Images de page
PDF
ePub
[ocr errors]

2

[ocr errors]

rédaction de votre rapport. Voici en tout cas quelles sont mes conclusions à ce sujet :

« Il est bien plus raisonnable de penser qu'il « n'y a dans notre vie aucune lacune, et que la « totalité de cette vie se poursuit à travers la veille « et le sommeil d'une façon continue. Que l'homme « dorme ou veille, il est toujours formé d'une dou« ble substance et il n'est complet qu'à cette con« dition que s'il est âme et corps tout à la fois. « L'âme intelligente, aimante et active, est étroi« tement et indissolublement unie à un corps orga« nisé. Tant que la vie terrestre dure, elle ne peut « exercer ses facultés que dépendamment du « corps. Il ne nous est pas permis dans l'état ac« tuel des choses de concevoir l'âme autrement et « l'union des deux substances ne se comprend que « par une correspondance mutuelle de leurs modi« fications, en sorte que comme le corps agit sur « l'âme pour y exciter certaines pensées, l'âme « agit réciproquement sur le corps pour y faire « naitre certains mouvements. Dans le sommeil « l'union du corps et de l'âme persiste. Pour ces« ser de s'unir au non moi du monde extérieur, « l'âme ne cesse pas d'être unie au corps et par « lui aui non moi antérieur. L'âme est donc enga« gée dans le sommeil aussi bien que le corps. « L'âme intervient donc comme le corps dans la « production des rêves. »

11 : divat?

og deteta pro an das gan negara Diretore gun gaten alerne,

de kvelle ja 94

Tin phes

of on Machopny query or sale

12. tanta pras Siffrent per les

· hole rule indonesia lui hugt! ut le com

lu, . Ce post z rynek.' all your se

Hi eu sur les parents

effe

eille bort

Efore

Να rom opni

Pai ù api es Je

ssur |

Je passe, maintenant que j'ai constaté la modification profonde subie par notre faculté de relation la sensibilité, aux changements apportés à nos facultés personnelles : La volonté, l'intelligence, le sentiment. Il serait trop long et trop fastidieux de rapporter in extenso les solutions que je crois devoir donner à ces nouvelles questions. Insistons seulement sur un point. J'ai trouvé dans mon analyse de l'opinion des anciens et des modernes, que les penseurs de toutes les époques et de tous les pays étaient divisés sur le problème du sommeil. Les uns à la tête desquels il faut placer saint Grégoire de Nysse et Aristote peut-être , soutiennent que le sommeil est une décadence pour les facultés humaines. Les autres, parmi lesquels on compte Platon, Iamblique, Synésius, pensent au contraire que dans le sommeil l'âme acquiert une plus grande puissance. Cette différence d'opinions ne tiendrait-elle pas à ce que les uns et les autres se sont exclusivement attachés à une seule espèce de rêves ? Ne serait-il pas « permis de dire que de « même que l'âme, pour tous les rêves produits « par le corps, est plus esclave et plus dépendante « qu'à l'état de veille, de même pour les rètes « indépendants de l'organisme et qu'elle produit « seule par son activité, l'âme est en quelque « sorte plus libre pendant qu'elle est dégagée de « sens extérieurs. On raconte qu'un mathemati

ar u e pri

cous nspi orte oon eign Fussi

7.-mprimerie de I., MARTINET, rue Mignon, 2.

[ocr errors]

« cien a trouvé dans son rêve la solution d'un pro«blème qui le tourmentait en se couchant. Ou « cite le même trait d'un poète. On a vu ex« pressément par un passage de Synésius, que cet « auteur suppose, poétiquement sans doute, un « commerce du dormeur avec les muses pendant << son rêve. On connaît l'histoire de la Sonate du « diable du compositeur Tartini. Les exemples « que l'on pourrait citer de rêves de ce genre sont ( nombreux. »

ܝܵܐ vah܇ ܀

Metaliniai
en del
1 Tem
de li pe-c des a

Fieldient to

i litet icar Friends' ? 12:00H A 2.24. lo es 2. lantiper, som as le .: lice. Celle je to qete na went attained :::-] pas PCTE

