Images de page
PDF
ePub

n. 10.

[ocr errors]

son frere Alberic , lui faisant quitter celui du pa- ā

paAN. 1257. pe, qui après l'avoir excommunié comme Ecelin , donna une bulle le troisiéme de Juillet 1258. par la ap. Rain. n. 2. quelle il affranchit tous les serfs de l'un & de l'autre qui étoient en grand nombre, avec leurs enfans & leurs petits enfans , qui feroient dans l'obéïfsance de l'église. Je n'ai point encore vû qu'on eût étendu jusques-là les suites de l'excommunication.

Dés la premiere année de son pontificat, Alexandre avoit envoyé pour legat dans la Marche Trevisane & les provinces voisines, Philippe élû arche- Rain. 1255: vêque de Ravenne; & sachant qu'Ecelin n'étoit Mon. Pad pas sensible aux censures de l'église, il avoit chargé ce legat de prêcher la croisade contre lui , par la bulle du vingtiéme de Decembre 1255. Le legat assembla grand nombre de croisés, & on faisoit tous les jours des prieres pour attirer le secours du ciel contre le tyran. Avec cette armée le legat p.599i attaqua Padoue, & la prit au mois de Janvier 1256. & deux ans après à la fin du mois d'Avril 1 258. Bresse se rendit à lui. Mais le vendredi trentiéme P. 602. d'Août de la même année , Ecelin ayant surpris l'armée du legat, qui ne le croyoit pas si proche , p. 60g mit en fuite les Bressans qui en faisoient une bonne partie, & fit un grand nombre de prisonniers, entre lesquels fut le legat lui-même & l'évêque de Verone.

Le pape Alexandre travailloic en même tems XLVII. à mettre d'accord les Genois avec les Pisans , qui les Venitiens se faisoient la guerre pour des prétentions dans l'isle de Sardaigne. Il leur donna pour arbitres le prieur

Iiii ij

Guerre entre

& les Genois.

[ocr errors]
[ocr errors]

221.

ce de l'hôpital de saint Jean & celui des Templiers, AN. 1258. a

0: dont la commission est du sixiéme de Juillet; & il la Rain. 1298.

donna à ces chevaliers, parce que les Pisans & les Genois se faisoient la guerre par tout pais , par terre & par mer, principalement en Levant , au prejudice de ce qui restoit aux Francs dans la terre-sainte. C'est pourquoi le pape en même tems y envoya l'archevêque de Melline en qualité de legat, avec

charge de reconcilier aussi les Genois avec les Ve Sanut. p. 220. nitiens , qui avoient pris le parti des Pisans. Les Ve

nitiens s'étoient rendus maîtres du port d’Acre en Rain. n. 39.

* 1257. & les Genois ayant armé des galeres à Tyr,

combattirent les Venitiens qui leur prirent trois galeres , & les amenerent à Acre; mais en 125.8. les Genois vinrent devant à Acre avec quarante-neuf galeres & quatre vaisseaux la veille de la saint Jean : les Venitiens & les Pisans armerent quarante galeres, attaquerent les Genois, les défirent , leur prirent vingt-quatre galeres, tuerent ou prirent dixsept cens hommes. Cette victoire des Venitiens rompit les mesures que le pape avoit prises pour la paix ; & la guerre entre ces puissantes villes hâta la

perte de la terre-sainte. March. Paris. Le pape. Alexandre étoit encore occupé des di

visions qui regnoient en: Allemagne à l'occasion de la double élection pour l'empire. Alfonse roi de Castille se disposoit à marcher vers l'Allemagne, lorsqu'il apprit que les Sarrasins d'Espagne vouloient profiter de son absence , pour reprendre Cordouë. Il demeura donc, & envoya des ambassadeurs au pape , pour le prier de ne point admettre d'autre que lui à la couronne imperiale , vû qu'il

R. 832.

[ocr errors]

1252.

avoit étendu les bornes de la Chrétienté plus que tous les autres rois. Le pape répondit : Vous savez

ois le pape répondir. Vores An. 1258.. que c'est une coûtume établie de tout tems , que le foïaume d'Allemagne est comme un gage de la dignité imperiale. Que le roi votre maître fasse donc ensorte d'être élû dans les formes , & couronné à Aix-la-Chapelle , & alors nous lui serons favorables pour la promotion à l'empire. Le pape cepen- ap. Rain. 1253. dant reconnoisloit Richard pour roi des Romains, & lui en donnoit le titre dans ses lettres, ce qui fit que plusieurs seigneurs d'Italie lui promirent fidelité..

