Asie Mineure, Volume 1

Couverture
F. Didot, 1862
 

Avis des internautes - Rédiger un commentaire

Aucun commentaire n'a été trouvé aux emplacements habituels.

Pages sélectionnées

Autres éditions - Tout afficher

Expressions et termes fréquents

Fréquemment cités

Page 623 - Un cinquième artiste se joignit à eux ; car au» dessus du pteron on éleva une pyramide qui égala en » hauteur la partie inférieure, et qui aboutit en pointe de » borne sur vingt-quatre gradins : on plaça...
Page 325 - La plupart des femmes se hlottireut dans le sable, et celles qui étaient vêtues les couvraient de sable et de manteaux. Quand nous fûmes un peu loin, et que la confusion fut apaisée, je demandai à une vieille négresse dans quel but tout ce monde était réuni. Elle m'expliqua que pendant le cours du mois . de septembre on vient de tous les environs prendre des...
Page 261 - ... deux figures de Sésostris sculptées en pierre ; l'une sur le chemin qui va d'Éphèse à Phocée, et l'autre sur celui de Sardes à Smyrne. Chacune représente un homme de la grandeur de quatre coudées et demie, tenant une lance dans sa main droite et un arc dans la gauche, avec le reste de l'habillement répondant à cette armure, c'est-à-dire moitié éthiopien, moitié égyptien -, et on voit sur la poitrine de chaque figure, allant d'une épaule à l'autre, cette inscription en caractères...
Page 325 - Texier sur la plage d'Éphèse nous révèle un usage actuel des habitants qui semble appartenir aux mœurs de l'ancienne lonie plus qu'aux habitudes réservées de la civilisation moderne. Nous laissons raconter le voyageur : « En sortant de Scala-Nova, je gagnai le bord de la mer, dans le golfe de Samos, et je marchai longtemps sur le sable, qui, en cet endroit, était alors fin et brûlant. J'apercevais au loin une grande foule sur le rivage, et je m'avançais tranquillement suivi du cawas Méhémet,...
Page 330 - ... Milésiens, il respectait les habitations éparses dans les champs, au lieu de les livrer aux flammes, et n'en faisait pas même enlever les portes. Mais s'il les laissait debout, il détruisait entièrement les récoltes et les fruits et se retirait ensuite. Les Milésiens étant maîtres de la mer, il était inutile de tenter un siège régulier de la ville avec une armée de terre. Quant aux maisons de la campagne, en empêchant qu'on ne les abattît, son but était d'y rappeler les habitants,...
Page 248 - Hypaepa est placée sur la pente du Tmolus, aux abords d'une plaine élevée et entourée de montagnes; son enceinte est coupée par un ravin profond, dans lequel il n'ya de l'eau qu'une partie de l'année. Cinq ponts antiques étaient jetés sur ce ravin; on en voit trois qui subsistent encore.
Page 249 - C'est peut-être là que se trouvait le temple dédié à une divinité persique, et dont Pausanias a parlé... « Le théâtre est situé sur la colline de l'autre côté du pont. La scène n'a que 65 mètres de diamètre; les gradins, qui étaient de marbre, ont été enlevés, et les restes d'un four à chaux attestent que les Grecs ont employé jusqu'aux derniers débris de cet édifice; il ne subsiste aujourd'hui que le mur de soutènement des gradins, qui étaient en petits moellons de granit....
Page 549 - J'avois fait déjà beaucoup de voyages, mais je n'avois jamais vu, ni même entendu parler de rien de semblable. Ce sont une quantité prodigieuse de pyramides, qui s'élèvent les unes plus, les autres moins, mais toutes faites d'une seule roche, et creusées en dedans de manière qu'il ya plusieurs appartements les uns sur les autres, une belle porte pour y entrer, un bel escalier pour y monter, et de grandes fenêtres qui en rendent toutes les chambres très-éclairées. Enfin je remarquai que...
Page 477 - Romains étaient dans la partie tasse de la ville; les inscriptions qui subsistent encore nous apprennent qu'Ancyre avait un hippodrome, des bains, des aqueducs et plusieurs temples. Si l'on en juge par les débris que l'on...
Page 18 - ... était la seconde place de commerce de l'Asie : aussi l'appelait-on Cibotos, le grand coffre. Elle s'élevait sur le Méandre au cours capricieux et changeant. « Toutes les fois qu'il dérange les limites des propriétés, en rongeant les angles de ses rives, on lui intente, dit-on, un procès, et s'il est convaincu, on le condamne à des amendes qui sont prises sur les péages. » Le fleuve payait ainsi lui-même ses dégâts1. Milet, avec ses quatre ports, dont un seul pouvait contenir une...

Informations bibliographiques