Images de page
PDF
ePub

AN.1233.

roient à son tombeau les jours & les nuits, disoient :
ensuite qu'ils avoient été gueris; & pour témoigna-
ge suspendoient des images en cire, d'yeux, de mains,
de pieds, ou d'autres parties. Plusieurs des freres Pre-
cheurs ôtoient & brisoient ces images, & ne vou-
loient point reconnoître ces miracles , de peur qu'on
ne les loupçonnât d'agir par interêt. Mais le nombre
des freres croissant à Boulogne, il fallut augmenter les
logemens & l'église ; & en démolissant l'ancien bâți-
ment on laissa à découvert la sépulture de S. Domi-
nique:ce qui fit penser à transferer le corps à un lieu
plus decent. Toutefois les freres n'oferent le faire fans
consulter le pape Gregoire.

Il les reprit durement d'avoir si long-tems negli-
gé de rendre à leur pere l'honneur convenable; &
écrivit à l'archevêque de Ravenne métropolitain de
Boulogne de s'y rendre avec ses suffragans pour aslif-
ter à cette translation. Le jour venu , il s'y assembla
une multitude innombrable de peuple & des troupes
de Boulonois en armes pour empêcher qu'on ne leur
enlevât ce tresor. Les freres Prêcheurs craignoient que
le cercueil aïant été long-tems exposé au soleil & à la
pluïe, le corps ne fût corrompu : mais au contraire
quand on eût levé la pierre qui le couvroit il en for-
tit une odeur excellente au grand étonnement des as-
sistans ; & cette odeur se communiquoit à tout ce qui
touchoit le saint corps. Cette translation fur faite le
mardi de la Pentecôte vingt-quatriéme jour de Mai
1233. & le P. Jourdain qui en fut témoin oculaire en
écrivit la relation dans une lettre adressée à tous les
freres de l'ordre. On commença ensuite à proceder à
la canonisation de S. Dominique. Dès la même an.

[ocr errors][ocr errors][ocr errors][ocr errors][merged small][ocr errors]

18.9.8.

3.

09.55.

née 1233.le pape Gregoire nomma commissaires Tan- ÄN crede archidiacre de Boulogne , & deux autres pour informer de sa vie & de ses miracles; & nous avons les dépositions autentiques de neuf témoins oüis en cette occasion , tous d'entre les disciples qui l'avoient riedes. Deconnufamilierement, & parloient de ce qu'ils avoient frechar19:

mins. par le P. vû & ouï de la bouche. Enfin l'année suivante 1234. le pape le canonisa solemnellement, comme il paroît Bullar.to.1. Gr. par sa bulle donnée à Rieti le treiziéme de Juillet ; & ap. Bzor.

ap. Bzor. 1234. l'église celebre sa fête le jour de la mort quatriéme ns. d'Août. Le pape Gregoire canonisa ausli cette an- Martyr. R. 4. née S. Virgile archevêque de Salsbourg mort en 780. & ordonna de celebrer la fête le vingt-septiéme de $wp.liv.xliv.". Novembre jour de la mort. La bulle est du dix-hui- áp. Rair. 123;. tiéme de Juin 1233. .

Dès l'année précedente on avoit découvert en Al- XXIV. lemagne un grand nombre d'heretiques par les soins retiques. du docteur Conrad de Marpourg : qui après les avoir coniin. Lamb.

Schafr.omn.123. examinez en qualité de commissaire du pape en fit * brûler plusieurs, entre-autres quatre en la presence à Chr. Godefr. Erford. On les nommoit Stadingues , du nom d'un cod ( 1234. peuple qui habitoit aux confins de Frise &'de Saxe alber. 123.4po en des lieux environnez de rivieres & de marais impraticables. Ces gens aïant été excommuniez pendant plusieurs années pour leurs crimes, entre-autres parce qu'ils refusoient de païer les dîmes, se revolterent & temoignerent ouvertement leur mépris pour l'autorité de ľéglise. Comme ils étoient braves, ils attaquerent les peuples voisins , les comtes mêmes & les évêques , & le plus souvent avec avantage. .

Voici les abominations dont on les accusoit, suivant une lettre du pape Gregoire adressée à l'arche.

Stadingues he

[ocr errors]
[ocr errors]
[ocr errors]
[merged small][ocr errors]

