Petite bibliotheque des théatres: Chef d'œuvre de Rotrou. Chef-d'œuvre de Tristan l'Hermite

Couverture
Au bureau [de la Petite bibliotheque des théatres], 1787
 

Avis des internautes - Rédiger un commentaire

Aucun commentaire n'a été trouvé aux emplacements habituels.

Autres éditions - Tout afficher

Expressions et termes fréquents

Fréquemment cités

Page 27 - Au reste des mortels je cache ma faiblesse, • Je n'en veux rougir qu'à vos yeux. De mes plus doux regards Renaud sut se défendre, Je ne pus engager ce cœur fier à se rendre, Il m'échappa malgré mes soins.
Page 24 - Enfin, il est en ma puissance, Ce fatal ennemi, ce superbe vainqueur. Le charme du sommeil le livre à ma vengeance. Je vais percer son invincible cœur. Par lui, tous mes captifs sont sortis d'esclavage ; Qu'il éprouve toute ma rage...
Page 4 - Au milieu d'une paix profonde , Offrons des jeux nouveaux au Héros glorieux Qui prend soin du bonheur du monde. Allons nous rransformer pour paroîrre à ses yeux1 DÉMOGORGON.
Page 23 - Que de voir de nos ans la saison la plus belle Sans l'Amour et sans les Plaisirs. Laissons au tendre amour la jeunesse en partage ; La sagesse a son temps, il ne vient que trop tôt : Ce n'est pas être sage, D'être plus sage qu'il ne faut.
Page 23 - Ah ! quelle erreur , quelle folie De ne pas jouir de la vie ! C'est aux jeux , c'est aux amours Qu'il faut donner les beaux jouis.
Page 7 - UBALDE, chevalier qui va chercher Renaud. LE CHEVALIER DANOIS, qui va avec Ubalde chercher Renaud. U>' DÉMON, sous la figure de Lueindc, fille danoise, aimée du Chevalier danois.
Page 18 - Allez, allez remplir ma place Aux lieux d'où mon malheur me chasse. Le fier Gernand m'a contraint à punir Sa téméraire audace : D'une indigne prison Godefroy me menace, Et de son camp m'oblige à me bannir. Je m'en éloigne avec contrainte. Heureux ! si j'avais pu consacrer mes exploits A délivrer la cité sainte Qui gémit sous de dures lois. Suivez les guerriers qu'un beau zèle...
Page 51 - Elle s'arrêtera peut-être A voir danser, au son des chalumeaux , Les bergers des prochains hameaux. (Une troupe de bergers...
Page 13 - Contre mes ennemis, à mon gré, je déchaîne Le noir empire des enfers; L'Amour met des rois dans mes fers, Je suis de mille amants maîtresse souveraine : Mais je fais mon plus grand bonheur D'être maîtresse de mon cœur.
Page 20 - Arrêtons-nous ici, c'est dans ce lieu fatal Que la fureur qui nous anime Ordonne à l'Empire infernal De conduire notre victime. ARMIDE Que l'Enfer aujourd'hui tarde à suivre nos lois ! HIDRAOT Pour achever le charme il faut unir nos voix. HIDRA-OT et ARMIDE Esprits de haine et de rage, t Démons, obéissez-nous.

Informations bibliographiques