Images de page
PDF

choses qui sont connues de tout le monde, et que vous seul voulez ignorer. Il suffit que vous me permettiez de vous dire, avec un profond respect, que je suis, ..

MONSEIGNEUR,

Votre très humble et très

obéissant serviteur,

RACINE.

[ocr errors]

ÉTÉOCLE," roi de Thèbes.
POLYNICE, frère d'Étéocle.
JOCASTE, mère de ces deux princes et d'Anti-

gone.
ANTIGONE,"sour d'Étéocle et de Polynico.
CRÉON, oncle des princes et de la princesse.!
HÉMON, fils de Créon; amant d'Antigone.
OLYMPE, confidente de Jocaste.
ATTALE, confident de Créon.
Un soldat de l'armée de Polynice.
GARDES.

La scène est à Thèbes, dans une salle du palais

royal,

[ocr errors][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small]

Ils sont sortis, Olympe? Ah, mortelles douleurs !
Qu'un moment de repos me va coûter de pleurs !
Mes yeux depuis six mois étoient ouverts aux larmes,
Et le sommeil les ferme en de telles alarmes !
Puisse plutôt la mort les fermer pour jamais ,
Et m'empêcher de voir le plus noir des forfaits!
Mais en sont-ils aux mains ?.

OLYMPE.

Du haut de la muraille Je les ai vus déjà tous rangés en bataille;

J'ai vu déjà le fer briller de toutes parts;
Et pour vous avertir j'ai quitté les remparts.
J'ai vu, le fer en main, Étéocle lui-même;
Il marche des premiers, et d'une árdeur extrême
Il montre aux plus hardis à braver le danger.

JOCASTE.
N'en doutons plus, Olympe, ils sé vont égorger.
Que l'on coure avertir et hâter la princesse ;
Je l'attends. Juste ciel, soutenez ma foiblesso!
Il faut courir, Olympe, après ces inhumains;
Il les faut séparer, ou mourir par leurs mains.
Nous voici donc, hélas ! à ce jour détestable
Dont la seule frayeur me rendoit misérable!
Ni prières ni pleurs ne m'ont de rien servi;
Et le courroux du sort vouloit être assouvi.

O toi, soleil, ô toi, qui rends le jour au monde,
Que ne l'as-tu laissé dans une nuit profonde!
A de si noirs forfaits prêtes-tu tes rayons?
Et peux-tu sans horreur voir ce que nous voyons !
Mais ces monstres, hélas! ne t'épouvantent guères;
La race de Laius les a rendus vulgaires;
Tu peux voir sans frayeur les crimes de mes fils,
Après ceux que le père et la mère ont commis.
Tu ne t'étonnes pas si mes fils sont perfides,
S'ils sont tous deux méchants, et s'ils sont parricides;
Tu sais qu'ils sont sortis d'un sang incestueux,
Et tu t'étonncrois s'ils étoient vertucux.

SCÈNE II.
· JOCASTE, ANTIGONE, OLYMPE.

JOCASTE.
Ma fille, avez-vous su l'excès de nos misères ?

ANTIGONE.
Oui, madame; on m'a dit la fureur de mes frères.

JOCASTE:
Allons, chère Antigone, et courons de ce pas
Arrêter, s'il se peut, leurs parricides bras.
Allons leur faire voir ce qu'ils ont de plus tendre;
Voyons si contre nous ils pourront se défendre,
Ou s'ils oseront bien, dans leur noire fureur,
Répandre notre sang pour attaquer le leur.

ANTIGONE.
Madame, c'en est fait, voici le roi lui-même.

SCÈNE III.
JOCASTE, ÉTÉOCLE, ANTIGONE, OLYMPE.

JOCASTE.
OLYMPE, soutiens-moi; ma douleur est extrême,

ÉTÉOCLE.
Madame, qu'avez-vous, et quel trouble...

JOCASTE.

Ah, mon fils ! Quelles traces de sang vois-je sur vos habits? Est-ce du sang d'un frère? ou n'est-ce point du vôtre

« PrécédentContinuer »