Images de page
PDF
ePub
[merged small][ocr errors][merged small][merged small][merged small][merged small]

dans un même je pense qui se soutient à travers les siècles. Nous connaissons le germe des grands principes de la substance et de la causalité; mais il n'a pas été donné d'atteindre la valeur absolue de ces principes qui sont le fondement de toutes les seiences. — Nous avons dit quels sont, à l'origine, et le temps et l'espace; mais nous nous sommes arrêtés devant les idées absolues du temps et de l'espace.

Enfin la science universelle, à son point de départ, s'est offerte à nous : iei, nous avons aperçu de loin ces hautes régions de la pensée humaine où s'accomplit entre le moral et l'intellectuel une alliance qui conelut la synthèse de l'univers; ici nous avons pu comprendre que ces hautes régions restent toujours voilées pour un grand nombre d'hommes. Nous avons pu comprendre que le drame qui commence sur le sein maternel, se prolonge dans toute la vie morale et dans toute la vie intellectuelle.

L'intelligence naissante a donc été suivie dans ses premiers progrès, dans ses progrès élémentaires ; mais elle n'a pu l'étre partout : en sorte que l'histoire de la pensée humaine se divise en deux époques.

- Dans la première : l'initiation de l'intelligence encore au berceau; alors l'homme apprend à connaitre; il acquiert ses idées sous une forme contingente. Beaucoup d'hommes ne sortent jamais de cette époque. - Dans la deuxième : la pensée acquiert toute son étendue; les connaissances prennent un caractère qu'elles ne possédaient pas, et l'homme peut enfin

8.

[blocks in formation]

s'élever à ces vérités absolues qui entraînent son assentiment et sa foi vers la véritable connaissance.

C'est faute d'avoir établi cette distinction de deux époques principales, que tant d'erreurs, qu'une si grande confusion se sont introduites dans la philosophie. Nous allons voir comment l'esprit humain franchit l'intervalle immense qui sépare ces deux époques, lorsqu'il le franchit.

[ocr errors][merged small][merged small][merged small][ocr errors][ocr errors]

DE UXIÈME PARTIE.

L'INITIATION DIVINE.

CHAPITRE PREMIER.

L'INITIATION DIVINE.

Si l'enfant qui vient de naître ne peut s'élever à l'intelligence, qu'avec le secours d'une puissance initiatrice qui pénètre dans les profondeurs du moi, quelle fut l'initiation du premier homme ?

Et d'abord qui fut l'initiateur? A cette question la réponse est facile; car, qui fut le père et qui fut la mère du premier homme? Dieu. — Dieu lui-même a donc été le premier initiateur. « Souviens-toi, homme, « des jours antiques ! le Seigneur ton Dieu t'a porté

« PrécédentContinuer »