contre ceux qui les excommunient., ou qui dénoncent les excommunications, ce qui est presque heretique , étant fait au mépris des clefs de l'église. C'est pourquoi nous ordonnons que ceux qui auront fait de tels statuts .soient excommuniez pour cela même, & que l'on cesse l'office divin par tout où ils se trouveront. Mais pouvoit-on esperer que la secon

de censure seroit plus respectée que la premiere ? c. 20. Ce concile défend aussi les conjurations & les conSup. liv. frairies, ce qui semble regarder la ligue faite l'an

**. née precedente par les barons de France contre le

clergé. XI.

Cependant le roi faint Louis arrivant dans l'isle Chipre. .

de Chipre, y fut receu par Henri de Lusignan roj Rain. an.

du pays, auquel le pape Innocent avoit aussi donné 1247. n. ss. le roiaume de Jerusalem, le regardant comme ya..

cant par la condamnation de Frideric & de Conrad Gesta Duchesne son fils. Loüis par le conseil de ses barons & de ceux P: 347

du royaume de Chipre , resolut de passer l'hyver dans cette isle, ne pouvant assez à temps aller en Egypte, parce que ses vaisseaux & ses galeres, ses arbalêtriers & le reste de ses gens, n'étoient pas encore arrivés. Or il avoit resolu de porter la guerre en Egypte, pour attaquer dans son pays le Sultan qui

étoit maître de la terre sainte , comme on avoit Sup. live LXVII. n. 15. fait trente ans auparavant. Le roi de Chipre avec

presque toute la noblesse & les prelats de ce royaume se croiserent; & le terme du départ pour tou_

S. Louis en

de l'armée fut fixé à Pâque de l'année suivante. Pendant le séjour en Chipre le roi termina plusieurs differens entre les seigneurs croisés, qu'il étoit toûjours difficile de contenir étant indépendants les uns des autres , '& peu soûmis à leurs souverains. L'archevêque Latin de Nicofie capitale de l'isle avoit un differend avec les gentils-hommes du pais pour lequel ils étoient presque tous excommuniez : le legat Eude de Châteauroux se rendit mediateur entre les parties , les accommoda & fit absoudre les gentils - hommes. L'archevêque Grec étoit banni de l'isle depuis long-temps comme schif-matique & désobéissant à l'archevêque Latin; mais il revint alors & se soûmit avec les autres Grecs qui • avoient été excommuniez. Le legat leur donna l'ab

solution , & ils abjurerent devant lui quelques erreurs.

Il y avoit en Chipre des Sarrasins càptifs, dont plusieurs demandoient instamment le baptême , quoiqu'on les avertit expressement qu'ils n'obtiendroient pas pour cela leur liberté. Le legat en cate: chisa cinquante-sept , c'est-à-dire les fit catecumenes le jour de l'Epiphanie 6. Janvier 1249. & après en avoir baptisé trente de sa main, il alla à la procession des Grecs sur un certain fleuve, ou en presence du roi de France & du roi de Chipre, ils · reconnurent qu'il n'y avoit qu’un Dieu , une foy &

un baptême, & qu'ils faisoient cette ceremonie en memoire de ce qu'à pareil jour N. S. fut baptisé par S. Jean dans le Jourdain. Ils tremperent la croix dans l'eau en disant: Le pere eft lumiere , le Fils lumiere , le S. Esprit lumiere. Ils firent là des prieres.

« PrécédentContinuer »