Images de page
PDF
ePub

bien et du mal, dans les œuvres d'un comédien qui ne la fonde que sur la crainte du ridicule, c'est-à-dire sur l'amour-propre, et qui ne peut guère offrir à sa morale d'autre sanction sensible qu’un miracle, une intervention directe de Dieu (1) ou du roi (2), venant à point nommé prouver, par leur autorité indiscutable, qu'il ne fait pas bon les braver ? S'il y a (et on le recherchera (3)), dans la comédie de Molière, une autre sanction morale que le ridicule ou le miracle, c'est une sanction cachée, comme la morale elle-même, et par là bien différente de celle que doit

proposer un vrai moraliste.

Sans doute, on peut trouver la morale partout. Un être libre, l'homme, ne peut rien faire où elle ne soit intéressée plus ou moins. Mais elle n'est ni le

blable. » Fénelon, Lettre à l'Académie françoise, VII. - C'est son amour absolu du vrai qui a fait dire à Boileau :

C'est par là que Molière illustrant ses écrits
Peut-être de son art eût remporté le prix,
Si, moins ami du peuple , en ses doctes peintures,
Il n'eût point fait souvent grimacer ses figures.

Art poétique, III, 393.

Boileau , peintre élégant de portraits , ne comprenait pas que des grimaces pussent être artistiques, sublimes même. Molière , qui voulait faire rire, cherchait au contraire ces exagérations, et pensait qu'on ne devait ni les blâmer ni s'en offenser :

: « Les véritables savants et les vrais braves ne se sont point encore avisés de s’offenser du Docteur de la comédie , et du Capitan , non plus que les juges, les princes et les rois, de voir Trivelin ou quelque autre, sur le théâtre, faire ridiculement le juge, le prince on le roi. » Préface des Précieuses ridicules.

(1) Dénoûment du Festin de Pierre.
(2) Dénoûment du Tartuffe.
(3) Voir plus loin , chap. XI.

principe ni le but de tout ce que fait l'homme; et l'on ne saurait trop insister sur la distinction à établir entre le peintre dramatique, qui représente les meurs en tableaux plus ou moins fidèles, quelquefois fantastiques, pour égayer ou attendrir un spectateur, et le moraliste qui recherche et enseigne les règles des mœurs pour rendre les hommes meilleurs. On peut dire de l'histoire, bien plus que de la comé. die, qu'elle enseigne la morale , que l'historien écrit sous l'empire de certaines idées morales, que ses livres sont de grands tableaux de l'expérience humaine, qui ont par nature une influence morale. Seulement, pour l'historien comme pour l'auteur comique, ces choses se trouvent dans ses æuvres sans qu'il les cherche : elles sont inhérentes à son sujet ;

il les rencontre involontairement, et dans la matière qu'il traite et dans sa manière de la traiter, et pour tout résumer par un mot de Molière, il fait de la morale comme M. Jourdain fait de la

prose (1).

Mais, de même que certaines gens font de fort belle prose sans y songer, certains ouvrages, sans avoir été écrits dans un but moral, ont plus que d'autres une influence sur les moeurs, et peuvent insinuer lentement dans le monde, d'une manière presque invisible, mais irrésistible, des éléments de moralité ou de corruption ; il y a des auteurs qui, sans être des moralistes proprement dits, méritent

(1) Le Bourgeois gentilhomme , act. II, sc. VI,

pourtant d'être étudiés comme tels, à cause de leur puissance observatrice, de leur sens droit, de leur popularité, enfin à cause du caractère universel et supérieur de leur génie. Dans cette juste mesure, nulle ouvre artistique plus que celle de Molière, nul auteur dramatique plus que lui n'est digne d'attirer l'attention au point de vue moral.