C'est Condorcet achevant dans son rêve un calcul difficile dont éveillé il n'avait pu venir à bout. C'est Franklin débrouillant dans son sommeil des combinaisons politiques inextricables pendant le jour. C'est l'abbé Richard qui, ayant lu un voyage dans la Louisiane, voit se dérouler en songe une suite de tableaux représentant tous les pays décrits par le voyageur,

et suivant l'ordre de ses lectures. Est-ce qu'il serait déraisonnable de supposer que l'âme affranchie durant le sommeil des sens extérieurs, pût en vertu de sa propre énergie, susciter des visions qu'elle dirigerait à son gre? et ce qu'il y aurait d'exagéré peut être dans cette opinion, ne disparaît-il pas devant cette déclaration formelle que j'ai plus d'une fois répétée, que les exemples de ces rêves sont des plus rares et que, dans la majorité des cas, la volonté et l'intelligence sont amoindries pendant le sommeil. Cette conjec

Je, pour le la

plus echter
alle de sect pe"

registre
Aute. Time
endasi yaele es
a munte aast

l'effe veille mort eût é effore

Na prom bopni

Pal où al les Je assur par u le pri nous! inspi porte bonn seign Jussi

ture, si elle était tenue pour vraie,aurait l'immense avantage de concilier les opinions de tous les philosophes ; ce serait là du bon éclectisme, tel que je le comprends et le pratique. Je conclus cette discussion par le passage suivant :

« C'est pour n'avoir pas reconnu l'intervention « simultanée de l'âme et du corps dans les réves « et l'influence prédominante de l'un ou de l'autre < suivant la qualité des rêves, que toutes les er« reurs sur le sommeil ont pris naissance. Les uns « comme saint Grégoire de Nysse, n'ont vu pour (-ainsi dire que les rêves corporels, les autres. « comme Synésius, lamblique, M. Aubin Gauthier. « n'ont vu que les rêves spirituels. Mais ils ne « sont pas exclusivement spirituels ou corporels. « ils sont tous les deux à la fois ; seulement dans « ceux-ci, c'est le corps qui prédomine, dans ceux« là c'est l'esprit et de même que dans les uns le « corps a une influence plus prépondérante sur « l'âme que pendant la veille, de même dans les « deuxièmes, il est loisible de penser que l'âme « est plus libre. Pourtant l'union de l'âme et du « corps ne cesse jamais aussi bien dans le sommeil a que dans la veille. »

Puisque je suis arrivé à l'exaltation accidentelle et très-rare des facultés de l'âme dans le sommeil. je pose la question de la divination par les songes, pour faire voir qu'elle est insoluble et je me con

primerie ne l.. MARTINET, rue Mignon, 9.

[ocr errors][ocr errors]

tente de citer diverses anecdotes dont j'ai une
connaissance personnelle. Après quelques consi-
dérations dont je n'ai rien à extraire sur le rôle de
la mémoire et de l'imagination, en tant que ces
facultés secondaires peuvent servir à l'âme à mou-
voir la sensibilité interne, je cite divers autres
pouvoirs qui existent dans le sommeil et qui font
éclater à nouveau la constante activité de l'âme
dans les rêves. Je m'occupe enfin de la question de
savoir si l'âme rêve toujours pendant le sommeil,
quoiqu'elle ne se souvienne pas et voici comment
je m'exprime :

« Quel est aussi l'état particulier de l'âme pen-
« dant le sommeil ? Elle est toujours active, elle
« vit toujours, mais ses facultés ne s'exercent pas
re de la même manière. Ainsi, elle ne pense plus,
« elle rêve ; elle ne veut pas, elle n'aime pas, elle
« ne sent pas de même dans le sommeil que dans
« l'état de veille, mais s'il y a des différences in-
« contestables entre les modes d'exercice des fa-
« cultés, il n'y a pas opposition radicale. Rêver et
« penser sont les deux faces d'une même vie, les
« deux manières d'ètre d'une même essence. Locke
« et Descartes avaient donc tous deux raison,
« Locke en doutant de la continuation de la pen-
« sée pendant le sommeil, comme Descartes en
« l'affirmant. Il n'y avait entre eux qu'un malen-
* tendu sur le mot, mais non sur la chose. Car

.

en utemel 304

la deni lah
1. le corps con pelas

sam oprit et de même in the
s une influeneo plus

Tule pendant la veille

, de som 16, il est le temps dobre. Puurlant annet 1947 jamais aussi bintaa

slu raille :

je suis arrive a levelet

des facultes de ligne des ventes restion de la divinating to be wir qu'elle et installed

H&T, the Night

« PrécédentContinuer »