Le Bureau typographique: livre élémentaire, à l'usage des enfan [sic]

Couverture
Au Magazin des Enfans, chez Didier & Tebbett, 1805 - 103 pages
0 Avis
 

Avis des internautes - Rédiger un commentaire

Aucun commentaire n'a été trouvé aux emplacements habituels.

Table des matières

Expressions et termes fréquents

Fréquemment cités

Page 116 - ... douze, 12 ; treize, 13 ; quatorze, 14; quinze, 15; seize, 16; dix-sept, 17; dix-huit, 18; dixneuf, 19; vingt, 20...
Page 17 - Il était interdit avec le père, la mère, le fils, la fille, le frère, la sœur, le père nourricier, la mère nourricière, les vrais grands-parents, les grands-parents nourriciers. 4. LES...
Page 15 - ... l'é-clair, la grê-le, la fou-dre, la nei-ge, la ge-lée, la gla-ce, le ver-glas, la ro-sée, le brouillard, le trem-ble-ment de terre, le chaud, le froid.
Page 108 - ... cahute avec des branches, de la paille, et de la boue. Mais le besoin de se mieux vêtir, de se nourrir plus délicatement, et de se loger avec commodité, amena peu à peu les arts et les métiers ; et, à leur tour, les arts et les métiers adoucirent les mœurs et le caractère des hommes.
Page 109 - ... la boue : les hommes eurent de beaux et de bons habits, d'excellentes tables, et de belles maisons, où l'on ne craint pas l'hiver. Tels sont les bienfaits des arts et des métiers. Vous voyez par-là combien il est important de s'instruire, et de savoir ou un art ou un métier pour être utile à ses semblables. . LEÇON XXL De la MONNAIE d'Orfyd...
Page 111 - On en fit des pièces rondes, qu'on appela écus, francs, tout comme l'on voulut. . Ces écus facilitèrent bien mieux les marchés ; on ne porta plus ses peaux ou ses étoffes pour les échanger contre autre chose ; on les vendit pour de l'argent, et ajec cet argent on eut tout ce qu'on desira.
Page 19 - Il leur disait de rester dans le fond du nid, mais ils ne le voulaient point.
Page 107 - Ce n'est que peu à peu que ces arts et ces métiers se sont perfectionnés, et en sont venus au point où nous les voyons.
Page 110 - Donne-moi des fruits ou du grain pour manger, et je te donnerai des peaux pour te vêtir.
Page 108 - Tailleurs, et celui qui avait tué une grande bête, lui ôtait la peau et s'en faisait aussi-tôt un habit, en la plaçant sans façon sur ses épaules; le seul soin qu'il prenait, était de mettre le poil en-dedans pour l'hiver et en-dehors pour l'été.

Informations bibliographiques