Molière déclare lui-même sur le théâtre quel est le but de sa comédie : « Son dessein est de peindre les moeurs, et tous les personnages qu'il représente sont des personnages en l'air , et des fantômes proprement, qu'il habille à sa fantaisie pour réjouir les spectateurs (1). »

Donc, il peint les mæurs et habille des fantômes à sa fantaisie pour réjouir le spectateur : voilà ce divertissement qu'il appelle le plus innocent du monde. Mais non : le divertissement de Molière contient une morale qu'il ne cherche point, et qui pourtant s'y trouve. Dans ses peintures de meurs, même artistiques et arrangées à sa fantaisie, ce sont les mæurs humaines, c'est l'humanité qu'il peint. Nous ne pouvons voir de tels tableaux sans qu'il en résulte quelque réflexion sur

[ocr errors]

(1) L'Impromptu de Versailles , sc. III. Comparez à cette déclaration celle de la Critique de l'Ecole des Femmes , sc. VII, déjà citée p. 4, note 1. On retrouve les mêmes idées dans le Discours au Roi imprimé en tête des Fâcheux : « Ceux qui sont nés en un rang élevé peuvent se proposer l'honneur de servir Votre Majesté dans les grands emplois ; mais pour moi , toute la gloire où je puis aspirer, c'est de la réjouir. » Dans la Préface du Tartuffe , bien que l'utilité morale soit mise en avant, la conclusion est pourtant que la comédie prétend simplement à offrir un divertissement innocent (Voir plus haut, p. 7).

nous-mêmes, et une sorte de comparaison tacite faite par notre conscience entre notre propre personne et ces personnages en l'air produits devant nos yeux. Parmi ces types créés par le caprice du génie, les uns sont attrayants et nous séduisent par le charme de leurs actions et de leurs paroles, tandis que d'autres nous paraissent odieux ou ridicules ; et nous sommes trop charmés par le spectacle pour séparer, dans cette affection ou cette répulsion momentanée qu'inspirent ces agréables fantômes, le bien du mal et les défauts des qualités. Cette affection et cette répulsion ne s'appliquent qu'à des êtres imaginaires ; mais ni leurs mæurs ni leurs caractères ne sont purement imaginaires. La vigueur avec laquelle sont accusés les traits des personnages, la mesure savante avec laquelle le ridicule est porté graduellement jusqu'à sa dernière limite, excitent des sentiments d'une vivacité insolite et forcent absolument le rire. Comment nier l'influence morale d'un spectacle qui, en animant les vices ou les verlus personnifiées, nous les fait voir avec la même émotion que nous causeraient des personnes vivantes; qui , en répandant la grâce, sait nous séduire jusqu'à la passion, et, en déversant la moquerie , nous obliger à nous moquer malgré nous ? Ajoutez que, pour assurer le succès, l'auteur étale les travers les plus saillants de l'humanité, ceux qui occupent le plus de place dans le monde et dans la personne de chacun; en sorte que le type mis sur le théâtre, paraissant toujours tenir quelque chose de

nous-mêmes ou de notre société (1), ne peut nous laisser froids, ni par conséquent maîtres de notre jugement. Ajoutez enfin que l'auteur est Molière, le peintre le plus habile et le plus sûr, le plus capable de rassembler en une seule image palpitante de vie et de passion (2) tous les traits divers ramassés dans mille personnages, le plus puissant à imposer l'approbation , l'admiration, l'enthousiasme : il est inutile d'insister pour faire comprendre la puissance morale de Molière.

Alors, on comprend aussi combien il est intéressant de connaître les idées morales de cet homme. Pouvait-il, sans être ému en quelque façon , étudier autour de lui la foule vivante du flot de laquelle il savait tirer ses types ? Pouvait-il se livrer à l'étude approfondie du cour humain sans être guidé par des principes et sans tirer des conclusions ? Pouvait-il s'empêcher de juger et ceux qu'il copiait et l'idéale copie qu'il en produisait ? Pouvait-il cacher toujours son approbation ou son amertume sous un rire uni

(1) « Jusque-là , il y avoit eu de l'esprit et de la plaisanterie dans nos comédies; mais il y ajusta une grande naïveté , avec des images si vives des meurs de son siècle, et des caractères si bien marqués , que les représentations sembloient moins être des comédies que la vérité même : chacun s'y reconnoissoit , et encore son voisin , dont on est plus aise de voir les défauts que les siens propres. » Perrault, Les Hommes illustres qui ont paru en France pendant le dix-septième siècle, article J.-B. Poquelin de Molière (1696).

(2) « Il a eu encore le don de distribuer si bien les personnages... qu'ils sembloient moins des acteurs de comédie que les vraies personnes qu'ils représentoient. » Perrault, Les Hommes illustres , art. Molière.

« PrécédentContinuer »