Anciens évêchés de Bretagne: Bretagne féodale et militaire

Couverture
 

Avis des internautes - Rédiger un commentaire

Aucun commentaire n'a été trouvé aux emplacements habituels.

Pages sélectionnées

Autres éditions - Tout afficher

Expressions et termes fréquents

Fréquemment cités

Page 77 - L'évêque de Saiol-Brieuc, Josselin, eut à l'égard de Plouvara des démêlés avec le chef du Goëllo ; mais le don fait par celui-ci aux moines arrangea tout. Voilà les droits de Beauport nettement établis *. Quant à ceux du Chapitre de Vannes, nous les verrons naître plus tard ; mais revenons d'abord aux...
Page 77 - Quant à ceux du chapitre de Vannes, nous les verrons naître plus tard ; mais revenons d'abord aux dernières années du xiie siècle. Dans la charte de fondation de Saint-Rion, vers 1184, nous remarquons, parmi les biens aumônes à l'abbaye nouvelle, le molendinum Canum et le feodum Oreguen de Mazeriis, en Plouvara. Ces biens passèrent à Beauport, quand fut supprimée l'abbaye de l'île Guirvinil. En 1207, les chanoines réguliers cédèrent ce domaine à Guillaume Le Borgne et à sa postérité,...
Page 132 - Magistrat équitable, ami sûr et sincère, Digne de ses nobles aïeux, La probité, l'honneur forment son caractère, Et son beau cabinet a de quoi satisfaire Les savants et les curieux (1).
Page 83 - Lande. contraire dans la vallée, tout près de l'étang du Moulin-aux-Chiens, qu'ils bâtirent leur château ' . Cette seigneurie de Kernier a cela de particulier que, presque seule en Bretagne, elle ne s'est pas formée par les armes. Elle est née et s'est développée par l'agriculture, par l'industrie, par le travail opiniâtre de plusieurs générations. Pendant que les propriétaires de Créheren s'en allaient gaspillant leurs revenus à la cour ou ailleurs, ceux de Kernier grandissaient en...
Page 78 - Guillaume, récemment élu évêque de SaintBrieuc), S. (Sylvestre, abbé de Beauport), et L. * (Luc, chanoine de Tréguier), frère du testateur, Guillaume Le Borgne traçait ainsi ses dernières volontés : Après quelques dispositions en faveur de sa femme, Téphanie Le Chien, de ses enfants et de son neveu ; après avoir donné à son frère sa terre de Plérin, terre qui lui venait de la famille Juhel, il règle de la sorte ses aumônes : 150 livres pour aider à la construction de l'abbaye...
Page 81 - ... regaire en faveur du chapitre de SaintPierre de Vannes : c'était, croit-on, un des vœux faits par le duc dans sa prison. Le regaire, emportant la haute justice, obligea sans doute Créheren à déplacer la sienne et à l'établir à Saignaux, entre ses deux domaines de Plouvara et de Plouagat *. • Ce dernier fut vendu en 1481, par Jehan, fils de Guillaume Eder, à Françoise d'Amboise, et donné par celle-ci aux religieuses de Nazareth, près de Nantes. Celte seigneurie était considérable,...
Page 80 - la justice souveraine de Goëllo », laquelle devint ducale, puis royale. Elle avait son auditoire et ses pots patibulaires, non au bourg, mais à Saignaux. Cet état de choses n'existait vraisemblablement que depuis 1428, comme nous allons le voir. Continuons de suivre ce fief de Créheren, dont nous croyons avoir établi la suprématie dans cette partie du Goëllo. Le fils du sénéchal se nommait Guillaume, comme son père. Il assistait comme témoin à une aumône faite par Constance de Pontchâteau...
Page 76 - Châtelaudren et les forges de Kernier '. Que fut donc ce Kernier où le laboureur montre avec respect des douves profondes, les ruines somptueuses d'un château, écroulé, dit-on, avant d'être entièrement terminé; enfin, la Justice, qui indique une position élevée dans la hiérarchie féodale? Les propriétaires de tout cela étaient-ils, comme ils le prétendaient, les fondateurs de la paroisse ? Mais celte paroisse de Plouvara était revendiquée aussi par les seigneurs de Créheren et par...
Page 130 - Anne prit dès lors le titre de reine des Romains, et Maximilien ajouta aux siens celui de duc de Bretagne. Un acte de ce temps commence ainsi : « Maximilien et Anne, par la grâce de Dieu, roi et reine des Romains, duc et duchesse de Bretagne, à nostre bieu-aimé et féal conseiller Jehan de l'Ëpinay...
Page 78 - C'était le fils du connétableou chef des écuries du comte *. Lui-même était sénéchal du Goëllo. Il avait une fortune considérable, comme le prouve son testament, qu'il fit peu après l'acte relaté ci-dessus. Qu'on nous permette de nous arrêter quelques instants sur cette pièce, dont la valeur historique est considérable, et sur laquelle nous aurons souvent à revenir *. Devant W. (saint Guillaume, récemment élu évêque de SaintBrieuc), S.

Informations bibliographiques