Images de page
PDF

Ce prince , le dernier de la race royale,
S'est appliqué des dieux la réponse fatale:
Et lui-même à la mort il s'est précipité,
De l'amour du pays noblement transporté.

JOCASTE.
Ah! si le seul amour qu'il eut pour sa patrie
Le rendit insensible aux douceurs de la vie,
Mon fils, ce même amour ne peut-il seulement
De votre ambition vaincre l'emportement?
Un exemple si beau vous invite à le suivre.
Il ne faudra cesser de régner ni de vivre :
Vous pouvez, en cédant un peu de votre rang,
Faire plus qu'il n'a fait en versant tout son sang;
Il ne faut que cesser de haïr votre frère;
Vous ferez beaucoup plus que sa mort n'a su faire.
Oh dieux ! aimer un frère, est-ce un plus grand effort
Que de hair la vie et courir à la mort ?
Et doit-il être enfin plus facile en un autre
De répandre son sang, qu'en vous d'aimer le vôtre ?

ÉTÉOCLÉ. Son illustre vertu me charme comme vous; Et d'un si beau trépas je suis même jaloux. Et toutefois, madame, il faut que je vous die Qu'un trône est plus pénible à quitter que la vie : La gloire bien souvent nous porte à la hair; Mais peu de souverains font gloire d'obéir. Les dieux vouloient son sang; et ce prince, sans crime, Ne pouvoit à l'état refuser sa victime. Mais ce même pays, qui demandoit son sang, Demande que je règne, et m'attache à mon rang.

Jusqu'à ce qu'il m'en öte, il faut que j'y demeure:
Il n'a qu'à prononcer, j'obéirai sur l'heure;
Et Thèbes me verra, pour apaiser son sort,
Et descendre du trône, et courir à la mort.

CRÉON.
Ah! Ménécée est mort, le ciel n'en veut point d'autre :
Laissez couler son sang sans y mêler le vôtre;
Et puisqu'il l'a versé pour nous donner la paix,
Accordez-la, seigneur, à nos justes souhaits.

ÉTÉOCLE.
Até quoi! même Créon pour la paix se déclare? .

... CRÉON.
Pour avoir trop aimé cette guerre barbare,
Vous voyez les malheurs où le ciel m'a plofigé :
Mon fils est mort, seigneur.

ÉTÉOCLE.

Il faut qu'il soit vengé.

CRÉON.
Sur qui me vengerois-je en ce malheur extrême ?

ÉTÉOCLE.
Vos ennemis, Créon, sont ceux de Thebes même :
Vengez-la, vengez-vous.

CRÉON.

Ah! dans ses ennemis Je trouve votre frère, et je trouve mon fils : Dois-je verser mon sang, ou répandre le vôtre? Et dois-je perdre un fils pour en venger un autre? Seigneur, mon sang m'est cher, le vôtre m'est sacré : Serai-je sacrilège, ou bien déaaturé ?

Souillerai-je ma main d'un sang que je révère ?
Serai-je parricide, afin d'être bon père ?
Un si cruel secours ne me peut soulager;
Et ce seroit me perdre au lieu de me venger.
Tout le soulagement où ma douleur aspire,
C'est qu'au moins mes malheurs servent à votre empire.
Je me consolerai, si ce fils que je plains
Assure par sa mort le repos des Thébains.
Le ciel promet la paix au sang de Ménécée;
Achevez-la, seigneur, mon fils l'a commencée :
Accordez-lui ce prix qu'il en a prétendu;
Et que son sang en vain ne soit pas répandu.

JOCA'S TE.
Non, puisqu'à nos malheurs vous devenez sensible,
Au sang de Ménécée il n'est rien d'impossible.
Que Thèbes se rassure après ce grand effort;
Puisqu'il change votre ame, il changera son sort.
La paix dès ce moment n'est plus désespérée : ,
Puisque Créon la veut, je la tiens assurée.
Bientôt ces cours de fer se verront adoucis :
Le vainqueur de Créon peut bien vaincre mes fils.

(à Étéocle.)
Qu'un si grand changement vous désarme et vous touche:
Quittez, mon fils, quittez cette haine farouche;
Soulagez une mère, et consolez Créon;
Rendez-moi Polynice, et lui rendez Hémon.

ÉTÉOCLE.
Mais enfin c'est vouloir que je m'impose un maître.
Vous ne l'ignorez pas , Polynice veut l'être ;

Il demande sur-tout le pouvoir souverain,
Et ne veut revenir que le sceptre à la main.

SCÈNE V.

JOCASTE, ÉTÉOCLE, ANTIGONE, CRÉON,

ATTALE.

ATTALE, à Étéocle:

POLYNICE, seigneur, demande une entrevue;
C'est ce que d'un héraut nous apprend la venue.
Il vous offre, seigneur, ou de venir ici,
Du d'attendre en son camp.

CRÉON.

Peut-être qu'adouci,
Il songe à terminer uñe guerre si lente, i.
Et son ambition n'est plus si violente :
Par ce dernier combat il apprend aujourd'hui
Que vous êtes au moins aussi puissant que lui.
Les Grecs même sont las de servir sa colère;
Et j'ai su, depuis peu, que le roi son beau-père,
Préférant à la guerre un solide repos,
Se réserve Mycène, et le fait roi d'Argos.
Tout courageux qu'il est, sans doute il ne souhaite
Que de faire en effet une honnête retraite.
Puisqu'il s'offre à vous voir, croyez qu'il veut la paix.
Ce jour la doit conclure, ou la rompre à jamais.
Tâchez dans ce dessein de l'affermir vous-même,
Et lui promettez tout hormis le diadème.

ÉTÉOCLE. Hormis le diadème il ne demande rien.

JOCASTE. Mais voyez-le du moins.

CRÉON.

Oui, puisqu'il le veut bien : .. Vous ferez plus tout seul que nous ne sauridns faire; Et le sang reprendra son empire ordinaire.

ÉTÉOCLE. Allons donc le chercher.

JOCASTE.

Mon fils, au nom des dieux, Attendez-le plutôt, voyez-le dans ces lieux.

ÉTÉOCLE.
Hé bien, madame, hé bien, qu'il vienne, et qu'on lui donne
Toutes les sûretés qu'il faut pour sa personne.
Allons.

ANTIGONE
Ah! si ce jour rend la paix aux Thébains,
Elle sera, Créon, l'ouvrage de vos mains.

SCÈNE VI.
CREON, AT TALE.

CRÉON.
L'INTÉRÊT des Thébains n'est pas ce qui vous touche,
Dédaigneuse princesse; et cette ame farouche,
Qui semble me flatter après tant de mépris,
Songe moins à la paix qu'au retour de mon filsa

« PrécédentContinuer »