Les siècles littéraires de la France: ou Nouveau dictionnaire, historique, critique, et bibliographique, de tous les écrivains français, morts et vivans, jusqu'à la fin du XVIIIe. siècle, Volume 3

Couverture
Chez l'auteur imprimeur-libraire, 1803
 

Avis des internautes - Rédiger un commentaire

Aucun commentaire n'a été trouvé aux emplacements habituels.

Pages sélectionnées

Autres éditions - Tout afficher

Expressions et termes fréquents

Fréquemment cités

Page 39 - écrivain, par des raisons aussi lumineuses que solides. «La poésie, dit-il, perd plus qu'elle ne gagne par les rimes. Elle perd beaucoup de variété, de facilité et d'harmonie. Souvent la rime qu'un poète va chercher bien loin , le réduit à
Page 431 - de la morale. Combien il faut se défier des illusions de l'esprit de système ! Helvétius avait des vertus , et son livre est la destruction de toute vertu. « L'intérêt personnel » est l'unique et universel ap» préciateur du mérite des » actions des hommes, et la » probité, par rapport à un » particulier, n'est que l'habi
Page 427 - activité; il n'en avait conservé que pour exercer sa bienfaisance. Tous les jours on introduisait chez lui quelques nouveaux objets de sa générosité; et souvent, en leur présence, il disait à son valet-de-chambre : « Je vous défends de parler de ce que vous voyez, même après ma mort». Il lui arrivait
Page 419 - ouvrirent les portes de l'acad. des sciences de Paris , et de la société royale de Londres. Il a retouché et enrichi de ses remarques, la traduction , faite par ordre du ministère , du Traité de la fonte des mines et des fonderies, écrit en allemand par Schlutter; elle a été impr. à Paris en
Page 426 - ce gentilhomme à Helvétius, pour exposer ma misère au seigneur de Voré, et le prier de suspendre les poursuites de ses gens d'affaires ». Helvétius lui répondit : «Je sais que vous êtes un galant homme, et que vous n'êtes pas riche; vous me payerez à l'avenir comme vous le pourrez. Voici une décharge du passé ». Le gentilhomme se
Page 91 - les savans du Nord , vivre négligé, mourir pauvre, et près d'aller, dans sa caducité , chercher, loin de sa patrie, les secours nécessaires à la simple existence. La source de cet abandon n'a pas été assez remarquée : c'est que la Fontaine porta toute sa vie la peine de son attachement à Fouquet, ennemi de Colbert.
Page 66 - affreux ou cette infortunée se consummait dans le désespoir. Dès qu'elle apperçut son pasteur, elle lui tendit les bras, comme à un libérateur que daignait lui envoyer la miséricorde divine. Le prélat, jetant sur la supérieure, un regard d'horreur et d'indignation : «Je devrais, lui
Page 423 - hôpitaux de Flandres, et médecin du duc d'Orléans, régent du royaume. Il mourut en 1721, à 65 ans , laissant quelques ouvrages. Le plus estimé est son Traité des maladies les plus fréquentes, et des remèdes spécifiques pour les guérir, 1724,
Page 409 - (Jean) habile mécanicien, né à Orléans en 1647 d'un boulanger, mourut dans cette ville en 1724. C'est lui qui trouva, dit-on, le secret de modérer les vibrations du balancier des montres, par le moyen d'un petit ressort d'acier, dont on a fait depuis usage. L'académie des sciences, à laquelle il
Page 196 - par béquarre , sot par bé» mol, sot à la plus haute » game,sot à double semelle, » sot à double teinture, sot » en cramoisi, sot en toutes » sortes de sottises ». Un endroit non moins admirable, c'est l'adieu de ce déclamateur à Pasquier. « Adieu , » maître Pasquier; adieu , » plume sanglante ; adieu ,

Informations bibliographiques