Images de page
PDF

cipiter, jeter du baut en bas.

COULOUMBAOUnO , s.f., sorte d'oiseau semblable au bec-figue.

COULOUMBET, s. mase, petite pierre longue que l'on place aux angles d'une bâtisse. Jugar oou couloumbet, jouer á clochepied , sauter sur un seul pied.

COULOUMB1ER, v. Pigeounier.

COULOUMBIERO, s. fém., combrière, filet pour prendre des thons et autres gros poissons.

COULOUMBIN, s.m., colombin, rouleau de terre glaise pétrie que le faïencier met sur le bord d'une assiette, pour la rendre plus solide.

COULOUMBINO, s.f., colombine, fiente des pigeons, des poules et autres oiseaux.

COULOUMBO, s. f., colombe, pigeon blanc , pigeon ramier.

COULOUMBRINO , ou Covuwiia i Mi, s.f., couleuvine, sorte de canon fort gros et qui envoie le boulet bienloin ; canonnière, morceau de bois de sureau ou autre percé en long, dans lequel les enfants mettent deux, bouchonsqui, à l'aide d'un repoussoir et de la compression d'air, font sortir avec explosion le premier mis.

COULOUN, s.m., colon, cultivateur, habitant des Colonies.

COULOUNADO, s.f., colonade , suite, rangée de colonnes servant d'ornement à un grand édifice.

COULOUNIAL , ALO, adjectif, colonial, aie, qui concerne les colonies, qui vient des Colonies.

COULOUNIE, s. fém., Colonie, nombre de personnes des deux sexes envoyées dans un pays pour l'habiter, le peupler; ce pays; peuplade d'émigrés, lieu où ils se sont établis.

COULOUNISAÄ, v. a., coloniser,

établir une ou pi u sieurs colonies.

COULOUNISATIEN, s. f., colonisation , action de coloniser.

COULOUNO, s f., colonne, sorte de pilier rond; division d'une armée en ligne; fig., appui, soutien d'un état.

COULOUQUINTO, s. fém., coloquinte, pomme très amèredont la pulpe est un violent purgatif.

COULOUR, s. f., couleur, impression sur l'organe de la vue, produite par la lumière; drogues que les peintres emploient dans la peinture.

COULOURAR, v. act., colorer, donner la ou de la couleur; figur., donner une belle apparence à ce qui est mauvais, reprehensible, criminel ; v. pr., se colorer, prendre de la couleur , en recevoir.

COULOURIAR, v. a., colorier, donner les couleurs; employer les couleurs dans un tableau; mettre les couleurs à une estampe.

COULOURIS, s.m., coloris, mélange, fonte de couleurs; leur effet, leur contraste , leur ensemble , leur harmonie; fig- » il se dit aussi du stile, des pensées ole.

COULÓURÍSTO, s.m., coloriste, peintre qui entend bien le coloris.

COULOUSSADO, s.f., sortedalouette, oiseau.

COULOUSSAOÜ, ALO , adject-, colossal, ale, qui surpasse de beaucoup los proportions ordinaires ; de grandeur démesurée.

COULOSSO, s. mase, colosse, statue d'une grandeur démesurée; figur. etfam., homme d'une grandeur et d'une grosseur extraordinaire.

COULPOURTAGE, s.m., colportage, état. métier du colporteur. COULPOURTAR, v.a., colporter, porter çà et là pour vendre ; fig. et fam., débiter, raconter partout. COULPOURTUR, s. m., colporteur, celui qui fait métier de colporter. COUMAIRE , s. fém., commère , celle qui a tenu un enfant sur les fonts de baptême, elle est la commère du père et de la mère de l'enfant , elle l'est aussi du parrain ; la mère nourrice ; en certains pays, commère se dit d'une demoiselle : a assisté au mariage d'une e ses camarades , et est la commère du jeune homme qui l'a conduite sous son bras ; une fine commère est celle qui sait bien diriger ses affaires, qui ne se laisse pas tromper; protectrice. COUMANDAMENT, s. m., commandement, ordre donné par celui qui commande. COUMANDANT, s.m., commandant, chef de bataillon , celui : commande dans une place; g. et fam., celui qui, dans une réunion, dans une société s'arroge le droit de commander; dans ce dernier cas il se prend de mauvaise part ; fam., commandante, femme d'un commandant. C0UMANDAR, va., commander, ordonner, prescrire. C0UMANDO , s.f., commande, commission pour envoyer des marchandises. Caouvo de coumando, chose faite pour une pratique autrement confectionnée qu'une chose de pacotille. C0UMANDOUR, s.m., commandeur, chevalier pourvu d'une commanderie.

