Lettres sur l'histoire de France: pour servir d'introduction à l'étude de cette histoire

Couverture
J. Tessier, 1836 - 420 pages
 

Avis des internautes - Rédiger un commentaire

Aucun commentaire n'a été trouvé aux emplacements habituels.

Autres éditions - Tout afficher

Expressions et termes fréquents

Fréquemment cités

Page 115 - ... joug des Romains, et qui, après avoir reconnu la sainteté du baptême, orna somptueusement d'or et de pierres précieuses les corps des saints martyrs que les Romains avaient brûlés par le feu, massacrés , mutilés par le fer, ou fait déchirer par les bêtes.
Page 292 - ... Si quelqu'un de la commune a confié son argent à quelqu'un de la '¡Ile, et que celui auquel l'argent aura été confié se réfugie dans quelque château fort, le seigneur du château, en ayant reçu plainte, ou rendra l'argent ou chassera...
Page 98 - Frank qui l'avait jeté s'élançait, et posant un pied sur le javelot, appuyait de tout le poids de son corps et forçait l'adversaire à baisser le bras et à se dégarnir ainsi la tête et la poitrine. Quelquefois le hang attaché au bout d'une corde servait en guise de harpon à amener tout ce qu'il atteignait.
Page 330 - ... leurs concitoyens. Quoi qu'il en soit, je ne puis regarder avec indifférence ce peu de noms et cette courte histoire , seul monument d'une révolution qui est loin de nous, il est...
Page 103 - A part quelque peu de fanatisme arien, les Visigoths, maîtres de tout le pays situé entre le Rhône , la Loire et les deux mers, joignaient à un égal esprit de justice plus d'intelligence et de goût pour la civilisation. De longues promenades militaires à travers la Grèce et l'Italie avaient inspiré à leurs chefs l'ambition de surpasser, ou tout au moins de continuer, dans leurs établissements , l'administration romaine. Le successeur du fameux Alarik...
Page 221 - Othon et le comte de Flandre. Le prétexte de la guerre devait être de tirer le roi Louis de sa prison ; mais les coalisés se promettaient des résultats d'un autre genre. Leur but était d'anéantir la puissance normande, en réunissant ce duché à la couronne de France, après la restauration du roi leur allié : en retour ils devaient recevoir une cession de territoire , qui agrandirait leurs États aux dépens du royaume de France I.
Page 221 - Louis et du parti franc se brisèrent, en 945, contre le petit duché de Normandie. Le roi, vaincu en bataille rangée, fut pris avec seize de ses comtes, et enfermé dans la tour de Rouen, d'où il ne sortit que pour être livré aux chefs du parti national, qui l'emprisonnèrent à Laon.
Page 193 - Sachez, mandait-il à ses frères qui le priaient de les laisser en paix chacun dans son royaume, sachez que le titre d'empereur m'a été donné par une autorité supérieure, et considérez quelle étendue de pouvoir et quelle magnificence doivent accompagner un pareil titre...
Page 115 - ... discutèrent avec soin toutes les causes de procès, traitèrent de chacune en particulier, et décrétèrent leur jugement en la manière qui suit. Puis, lorsque, avec l'aide de Dieu...
Page 378 - ... et qui se terminait de la manière suivante : « Puisque Dieu a voulu « que tu fusses élu et sacré roi pour défendre son épouse , « c'est-à-dire la sainte Église rachetée de son propre sang , et « maintenir ses libertés sans atteinte , nous te mandons par « cette lettre apostolique et t'enjoignons , pour la rémission de « tes péchés, de dissiper par ta puissance royale les coupables • Script.

Informations bibliographiques