vêque de Maïence, à l'évêque d'Hildesheim & au doc-
teur Conrad. On dit que quand ils reçoivent un no-
vice, & qu'il entre la premiere fois dans leur assem-
blée , il voit un crapaut d'une grandeur énorme,com-
mme un oïe ou plus, que les uns le baisent à la bou-
che les autres par derriere : puis le novice rencon-
tre un homme pâle avec les yeux trés-noirs , si mai-
gre qu'il n'a que la peau & les os : il le batse & le
Tent froid comme glace , & après ce baiser il oublie
entierement la foi catholique. Ensuite ils font en-
semble un festin, après lequel un chat noir descend
derriere une statuë qui est ordinairement dans le lieu.
Le novice baise le premier ce chat par derriere , puis
celui qui preside à l'assemblée & les autres qui en
sont dignes : les imparfaits reçoivent feulement le bai-
ter du maître. Ils promettent obéissance, après quoi
on éteint les lumieres , & ils commettent entre-eux
toutes sortes d'impuretez. Ils reçoivent tous les ans à
Pâques le corps de N. S. & le portent dans leur bou-
che jusques à leur maison où ils le jettent dans le pri-
vé. Ils disent que le maître du ciel a injustement &
& frauduleusement precipité Lucifer dans les enfers,
Ils croïent en celui-ci, & disent qu'il est le createur
des choses celestes , & qu'il rentrera dans sa gloire
après avoir précipité son adversaire. C'est par lui &
avec lui qu'ils esperent entrer dans la beatitude éter-
nelle, ainsi parle le pape dans sa lettre du treiziéme
de Juin 1233..
: Ce dernier article fait voir que les Stadingues
étoient une branche des Manichéens , & quant aux
abominations de leurs assemblées nocturnes , nous
avons vû des reproches semblables contre les Mani,

chéens brûlés à Orleans en 1022. Albert qui fut fait que abbé de Stade dans la basse Saxe en 1232. parlant des Stadingues , dit qu'ils méprisoient la doctrine de l'é- 33. glise, consultoient des demons & des magiciennes, & €1.21.234. faisoient des figures de cire, Qu'ils déchiroient les clercs & les religieux par toutes Tortes de tourmens , & n'épargnoient ni âge ni sexe. Ils attiroient à leur fecte tous ceux qu'ils pouvoient, principalement les païlans. . Cette année 1233. le roi Henri fils de l'empereur Frideric , Conrad archevêque de Maïence & le doc- to st. concen teur Conrad de Marpourg firent à Maïence une af- 478. ex contin semblée d'évêques, de comtes & de clercs, pour examiner des personnes diffamées comme heretiques : entre lesquels le comte de Seine accusé demanda encore un délai pour se justifier. Quant aux autres qui ne comparurent point , Conrad donna la croix à ceux qui voulurent s’armer contre eux. De quoi ces prétendus heretiques furent tellement irritez , qu'ils lui dresserent à son retour une embuscade auprês de Marpourg, & le tuerent avec frere Gerad de l'ordre des Mineurs, homme de sainte vie : c'étoit le trentiéme de Juillet. On accusoit Conrad de précipitation Ann. Godefro dans ses jugemens , & d'avoir fait brûler trop legere-" ment sous pretexte d'heresie, plusieurs nobles & non nobles , clercs , moines, recluses, bourgeois & païfans. Car il les faisoit executer le même jour qu'ils. étoient accusez ; fans déferer à l'appel. . On assembla un concile pour examiner ces plaintes contre la memoire du docteur Conrad qui ne manquoit pas de défenseurs , & les foupçons d'herefie contre quelques personnes. Plusieurs prélats , & 1.3.460*C. AL},

AN.1233.

S: .'. LVIII. .

78. ex (Ortiz Lamb.

1233.

10.X1,CORC,

D,

AN1233. P

plusieurs princes seculiers se trouverent à ce concile; ceux qui étoient suspects d'heresie y furent absous, & les meurtriers du docteur Conrad envoïez au pape pour obtenir l'absolution. Le pape Gregoire trous va fort mauvais que l'on eût ainsi décidé sans le consulter une cause de foi , & renvoïé absous des gens poursuivis comme heretiques eu vertu de son man. dement. Il dissimula long-tems, mais enfin il écrivit à l'archevêque de Salsbourg, à l'évêque d'Hildesheim & à l'abbé de Buch ordre de Cisteaux une let

tre , dattée de Perouse le dernier de Juillet 1235. pas · laquelle il leur ordonne de proceder contre les prétendus heretiques suiyant l'instruction qu'il leur prescrit ; & en même tems il leur envoïe la penitence qu'il a imposéé aux meurtriers de Conrad. Savoir d'aller au premier passage servir à la terre sainte, & çependant se faire fustiger dans les églises du païs où. ils ont commis le crime.

On poursuiyoit aussi avec vigueur les heretiques en contre les Albi- Languedoc ; quoique la guerre y fût finie. Foulques solo de rod. évêque de Toulouse mourut le jour de Noël 1231. &

fut enterré à l'abbaye de Grand-Selve, dont il avoit

été moine. Peu de jours après le chapitre de TouAlboric.pos 41. louse elut pour lui succeder frere Raimond proyin- '

çial des freres Pręscheurs en Provence , & l'élection fut approuvée par Gautier évêque de Tournai legat du pape. L'évêque Raimond fut sacré le quatrième dimanche de carême vingt-uniéme de Mars 1232, & il continua de poursuivre viyement les heretiques, çomme avoit fait son predecesseur. Le comte Rai. mond l'aidoit quelquefois, & quelquefois aussi se relâchoir dans cette poursuite. C'est pourquoi le legat

prenant

XXV. Ordonnance

CO:

Irur.f.41.42,

« PrécédentContinuer »