Images de page
PDF
ePub

prophète, et à pure perte, car, pour les chrétiens, Abraham est le père des croyants; la Thorah (1), livre de Moïse, le Zabour (2), livre de David, les prophètes (3) et l'Évangile ne font pour les chrétiens qu'un seul livre. L'Évangile confirme les premiers. Le Koran le dit.

MUPATI. Tu ne connais pas d'autre livre qui confirme l'Évangile et les premiers?

PRÊTRE. Je n'en connais pas et ne peux en connaître. Il n'y en a pas, et il ne peut y en avoir. Ce qui confirme, n'a pas besoin d'être confirmé. Le sceau du sultan ne réclame pas le sceau de ses ministres. Séid Aïça est la parole de Dieu. L'Évangile en est le sceau.

Cadi. Nous honorons bien l'Esprit de Dieu, Aiça, fils de Marie, mais séidna Mahomet, serviteur de Dieu, est au-dessus de lui.

PRÊTRE. Je ne prétends pas changer votre · croyance. La vraie croyance vient de Dieu. Mais,

puisque nous parlons, je suis en droit de vous dire : Pesez vos paroles, et vous les rétracterez si vous leur donnez un sens. Vous honorez, ditesvous, Aïça, que vous voulez appeler Esprit de Dieu; mais vous mettez au-dessus de lui sid Mahomet, serviteur de Dieu. L'Esprit de Dieu doit être au-dessus du serviteur. L'âme, qui commande, est plus que le corps, qui obéit.

(1) Pentateuque.
(2) Les Psaumes.

(3) Les musulmans disent que les livres des prophètes sont perdus. — Les livres qu'ils admettent comme inspirés, sont le Pentateuque, les Psaumes, l'Évangile et le Koran.

Muputi. Le cadi, en disant Esprit, a voulu s'en tenir au langage du vulgaire; voilà pourquoi ta réponse pèse dans la balance; mais, disant comme le livre, nous te parlerons le langage de Dieu : Dieu a élevé les prophètes les uns au-dessus des autres, et les plus grands, sont ceux à qui Dieu a parlé :

تلك الرسل فشلنا بعضهم على بعض منهم كلم و رفع بعض

(La Vache , v. 254.) Kad PRÊTRE. Vous prétendez m'attaquer avec le livre, c'est le livre à la main que je réponds. D'après le Koran, séid Aïca est le Verbe de Dieu; mais le Verbe de Dieu est plus que celui à qui Dieu a parlé; pesez donc vos paroles, Messieurs, comprenez le livre, Dieu ne dit pas d'absurdités.

Cadi. Le Verbe de Dieu est plus que celui à qui Dieu a parlé... La réponse pèse.

Mupati. Pour tout concilier, nous pouvons dire : Aïça est appelé Parole de Dieu, parce que Dieu lui a parlé, de même qu'il a parlé plus tard à Mahomet, et alors séid Aïça et séid Mahomet, que le salut de Dieu soit sur eux! se trouveront égaux.

PRÊTRE. Subhanou! (loin de nous ce qui ne peut intéresser la gloire de Dieu). Puisque nous prenons le livre pour juge, parlons comme le livre, et le Koran dit non-seulement que Dieu a parlé à Aïça, mais qu'il a jeté son Verbe éternel dans le sein de Marie, il a pris chair :

(Sourate, les Femmes, v. 169.) piyo si lo Lill dick Aïça, c'est donc le Verbe éternel dans le sein de Marie, le verbe éternel parlant au berceau,

instruisant sur la montagne, apaisant les tempêtes; le Verbe éternel rendant la vue aux aveugles, l'ouïe aux sourds; le Verbe éternel commandant à la mort, le Verbe éternel s'élevant triomphant dans le ciel, le Verbe éternel au grand jour du jugement, où tant de visages pâliront. Qu'y a-t-il donc de commun entre Aïça et tout autre prophète ?

CADI. O babas!
MUPATI. Sahit (bravo).

S II. Cadi. Tu penses donc mal de séidna Mahomet, que la bénédiction de Dieu soit sur lui! C'est cependant un grand prophète aussi.

