Le temps de l’oeuvre: Approches chronologiques de l’édification des bâtiments

Couverture
Joseph Abram, Gérard Monnier
Publications de la Sorbonne, 2000 - 104 pages
Dater, classer chronologiquement : c’est l’essentiel des approches du temps en histoire de l’architecture. Ces données chronologiques n’épuisent pas les intérêts pour le temps : l’analyse des opérations qui conduisent à la production d’un édifice montre que leur durée est en elle-même porteuse de sens. Temps perdu, temps gagné : le temps prend sa place dans la valeur de l’action. Temps court, temps long : à l’historien d’identifier et de qualifier ces durées. Notre propos est de mettre en évidence cet autre temps, interne à l’édification, cette durée du processus de décision-élaboration-construction. Elle n’est pas sans rapport avec le statut de l’édifice, dans une gamme qui s’étend de la construction d’un édifice primitif, à l’édifice industriel et à l’édifice monumental. Le premier est attaché à des durées brèves, à une exécution qui peut être immédiate (l’abri), le second combine le temps long de la conception des composants au temps court de leur mise en oeuvre, le troisième sublime la conception par la longue durée. Ce temps interne de l’édification correspond donc à une identité chronologique de l’édifice, et il éclaire sur la nature des problèmes que sa conception et sa réalisation affrontent.
 

Avis des internautes - Rédiger un commentaire

Aucun commentaire n'a été trouvé aux emplacements habituels.

Table des matières

Gérard Monnier
5
Christine Giroud
37
Pascal Perris
71
Hubert Beringer
85
Droits d'auteur

Autres éditions - Tout afficher

Expressions et termes fréquents

Informations bibliographiques