Du massacre de la Saint-Barthelemi, et de l'influence des étrangers en France durant la Ligue

Couverture
 

Avis des internautes - Rédiger un commentaire

Aucun commentaire n'a été trouvé aux emplacements habituels.

Autres éditions - Tout afficher

Expressions et termes fréquents

Fréquemment cités

Page 491 - Pour vous, je ne vous dis autre chose, sinon que vous êtes du sang de Bourbon, et vive Dieu! je vous ferai voir que je suis votre aîné. — Et nous, répondirent ces princes, que nous sommes de bons cadets.
Page 517 - Je vous ai assemblés pour recevoir vos conseils, pour les croire, pour les suivre, bref pour me mettre en tutelle entre vos mains, envie qui ne prend guère aux rois, aux barbes grises, aux victorieux ; mais la violente amour que je porte à mes sujets me fait trouver tout aisé et honorable.
Page 282 - Juin i86i, et toutes les formalités prescrites par les Traités sont remplies dans les divers États avec lesquels la France a conclu des conventions littéraires.
Page 517 - Je ne vous ai point appelés, comme faisaient mes prédécesseurs, pour vous faire approuver leurs volontés. Je vous ai assemblés pour recevoir vos conseils, pour les croire, pour les suivre, bref, pour me mettre en tutelle entre vos mains, envie qui ne prend guère aux rois, aux barbes grises et aux victorieux.
Page 364 - C'est donc du xnr au xvr3 siècle , c'est-à-dire dans l'époque où nous entrons, qu'il en faut chercher le secret; c'est le caractère distinctif de cette époque, qu'elle a été employée à faire de l'Europe primitive l'Europe moderne : de là son importance et son intérêt historique. Si...
Page 235 - Et il est bien vrai que quand l'homme meurt il est guéri de la lèpre du corps; mais quand l'homme qui a fait le péché mortel meurt, il ne sait pas ni n'est certain qu'il ait eu tel repentir que Dieu lui ait pardonné.
Page 468 - Au lieu de chansons, les soldats chantaient des psaumes. La prière se faisait matin et soir à des heures marquées ; et, pendant le cours de la journée, les ministres répandus dans les compagnies les entretenaient de discours pieux et d'exhortations. Mais en...
Page 296 - ... Jean; mais il fut pris et désarmé par les sergents du roi. Le roi Charles fut saisi en même temps, malgré ses plaintes et ses protestations et malgré les pleurs du duc de Normandie, qui suppliait son père de ne pas le déshonorer en traitant « si vilainement » ses hôtes. — Laissez, Charles, répondit le roi, ils sont mauvais traîtres ; vous ne savez pas tout ce que je sais. Le comte d'Harcourt, ses frères et quelques autres chevaliers furent pareillement arrêtés. « Après dîner,...
Page 296 - ... gendre, qui a tous les droits d'y résider comme comte d'Evreux, intrigue si bien que les états, d'ordinaire complaisants au souverain, refusent le subside. Le roi qui a eu vent de ces menées prépare un éclat. En voici l'occasion. Le dauphin, pour son intronisation au duché normand, avait convié au château de Rouen le roi de Navarre, le comte d'Harcourt et plusieurs seigneurs avec le maire de Rouen. C'était le samedi 6 avril, veille de Pâques. Le roi Jean avait quitté Orléans, le vendredi,...
Page 404 - Louis XII aimait le peuple, et soutint sans prodigalité la dignité de sa couronne. Il était économe; sa cour l'accusa d'être avare, et le fit représenter comme tel en plein théâtre; il l'apprit sans colère: « J'aime mieux, dit-il, voir mes courtisans rire de mon avarice que mon peuple pleurer de ma dépense.

Informations bibliographiques