Depuis plus de dix ans, Philippe fils de Bernard XLVIII. duc de Carintie étoit élû archevêque de Salsbourg, Salsbourg. & jouissoit du temporel de cette église, sans vou- Storo. ann. loir se faire sacrer , ni même ordonner prêtre. Le Chr. Salisb. chapitre de Salsbourg en porta la plainte au pape Canis. to: 6;' Alexandre , qui après avoir admonesté Philippe, le P. 1263. suspendit au bout de six mois , & après six autres mois le déposa , suivant la constitution qu'il avoit faite le septiéme de Mars 1255. portant que les évêques élûs feroient tenus de se faire facrer dans six mois. Le siege de Salsbourg étant donc declaré va- api Rain. cant, le chapitre compromit entre les mains de Henri évêque de Chiemzée de l'ordre des freres Prêcheurs, du prévốt & des chanoines de Salsbourg, qui élurent pour archevêque Ulric évêque de Se- Chr. Salisb. cou dans la même province ; & le pape confir- Rain. 12573 . ma l’élection par sa bulle du cinquiéme de Sep- no 1 tembre 1257.

Philippe ne se rendit pas, & solltenu par le roi de Boheme & le duc d'Austriche, il mit garnison:

Iiii iij

an. 1246.

1256. n. 16.

1257.

n.

[ocr errors]

AN. 1258. dans Salsbourg, & dans les places qui en dépen

“ doient, & se maintint quelque tems par force. Sur

quoi le pape écrivit à l’évêque de Chiemzée d'apStoro. Ibid. peller au secours tous les évêques suffragans & les

vaffaux de l'église de Salsbourg , sous peine de perte de leurs fiefs, & l'évêque de Chiemzée, en vertu de cette commission, admonesta Philippe de rendre dans quinze jours au nouvel archevêque Ulric, les châteaux & les forteresses de l'église de Salsbourg, lui déclarant qu'à faute de le faire, il l'excommunioit dés-lors lui & ses fauteurs. Et comme ils n'obéïrent point, il écrivit à Bertold évêque de Passau, de faire publier cette censure dans son diocese, & de se joindre aux autres suffragans, pour s'opposer de tout leur pouvoir à l'usurpation de Philippe avec le secours du bras seculier. La lettre est du septiéme de Mai 1258. Ainsi les affaires ecclefiastiques devenoient souvent temporelles, & seter

minoient à des guerres. XLIX. L'inquisition contribuoit à mêler le temporel au Reglemens pour spirituel , comme on voit par une constitution du

· pape Alexandre, adressée aux inquifiteurs de l'ordre Lite Apoft. des freres Mineurs, & dattée du treiziéme NoBullar. Alex. vembre 1258. Nous vous ordonnons , dit-il, de pres

crire aux heretiques qui reviennent à l'obéissance de l'église une peine pecuniaire , sous laquelle ils s'obligeront de demeurer fermes dans la religion catholique, & de leur en faire donner caution. Nous vous donnons plein pouvoir, le cas arrivant, d'exiger cette peine, & de contraindre au paiement par censures ecclesiastiques ; & nous voulons que les deniers en provenans foient déposés entre les

l'Inquiäicion.

LV. conft.

mains de trois hommes de probité choisis par vous

us An. 12581 & par l'évêque, pour être employés aux frais des poursuites contre les heretiques. La confiscation des biens, & la destruction des maisons où on trouvoit des heretiques, étoient encore des effets temporels bien sensibles pour eux & pour leurs heritiers.

On trouve plusieurs autres constitutions du pape Direct. po 1920 Alexandre , touchant l'exercice de l'inquisition, tant pour confirmer la bulle d'Innocent IV. Ad extirpanda, que pour resoudre divers doutes des in- 2. quisiteurs. Par une du vingt-septiéme de Septem- 120 bre de cette année 1258. le pape déclare que l'inquisition ne doit connoître ni des usures ni des divinations & des sortileges, s'il ne s'y trouve quelque mélange d'heresie ; & en general que l'affaire de la foi, qui est extrêmement privilegiée , ne doit point recevoir d'obstacles par d'autres occupations. Par une autre constitution du onziéme de Janvier Bullar, worst. 9: 1 257, adressée aux inquisiteurs de Lombardie, de l'ordre des freres Prêcheurs, il est dit qu'ils ne pourront juger les heretiques que par le conseil de l'évêque ou de son vicaire ; mais ils pourront sans l'évêque, proceder contre ceux qui demeureront obstinez dans l’heresie, après l'avoir confessée publiquement. : On tint cette année 1258. deux conciles en Fran- I DE ce, dont les decrets regardent principalement les fec & de Montinterêts temporels de l'église. Le premier ou presi- po doit Gerard de Malemort archevêque de Bour- To. xi. conc.deaux fut tenu à Ruffec en Poitou le vingt-uniéme P.773. d'Août, & on y publia un reglement en dix arti

donco

Bullar, cont.

pellier.

« PrécédentContinuer »