Images de page
PDF
ePub

SCÈNE IV.
LÉANDRE, DANDIN, L'INTIMÉ, PETIT-JEAN.

LÉANDRE.
Vite un flambeau! j'entends mon père dans la rue.
Mon père, si matin qui vous fait déloger?
Où courez-vous la nuit ?

DANDIN

Je veux aller juger.

LÉANDRE. Et qui juger ? tout dort.

PETIT-JEAN.

Ma foi ! je ne dors guères.

LÉANDRE.
Que de sacs ! il en a jusques aux jarretières.

DANDIN.
Je ne veux de trois mois rentrer dans la maison.
De sacs et de procès j'ai fait provision.

LÉANDRE.
Et qui vous nourrira?

DANDIN.
Le buvetier, je pense.

LÉANDRE.
Mais où dormirez-vous, mon père ?

DAXDIN.

A l'audience.

LÉANDRE. Non, mon père, il vaut mieux que vous ne sortiez pas. Dormez chez vous; chez vous faites tous vos repas.

Souffrez

que

la raison enfin vous persuade : Et pour votre santé...

DANDIN.
Je veux être malade.

LÉANDRE.
Vous ne l'étes quë trop. Donnez-vous du repos ;
Vous n'avez tantôt plus que la peau sur les os.

DAN DIN.

Du repos ? Ah! sur toi tu veux régler ton père ?
Crois-tu qu'un juge n'ait qu'à faire bonne chère,
Qu'à battre le pavé comme un tas de galants,
Courir le bal la nuit, et le jour les brelans?
L'argent ne nous vient pas si vite que l'on pense.
Chacun de tes rubans me coûte une sentence.
Ma robe vous fait honte. Un fils de juge! Ah! fi!
Tu fais le gentilhomme : hé! Dandin, mon ami,
Regarde dans ma chambre et dans ma garde-robe
Les portraits des Dandins : tous ont porté la robe;
Et c'est le bon parti. Compare prix pour prix
Les étrennes d'un juge à celles d'un marquis :
Attends que nous soyons

à la fin de décembre.
Qu'est-ce qu'un gentilhomme ? Un pilier d'antichambre.
Combien en as-tu vu, je dis des plus huppés,
A souffler dans leurs doigts dans ma cour occupés,
Le manteau sur le nez, ou la main dans la poche;
Enfin, pour se chauffer, venir tourner ma broche ?
Voilà comme on les traité. Hé! mon pauvre garçon,
De ta défunte mère est-ce là la leçon ?
La
pauvre

Babonnette ! Hélas ! lorsque j'y pense, Elle ne manquoit pas une seule audience.

Jamais, au grand jamais, elle ne me quitta,
Et Dieu sait bien souvent ce qu'elle en rapporta :
Elle eût du buvetier emporté les serviettes,
Plutôt que de rentrer au logis les mains nettes.
Et voilà comme on fait les bonnes maisons. Va,
Tu ne seras qu’un sot.

LÉANDRE.

Vous vous morfondez là, Mon père. Petit-Jean, remenez votre maître, Couchez-le dans son lit; fermez porte, fenêtre; Qu'on barricade tout, afin qu'il ait plus chaud.

PETIT-JEAN.

Faites donc mettre au moins des garde-fous là-haut.

DANDIN.

Quoi! l'on me mènera coucher sans autre forme ?
Obtenez un arrêt comme il faut que je dorme.

LÉANDRE.
Hé! par provision, mon père, couchez-vous.

DANDIN.

J'irai ; mais je m'en vais vous faire enrager tous :
Je ne dormirai point.

LÉANDRE.

Hé bien, à la bonne heure. Qu'on ne le quitte pas. Toi, l'Intimé, demeure.

SCÈNE V.
LEANDRE, L'INTIME.

LÉANDRE

Je veux t'entretenir un moment sans témoin.

L'INTIMÉ. Quoi! vous faut-il garder?

LÉANDRE.

J'en aurois bon besoin. J'ai ma folie, hélas ! aussi-bien que mon père.

L'INTIMÉ. Oh! vous voulez juger? LÉANDRE, montrant le logis d'Isabelle.

Laissons là le mystère. Tu connois ce logis.

L'INTIMÉ.

Je vous entends enfin : Diantre! l'amour vous tient au coeur de bon matin. Vous me voulez parler sans doute d'Isabelle. Je vous l'ai dit cent fois, elle est sage, elle est belle; Mais vous devez songer que monsieur Chicaneau De son bien en procès consume le plus beau. Qui ne plaide-t-il point ? Je crois qu'à l'audience Il fera, s'il ne meurt, venir toute la France. Tout auprès de son juge il s'est venu loger : L'un veut plaider toujours, l'autre toujours juger. Et c'est un grand hasard s'il conclut votre affaire Sans plaider le curé, le gendre et le notaire.

LÉANDRE.
Je le sais comme toi. Mais, malgré tout cela,
Je meurs pour Isabelle.

L'INTIMÉ.

Hé bien, épousez-la.
Vous n'avez qu'à parler, c'est une affaire prête.

LÉANDRE.
Hé! cela ne va pas si vite que ta tête.
Son père est un sauvage à qui je ferois peur.
A moins que d'être huissier, sergent ou procureur,
On ne voit point sa fille ; et la pauvre

Isabelle,
Invisible et dolente, est en prison chez elle.
Elle voit dissiper sa jeunesse en regrets,
Mon amour en fumée, et son bien en procès.'
Il la ruinera si l'on le laisse faire.
Ne connoîtrois-tu pas quelque honnête faussaire
Qui servît ses amis, en le payant, s'entend,
Quelque sergent zélé ?

L'INTIMÉ.

Bon ! l'on en trouve tant !

LÉANDRE. Mais encore?

L'INTIMÉ.

Ah, monsieur! si feu mon pauvre père Étoit encor vivant, c'étoit bien votre affäre. Il gagnoit en un jour plus qu'un autre en six mois : Ses rides sur son front gravoient tous ses exploits. Il vous eût arrêté le carrosse d'un prince; Il vous l'eût pris lui-même : et si dans la province

« PrécédentContinuer »