Histoire de l'Académie royale des sciences et des belles lettres de Berlin. [Formerly Miscellanea Berolinensia]. Avec les mémoires

Couverture
 

Avis des internautes - Rédiger un commentaire

Aucun commentaire n'a été trouvé aux emplacements habituels.

Autres éditions - Tout afficher

Expressions et termes fréquents

Fréquemment cités

Page 80 - Grecs d'origine ; & je conje&ure que la Ville de Rome étoit originairement une Fortereffe que les Grecs , établis dans la grande Grèce , ou dans le Royaume de Naples , avoient bâtie fur les bords du Tibre , pour arrêter les courfes des Hétruriens , (i) c'efl-à-dire , des Barbares qui demeuroient au-delà de ce fleuve. G'tfl ce que marquoit le nom Grec de P&!//« (3), que les Latins rendoient par celui de Valentia.
Page 31 - ... qu'on peut descendre par des degrés presque insensibles de la créature la plus parfaite jusqu'à la matière la plus informe...
Page 170 - ... comme une puissance n de leurs distances aux centres ; pour que tous ces corps demeurent en repos, il faut que la somme des produits de chaque masse par l'intensité de...
Page 126 - Sa préfomption l'empêchoit de demander des confeils , & fa vanité , de profiter de ceux qu'on lui offroit. Pour avoir le plaifir de donner en particulier généreux , il fe privoit de l'avantage de répandre à propos en Miniftre habile. La lenteur Allemande & le flegme Efpagnol déconcertoient dans les affaires fon génie ardent & précipité. Il lui manqua tout-à-fait la connoiflance des efprits qu'il devoit manier 5 des intérêts qu'il devoit concilier , des manœuvres qu'il devoit traverfer.
Page 170 - On en trouvera des preuves de fait & d'expérience dans les Mémoires de l'Académie Royale des Sciences de Paris pour l'année 1705. Entre lés autres propriétés de l'Eau qui raéri...
Page 194 - Or je remarque d'abord, que le sujet du principe de Mécanique, d'où l'on explique l'état d'équilibre de toutes les Machines, est entièrement différent du sujet du principe général de repos ; car celui-là roule sur l'égalité des produits qu'on trouve, lorsqu'on multiplie d'un côté la force mouvante, et de l'autre côté la...
Page 120 - ... parurent toutes plus portées à traverfer qu'à favorifer leurs prétentions. Le pape craignoit également deux maifons, dont l'une pofledoit le royaume de Naples , & l'autre le Milanois. Il leur fuppofoit...
Page 124 - Il fe diftinguoit dans les cérémonies par un air fort noble , dans les Dietes , par une pénétration finguliere, dans les combats, par une valeur héroïque ; dans les affaires , par une probité incorruptible ; dans toutes les fituations , par une dextérité pleine de candeur , qui lui avoit mérité le furnom de fage.
Page 124 - Un défintéreffemeut fi généreux fat honoré à l'ioftant d'un hommage qui rapprochoit beaucoup ceux qui avoient offert la couronne , du Sage qui ne l'avoit pas acceptée : on pouffa la confiance pour ce prince , jufqu'à lui demander quel chef il jugeoit qu'il falloit donner au corps germanique. Frédéric nomma fans balancer le roi d'Efpagne ( * ) , & fon fuffrage entraîna ceux.
Page 202 - ... proprement dite que la nature affectait. Il se trouva donc des philosophes qui pensèrent qu'on pouvait aussi bien prendre pour la ligne la plus courte la ligne circulaire ; peut-être parce qu'ils avaient appris des géomètres que dans la superficie de la sphère, les arcs des grands cercles étaient les lignes les plus courtes entre deux points. De là croyant que les astres se meuvent dans de grands cercles, ils n'hésitaient pas à placer dans cette propriété du cercle la cause finale...

Informations bibliographiques