Recueil des plus belles epigrammes des poëtes françois, depuis Marot jusqu'à present, Volume 2

Couverture
 

Avis des internautes - Rédiger un commentaire

Aucun commentaire n'a été trouvé aux emplacements habituels.

Pages sélectionnées

Expressions et termes fréquents

Fréquemment cités

Page xx - Que te sert de chercher les tempêtes de Mars, Pour mourir tout en vie au milieu des hasards Où la gloire te mène? Cette mort qui promet un si digne loyer N'est toujours que la mort qu'avecque moins de peine L'on trouve en son foyer.
Page 11 - Paissez , chère brebis , jouissez de la joye Que le ciel nous envoye. A la fin sa clémence a pitié de nos pleurs. Allez dans la campagne, allez dans la prairie, N'épargnez point les fleurs , II en revient assez sous les pas de Marie. Par elle...
Page xx - L'on trouve en son foyer. Que sert à ces galants ce pompeux appareil Dont ils vont dans la lice éblouir le soleil Des trésors du Pactole ? La gloire qui les suit après tant de travaux Se passe en moindre temps que la poudre qui vole Du pied de leurs chevaux.
Page xxii - Où l'âge nous convie. De même, dans l'Ode à Balzac, c'est d'abord l'histoire de son propre esprit qu'il raconte : Ingrates filles de mémoire, Je crois que vous n'ignorez pas Que j'ai préféré vos appas Aux appas même de la gloire ; Et que, parmi ces vanités, Ces faveurs et ces dignités, Où le soin des autres aspire, Je ne demande à mon bonheur Que d'avoir part à cet honneur Sur qui le temps n'a plus d'empire. Enflé de cette belle audace, A peine...
Page 134 - La faveur ne faifoit point voir L'un au ciel , l'autre dans la boue , Et la fortune fans pouvoir N'avoit point encore de roue. Mais de tous ces foins rigoureux Qui regnans dans...
Page liv - L'on pardonne les pleurs aux personnes communes. Mais non pas aux esprits qui dans les infortunes Ont si visiblement leur courage éprouvé.
Page xxxii - Nostre goust suit nos ans. La vieillesse désire Un bon vin savoureux, Au lieu que la jeunesse incessamment soupire • Les plaisirs amoureux. L'Amour, encore enfant, chérit cette verdure Et ces fleurs du printemps, Fuyant ces vieux rochers où l'on voit la froidure Demeurer en tout temps.
Page xix - Et bientôt nous mèneront boire , Au delà de la rive noire , Dans les eaux du fleuve d'oubli.
Page 25 - II voit, de toutes parts, combler d'heur fa famille ," La javelle à plein poing tomber fous la faucille ; Le vendangeur ployer fous le faix des paniers.
Page xlix - Tout aveugle qu'il est, pour pilote et pour guide. L'on ne peut ignorer quels étoient les plaisirs Dont ces lieux innocens contentoient mes desirs. Nos terres ny nos mœurs ne sont plus...

Informations bibliographiques