La France libre fut africaine

Couverture
Place des éditeurs, 13 mars 2014 - 364 pages

L'Afrique est entrée dans l'histoire de la résistance par la grande porte.


" Avec quelle rage l'antigaullisme s'acharne à propager la légende de "la résistance de Londres" ! Aux uns comme aux autres, j'oppose la vérité : la France libre fut africaine. " Voilà ce que
soutenait fort justement Jacques Soustelle, ethnologue tôt rallié à l'homme du 18 juin. Car à l'automne 1940, le Royaume-Uni n'apportait à la France libre ni combattants, ni matières premières, ni territoires. Le domaine du général de Gaulle s'étendait alors de la frontière tchado-libyenne au fleuve Congo. Sans ces territoires, quelle crédibilité, quelle reconnaissance internationale, quel argument pouvait-il invoquer contre Vichy qui se targuait de la " fidélité " de l'Empire ?
Alors que la geste des combattants levés en Afrique du Nord et de l'Ouest comme les hauts faits de la résistance intérieure sont aujourd'hui bien connus, le sort de l'Afrique équatoriale française et du Cameroun, bastions gaullistes de la première heure, est demeuré injustement ignoré. Ce livre entend, pour la première fois, porter le regard sur ces territoires appelés à soutenir de leurs hommes et de leurs richesses l'étendard de la croix de Lorraine. La résistance à l'Allemagne nazie, à l'Italie fasciste et au régime de Vichy ne fut pas seulement portée en métropole par les héros de l'armée des ombres ; elle fut aussi, dès le mois d'août 1940, une odyssée africaine dont cet ouvrage, fondé sur des archives inédites, entend retracer le cours.

Avis des internautes - Rédiger un commentaire

Aucun commentaire n'a été trouvé aux emplacements habituels.

À propos de l'auteur (2014)

Professeur à l'université de Toronto, Eric Jennings est un spécialiste reconnu de l'histoire coloniale et de l'histoire de la Seconde Guerre mondiale. Il a a notamment publié "Vichy sous les tropiques", Grasset, 2004, ouvrage qui fait autorité et vient de sortir plus récemment une étude sur la ville vietnamienne de Dalat, "la ville de l'éternelle printemps" (Payot, 2013).

Informations bibliographiques