Images de page
PDF
ePub
[merged small][ocr errors]

А

SON ALTESSE IMPÉRIALE

LE PRINCE

EUGÈNE NAPOLÉON,

VICE-ROI D'ITALIE, PRINCE DE VENISE , ETC.

MONSEIGNEUR,

1

Les avis pleins de justesse, les encouragemens, quelques éloges dont vous aviez daigné favoriser l'auteur du Manuel d'infanterie, l'avoient enhardi à dédier à V. A. I. un nouvel Ouvrage qui servoit de complément à l'autre, et vous accueillites avec distinction la première édition du Mémorial de l'officier d'infanterie , dont je vous devois l'hom. mage, puisque je vous en devois l'idée. Je fus récompensé de l'aridité de ce travail par votre ap

'vj probation, et m'estimais heureux que cet enfant de vos conseils vit le jour sous vos auspices.

Les militaires ne l'ont point jugé indigne d'un si noble patronat. Une édition tirée à grand nombre a été épuisée en peu de temps; une seconde édition, préparée avec soin, lui succède, et justifie le titre de l'Ouvrage, en offrant l'ensemble complet des dispositions législatives ou réglementaires aujourd'hui en vigueur. Je m'empresse de l'adresser à Votre Excellence comme un nouveau gage de l'attachement et du respect

De votre très-humble et dévoué serviteur,

* * * *

INTRODUCTION.

Depuis long-temps on éprouvoit le besoin d'un précis des lois militaires. Le Code militaire dont Sa Majesté a ordonné la rédaction eût rempli cet objet, mais l'achèvement de ce beau monument tardera peut-être encore, et jusque-là il manquoit à l'infanterie un recueil qui lui fût propre, et qu'elle invoque en proportion même de l'activité de nos campagnes. Rien de pareil n'avoit encore été spécialement exécuté à l'usage des officiers d'infanterie. Les lois, et dispositions en ayant force, qui concernent ces militaires, produites sous des Gouvernemens dissemblables, promulguées sans liaison, maintenues en quelques-unes de leurs parties, divergentes en quelques autres, citées, interprêtées , amendées journellement, s'élevoient à une quantité considérable, sur-tout depuis 1791. Telle d'entre elles datoit d'un demisiècle (1) : c'est indiquer avec quelle précaution il en faut faire étude. D'autres, plus récentes , ne demandoient pas moins qu'on s'attachât à les mettre en harmonie. N'étoit-ce pas une louable entreprise que celle par laquelle on se proposoit d'évoquer ces renseignemens épars, d'en élaguer les redites, d'en signaler les désuétudes ? N'étoit-ce pas un travail utile que celui qui cherchoit à atteindre ce but, en n'altérant nulle part le texte original, mais en l'éclairant par deux mille notes, et en ne supprimant que ce qui n'a pas trait à l'officier d'infanterie ? Tel étoit l'objet du Mémorial publié à la fin de 1809. L'épuisement rapide de la première

(1) Ordonnance de 7768, page 176.

[ocr errors]

édition de cet ouvrage a prouvé qu'il avoit justifié son titre. Une seconde édition , déjà réclamée, paroît aujourd'hui, et réunit tout ce qui a été mis en vigueur depuis cette époque, en même temps qu'elle a fait disparoître tout ce qui a cessé d'être usité. Le premier plan de l'ouvrage est celui qui a été conservé.

Entre les différentes manières de classer la législation de l'infanterie, il étoit difficile d'asseoir un choix. Trois principaux modes se présentoient: ordre de temps, ordre de matières similaires(1),ordre d'étude. Suffisoit-il de se régler surl'échelle chronologique (2) ? Ce travail eût été le plus facile, mais dépourvu de sous-divisions, il n'eût présenté nulle part, dans un même cadre, les objets de la même nature. Falloit-il rassembler les matériaux suivant le degré de leur importance, ou bien les ranger suivant la ressemblance de leur intitulé, ou enfin les groupersuivant leur émission des différens ministères? C'eût été s'imposer des conditions presqu'inconciliables, et. n'arriver qu'à une classification inexacte et incomplète. Falloit-il s'étudier à constituer un corps de doctrine dégagé de répétitions, organisé suivant l'esprit des conformités, justifiée ou redressée par de rapides renvois ? Cette dernière méthode nous a paru préférable, elle réunit les lois sans les confondre, elle les soumet à des dénominateurs généraux et peu nombreux, elle les répartit en subdivisions dont chacune ne traite que d'un seul et même sujet.

Ceux qui, pour des raisons que nous nous sommes exposées, et que nous avons débattues , eussent tenu pour l'ordre chronologique, auront recours à la table par ordre de dates;

(1) C'est-à-dire classification présentant toutes les lois ensemble, tous les réglemens ensemble, toutes les circulaires ensemble, etc.

(2) Cet ordre n'est observé dans le Mémorial, que du commencement de chaque subdivision jusqu'à sa fin; c'est-à-dire à l'égard des articles qui traitent précisément du même objet. Pour faciliter les recherches, on n'a point interrompu dans tout l'ouvrage les ouméros des chapitres , non plus que l'ordre de la pagination.

« PrécédentContinuer »