Mémoires de R. Levasseur: (de la Sarthe) ex-conventionnel, ornés du portrait de l'auteur ...

Couverture
Rapilly, 1831
 

Avis des internautes - Rédiger un commentaire

Aucun commentaire n'a été trouvé aux emplacements habituels.

Autres éditions - Tout afficher

Expressions et termes fréquents

Fréquemment cités

Page 342 - L'amour n'at-il encor triomphé que de vous? La faiblesse aux humains n'est que trop naturelle : Mortelle , subissez le sort d'une mortelle. Vous vous plaignez d'un joug imposé dès longtemps : Les dieux mêmes , les dieux de l'Olympe , habitants , Qui d'un bruit si terrible épouvantent les crimes, Ont brûlé quelquefois de feux illégitimes.
Page 353 - Touchés de tant de merveilles, épanchons nos cœurs sur la piété de Louis; poussons jusqu'au ciel nos acclamations et disons à ce nouveau Constantin, à ce nouveau Théodose, à ce nouveau Marcien, à ce nouveau Charlemagne, ce que les six cent trente pères dirent autrefois dans le concile de Chalcédoine : Vous avez affermi la foi, vous avez exterminé les hérétiques : c'est le digne ouvrage de votre règne, c'en est le propre caractère.
Page 325 - Les Français ont le droit de publier et de faire imprimer leurs opinions, en se conformant aux lois qui doivent réprimer les abus de cette liberté.
Page 353 - Dieu lui réservait l'accomplissement du grand ouvrage de la religion; et il dit, en scellant la révocation du fameux édit de Nantes, qu'après ce triomphe de la foi et un si beau monument de la piété du roi, il ne se souciait plus de finir ses jours*.
Page 348 - Toutes recherches des opinions et votes émis jusqu'à la restauration , sont interdites : le même oubli est commandé aux tribunaux et aux citoyens.
Page 348 - ... affligé la patrie durant notre absence. Heureux de nous retrouver au sein de la grande famille, nous n'avons su répondre à l'amour dont nous recevons tant de témoignages, qu'en prononçant des paroles de paix et de consolation. Le vœu le plus cher à notre cœur, c'est que...
Page 170 - ... exigaient alors le développement de formalités multipliées , avant d'envoyer au tribunal révolutionnaire un homme chargé, de son aveu, des forfaits les plus exécrables. Il fut rendu une espèce de décret interlocutoire. Toute dénonciation contre un député à la législature devait être renvoYée aux comités de salut public, de sûreté générale et de législation réunis, et communiquée à l'accusé, pour y répondre avant qu'il en fût rendu compte au corps législatif.
Page 30 - D'avoir comprimé par la terreur tous les citoyens de la république, en signant et en faisant mettre à exécution des ordres arbitraires d'emprisonnement , sans qu'il y ait contre un grand nombre d'entre eux aucune dénonciation , aucun motif de suspicion , aucune preuve de délits énoncés dans la loi du 17 septembre 1793...
Page 36 - De n'avoir pris, dans la journée du 9, aucune mesure de rigueur, afin que les décrets d'arrestation lancés contre Robespierre et ses complices fussent exécutés, et d'avoir exposé, par cette négligence criminelle, la représentation nationale à être égorgée, puisque les satellites des conspirateurs ont pu le même jour arracher, sous les yeux de la Convention nationale...
Page 36 - De n'avoir pris dans ia nuit du 8 et dans la journée du 9 thermidor, aucune des mesures qui pouvaient assurer la tranquillité publique et la sûreté de la Convention , évidemment compromise par le discours du tyran , prononcé le 8 à la tribune de la Convention, et le soir à celle des Jacobins , qui lui avaient promis -secours, force et protection...

Informations bibliographiques