Oeuvres complètes de Molière: Éd. variorum collationnée sur les meilleurs textes précédée d'un précis de l'histoire du théatre en France ... de la biographie de Molière ... accompagnée de notices historiques et littéraires sur chaque comédie de Molière ...

Couverture
Charpentier, 1852

À l'intérieur du livre

Avis des internautes - Rédiger un commentaire

Aucun commentaire n'a été trouvé aux emplacements habituels.

Autres éditions - Tout afficher

Expressions et termes fréquents

Fréquemment cités

Page 512 - Je consens qu'une femme ait des clartés de tout ; Mais je ne lui veux point la passion choquante De se rendre savante afin d'être savante; Et j'aime que souvent, aux questions qu'on fait, Elle sache ignorer les choses qu'elle sait : De son étude enfin je veux qu'elle se cache, Et qu'elle ait du savoir sans vouloir qu'on le sache.
Page 530 - Qui de ce mauvais air n'était point infectée, Et voilà qu'on la chasse avec un grand fracas A cause qu'elle manque à parler Vaugelas. Je vous le dis, ma sœur, tout ce train-là me blesse (Car c'est, comme j'ai dit, à vous que je m'adresse;) Je n'aime point céans tous vos gens à latin, Et principalement ce Monsieur Trissotin.
Page 530 - Dont elles travaillaient au trousseau de leurs filles. Les femmes d'à présent sont bien loin de ces mœurs ; Elles veulent écrire et devenir auteurs. Nulle science n'est pour elles trop profonde, Et céans, beaucoup plus qu'en aucun lieu du monde : Les secrets les plus hauts s'y laissent concevoir, Et l'on sait tout chez moi, hors ce qu'il faut savoir. On y sait comment vont lune, étoile polaire, Vénus, Saturne et Mars, dont je n'ai point affaire...
Page 508 - Quand sur une personne on prétend se régler, C'est par les beaux côtés qu'il lui faut ressembler...
Page 528 - J'aime bien mieux, pour moi , qu'en épluchant ses herbes Elle accommode mal les noms avec les verbes , Et redise cent fois un bas et méchant mot, Que de brûler ma viande , ou saler trop mon pot : Je vis de bonne soupe , et non de beau langage.
Page 546 - Un dessein plein de gloire , et qui sera vanté Chez tous les beaux esprits de la postérité, C'est le retranchement de ces syllabes sales Qui dans les plus beaux mots produisent des scandales...
Page 80 - Ah! c'est moi! Mon esprit est troublé, et j'ignore où je suis , qui je suis , et ce que je fais. Hélas ! mon pauvre argent ! mon pauvre argent ! mon cher ami ! on m'a privé de toi ; et , puisque tu m'es enlevé, j'ai perdu mon support, ma consolation, ma joie: tcut est fini pour moi , et je n'ai plus que faire au monde.
Page 80 - Hé ! de quoi est-ce qu'on parle là ? de celui qui m'a dérobé ? Quel bruit fait-on là-haut ? est-ce mon voleur qui y est ? De grâce, si l'on sait des nouvelles de mon voleur, je supplie que l'on m'en dise. N'est-il point caché là parmi vous ? Ils me regardent tous, et se mettent à rire. Vous verrez qu'ils ont part, sans doute, au vol que l'on m'a fait. Allons vite, des commissaires, des archers, des prévots, des juges, des gênes, des potences et des bourreaux.
Page 563 - Pour avoir employé neuf ou dix mille veilles A se bien barbouiller de grec et de latin, Et se charger l'esprit d'un ténébreux butin De tous les vieux fatras qui traînent dans les livres; Gens qui de leur savoir paraissent toujours ivres; Riches, pour tout mérite, en babil importun, Inhabiles à tout, vides de sens commun, Et pleins d'un ridicule et d'une impertinence A décrier partout l'esprit et la science.
Page 529 - C'est à vous que je parle, ma sœur. Le moindre solécisme en parlant vous irrite ; Mais vous en faites, vous, d'étranges en conduite. Vos livres éternels ne me contentent pas ; Et, hors un gros Plutarque à mettre mes rabats.

Informations bibliographiques