PRÊTRE. Messieurs, loin de moi la pensée d'offenser personne; mais, vous me demandez la vérité, je ne puis répondre par le mensonge. Sid Mahomet était un grand homme; sid Napoléon était un grand homme, sid Napoléou n'était pas prophète.

MUPATI. Ne sais-tu pas que les armes de séidna Mahomet, rapides comme le vent, brillantes comme, l'éclair, terribles comme la foudre, ont fait trembler la terre sur ses bases, en ont soumis une immense partie à la puissance du croissant?

PRÊTRE. Sid Mahomet a soumis quelques peuplades de l'Arabie, ses kalifes ont fait le reste dans la suite des temps. Sid Napoléon a soumis, lui seul et en moins de temps, plus de peuples que Mahomet et les kalifes ensemble. Sid Napoléon était un grand guerrier, sid Napoléon n'était pas prophète.

ns

Cadi. Sid Napoléon n'était pas envoyé comme prophète; séid Mahomet était envoyé comme tel.

PRÊTRE. Sid Napoléon n'était pas envoyé comme prophète, et il ne s'est pas dit prophète; sid Napoléon a été sage; sid Mahomet s'est dit prophète, et il n'a rien fait pour le prouver.

Mupati. Séidna Mahomet a établi la religion de l'Islam.

PRÊTRE. La religion de l'Islam existait longtemps avant que sid Mahomet fût formé dans le sein de sa mère, nous l'avons déjà vu : sid Abraham suivait l’Islam, sid Moïse suivait l'Islam , sid David, sid Salomon suivaient l'Islam, les chrétiens suivaient l'Islam; sid Mahomet a fait connaitre un certain Islam aux idolâtres de l'Arabie, il faut lui en tenir compte ; mais il est loin d'avoir ajouté quelque chose de mieux à l'Islam. Napoléon a rétabli dans certains pays la religion de séid Aiça, véritable Islam; Napoléon n'était pas prophète et ne s'est pas dit prophète; Napoléon a été sage, il savait qu'il n'avait aucun des signes qui doivent accompagner un prophète.

S III.

Cadi. Quels sont donc les signes d'un prophète ?

PRÊTRE. Un chaouch (ambassadeur), pour prouver qu'il est envoyé du sultan, montre le firman de son maître; un prophète, chaouch de Dieu, doit donner des signes qui soient évidemment le firman de Dieu.

Moise a donné de tels signes. A sa voix, la

ne

mer, séparant ses ondes, ouvre un libre passage aux enfants d'Israël, et engloutit l'armée de Pharaon (Koran, sourate la Vache, v. 27).

A sa voix le rocher se fend, il en jaillit une source abondante (Ibid., v. 57). A sa prière, une nourriture délicieuse tombe du ciel ; un nuage bienfaisant plane sur la tête des enfants d'Israël, tour à tour immense pavillon protégeant contre l'ardeur du soleil, et colonne de feu dirigeant à travers les ténèbres de la nuit (Ibid., 34).

Aïça a donné de tels signes. Il parle, et le paralytique se redresse, et l'aveugle voit, et le sourd entend, et le mort ressuscite (sourate Imran, v.43). Où sont les signes que sid Mahomet a donnés ?

Cadi. Séidna Mahomet, que la bénédiction et le salut de Dieu soient sur lui! a déclaré qu'il ne venait pas pour faire des miracles. Ils disent : Si au moins des miracles lui étaient accordés de la part de son Seigneur. Réponds-leur : les miracles sont au pouvoir de Dieu , et moi, je ne suis quun envoyé chargé d'avertir clairement :

وقالوا لولا أنزل عليه ايات من ربه قل انها الايات عند الله

(Sourate , l'Araignée , v. 49.) y v Lis byál, PRÊTRE. Sid Napoléon aurait pu dire, comme sid Mahomet, qu'il n'était pas venu faire des miracles, qu'il était cependant prophète. Certains l'auraient cru, les autres ne l'auraient pas cru; Napoléon n'a pas voulu se donner pour ce qu'il n'était pas, Napoléon a été sage. MUPATI. Mais séid Mahomet a fait des miracles. PRÊTRE. Quels sont ces miracles ?

« PrécédentContinuer »