Images de page
PDF

ANTIGONE.
L'intérêt du public agit peu sur mon ame,
Et l'amour du pays nous cache une autre flamme.
Je la sais : mais, Créon, j'en abhorre le cours;
Et vous ferez bien mieux de la cacher toujours.

CRÉON.
Je le ferai, madame; et je veux par avance
Vous épargner encor jusques à ma présence.
Aussi-bien mes respects redoublent vos mépris ;
Et je vais faire place à ce bienheureux fils.
Le roi m'appelle ailleurs, il faut que j'obéisse.
Adieu. Faites venir Hémon et Polynice.

JOCASTE.
N'en doute pas, méchant, ils vont venir tous deux;
Tous deux ils préviendront tes desseins malheureux.

SCÈNE VI. JOCASTE, ANTIGONE, OLYMPE.

ANTIGONE.

LE perfide! A quel point son insolence monte!

JOCASTE. Ses superbes discours tourneront à sa honte. Bientôt, si nos désirs sont exaucés des cieux, La paix nous vengera de cet ambitieux. Mais il faut se hâter, chaque heure nous est chère : Appelons promptement Hémon et votre frère; Je suis, pour ce dessein, prête à leur accorder Toutes les sûretés qu'ils pourront demander,

Et toi, si mes malheurs ont lassé ta justice, Ciel, dispose à la paix le coeur de Polynice, Seconde mes soupirs, donne force à mes pleurs, Et comme il faut enfin fais parler mes douleurs.

ANTIGONE, seule. Et si tu prends pitié d'une flamme innocente, O ciel, en ramenant Hémon à son amante, Ramène-le fidèle'; et permets, en ce jour, Qu'en retrouvant l'amant je retrouve l'amour.

FIN DU PREMIER ACTE.

[merged small][merged small][ocr errors]

Quoi! vous me refusez votre aimable présence,
Après un an entier de supplice et d'absence !
Ne m'avez-vous, madame, appelé près de vous,
Que pour m'ôter sitôt un bien qui m'est si doux ?

ANTIGONE..
Et voulez-vous sitôt que j'abandonne un frère ?
Ne dois-je pas au temple accompagner ma mère ?
Et dois-je préférer, au gré de vos souhaits,
Le soin de votre amour à celui de la paix ?

ÉMON.
Madame, à mon bonheur c'est chercher trop d'obstacles;
Ils iront bien, sans nous, consulter les oracles.
Permettez que mon cour, en voyant vos beaux yeux,
De l'état de son sort interroge ses dieux.
Puis-je leur demander, sans être téméraire,
S'ils ont toujours pour moi leur douceur ordinaire ?
Souffrent-ils sans courroux mon ardente amitié ?
Et du mal qu'ils ont fait ont-ils quelque pitié !

LES FRÈRES ENNEMIS. ACTE II, SCÈNE I. 25 Durant le triste cours d'une absence cruelle, Avez-vous souhaité que je fusse fidèle ? Songiez-vous que la mort menaçoit, loin de vous, Un amant qui ne doit mourir qu'à vos genoux? Ah! d'un si bel objet quand une ame est blessée, Quand un coeur jusqu'à vous élève sa pensée, Qu'il est doux d'adorer tant de divins appas ! Mais aussi que l'on souffre en ne les voyant pas ! Un moment, loin de vous, me duroit une année : J'aurois fini cent fois ma triste destinée, Si je n'eusse songé, jusques à mon retour, Que mon éloignement vous prouvoit mon amour; Et que le souvenir de mon obéissance Pourroit en ma faveur parler en mon absence; Et que pensant à moi vous penseriez aussi Qu'il faut aimer beaucoup pour obéir ainsi.

ANTIGONE.

Oui, je l'avois bien cru qu'une ame si fidèle
Trouveroit dans l'absence une peine cruelle ;
Et, si mes sentiments se doivent découvrir,
Je souhaitois, Hémon, qu'elle vous fît souffrir,
Et qu'étant loin de moi quelque ombre d'amertume
Vous fît trouver les jours plus longs que de coutume.
Mais ne vous plaignez pas : mon coeur chargé d'ennui
Ne vous souhaitoit rien qu'il n'éprouvât en lui,
Sur-tout depuis le temps que dure cette guerre,
Et que de gens armés vous couvrez cette terre.
Oh dieux!à quels tourments mon coeur s'est vu soumis
Voyant des deux côtés ses plus tendres amis!

Racine. 1.

Mille objets de douleur déchiroient mes entrailles;
J'en voyois et dehors et dedans nos murailles :
Chaque assaut à mon coeur livroit mille combats ;
Et mille fois le jour je souffrois le trépas.

HÉMON.
Mais enfin qu'ai-je fait, en ce malheur extrême,
Que ne m'ait ordonné ma princesse elle-même ?
J'ai suivi Polynice; et vous l'avez voulu :
Vous me l'avez prescrit par un ordre absolu.
Je lui vouai dès lors une amitié sincère;
Je quittai mon pays; j'abandonnai mon père;
Sur moi, par ce départ, j'attirai son courroux ;
Et, pour tout dire enfin, je m'éloignai de vous.

ANTIGONE.
Je m'en souviens, Hémon, et je vous fais justice;
C'est moi que vous serviez en servant Polynice :
I m'étoit cher alors comme il l'est aujourd'hui;
Et je prenois pour moi ce qu'on faisoit pour lui.
Nous nous aimions tous deūx dès la plus tendre enfance,
Et j'avois sur son caur une entière puissance;
Je trouvois à lui plaire une extrême douceur,
Et les chagrins du frère étoient ceux de la sour.
Ah! si j'avois encor sur lui le même empire,
Il aimeroit la paix, pour qui mon cœur soupire :
Notre commun malheur en seroit adouci :
Je le verrois, Hémon; vous me verriez aussi !

HÉMON.
De cette affreuse guerre il abhorre l'image.
Je l'ai vu soupirer de douleur et de rage, .

« PrécédentContinuer »