COUMBAT, s.m., combat, action de combattre, de se battre, d'attaquer, de se défendre ; figur., dispute, contestation ; lutte, opposition ; état d'agitation, de trouble, de souffrance; efforts que l'âme est obligée de faire pour résister aux peines, aux chagrins , etc. COUMBATTANT , s.masc., combattant, soldat faisant partie d'une armée en campagne. COUMBATTRE, v.a. et n., combattre, attaquer, se défendre en portant des coups; lutter ; figur., s'opposer, résister à..., disputer , réprimer, etc. COUMBEN, adv., combien, quelle quantité, quelle durée : de quel prix, quel degré; à quel point. COUMBINA, s.m., combiné, mélange, composition chimique ; entendu , convenu, machination, calcul fait d'avance. COUMBINAIRE, ARELLO, s.m. et f., combineur, euse, calculateur, trice. COUMBINAR, v. a., combiner , calculer, bien prendre ses mesures, faire, opérer une combinaison ; associer selon un certain ordre. COUMBINEGEAIRE, v. Coumbinaire. COUMBINEGEAR, v. Coumbinar. COUMBINESOUN, s. f., assemblage et disposition de plusieurs choses d'après un plan ; talent, action de combiner; t. de mathém., manière de prendre des données ; t. de chimie , union intime des parties qui forment un composé. COUMBLAR, v. act., combler , remplir un vide, un creux ; au fig., combler , prodiguer de bien et d'honneur. COUMBLE, s.m., comble, ce qui peut tenir au-dessus des bords d'un vase , d'une mesure pour les solives, et en dépasse le contenu; faite d'un bâtiment, d'un édifice ; fig ■, dernier surcroit , dernière période ; le plus baut degré, le plus baut point; pour surcroit.

COUMBO, s.f.,Cocmbaou , s.m., vallon, petite vallée, gorge qui se trouve entre des montagnes et des collines.

COUMBOURIR, v.n., consumer, brûler à force de trop bouillir.

COUMBUSTIBLE , s.m. et adj., combustible, tout ce qui sert à entretenir le feu; qui a la propriété de brûler.

COUMBUSTIEN, s. f., combustion , action de brûler entièrement; entière décomposition d'une chose par l'action du feu; figur., grand désordre, grand tumulte dans le peuple, dans une assemblée, etc.

COUMEDI ow Coumedio , s. f., comédie , pièce de théâtre; lieu où l'on joue la comédie, théâtre; salle de spectacle; au fig., action plaisante ou ridicble; fig.. hypocrisie; feinte.

COUMEÏHEN, ENO, s.m. et f., comédien, ienne, celui ou celle dont la profession est de jouer la comédie; charlatans qui font des farces sur des tréteaux; figur., celui qui feint avec art des sentiments, des passions qu'il n'a pas.

COUMEIRAGE, s. m., commérage , conduite, propos de commère.

COUMEMOURESOUN, s. fém., commémoraison, mémoire d'un Saint. COUMENÇAMENT, subs, mase, commencement, principe, origine , action de commencer.

COMMENÇANT, s.m., commen

çant , celui qui est aux premiers éléments d'une science, d'un art. COUMENÇANSO, v. Coumença

ment. COUMENÇAR, v.a., commencer, entreprendre, entamer, ébaucher , faire ce qui doit être fait d'abord , attaquer le premier , être l'agresseur ; débuter; naissance , origine. COUMENÇOUN, s.m., chose commencée autrefois et qui peut encore servir ; le haut d'un vieux bas auquel on veut refaire la partie du pied. COUMENTARI, s.m., commentaire, observations et éclaircissements sur un livre pour en faciliter Inintelligence. COUMERCANT, v. Négociant. COUMERCIAL, ALO, adjectif, commercial, aie, au pi. commerciaux , qui appartient au commerce. COUMERÇO, s.m., commerce, négoce, trafic de marchandises. COUMERO, v. Coumaïre. COUMESTIBLE, s.m., comestible , aliment solide ; au plur., vivres. COUMETTANT, s.m., commettant, celui qui a confié ses intérêts â quelqu'un; celui qui charge un autre d'une affaire. COUMETO, s.f., comète, corps lumineux qui parait au ciel avec une trainee de lumière que l'on nomme barbe, chevelure, queue. COUMIÇO , s. m., comice, on donne aujourd'hui ce nom á celui ou â ceux qui s'attachent généreusement à propager les meilleurs procédés d'agriculture; les comices agricoles. COUMETTRE, v. n., commettre, faire, commettre un péché, un crime, une sottise; compromettre, exposer; donner commission pour une chose de quelque importance. COUMIQUAMENT, adv., comiquement, d'une manière comiue , plaisante. COUMIQUE, QUO, adj., comique, qui regarde la comédie ; par extension, plaisant facétieux ; s.m., comique, genre , style , auteur, acteur comique. COUMIS, s.m., commis , employé subalterne etamovible dans une administration, chez un financier , un homme de loi, un négociant , etc. COUMISERATIEN, s.f., commisération, vif intérêt que l'on prend au sort des malheureux ; pitié, compassion. - COUMISSARI, s.m., commissaire, celui qui est commis par le roi ; celui qui est chargé de la police d'une ville, d'une société, d'un bal, etc. COUMISSIEN, s.f., commission, charge que l'on donne à quelqu'un de faire quelque chose. Aver l'esprit en coumissien, être préoccupé, parlant de l'esprit. COUMISSIOUNAR , v. a., commissionner.donnercommission. COUMISSIOUNARI, s.m., commissionnaire , celui que l'on charge d'une commission ; négociant qui achète ou vend des marchandises pour le compte de son correspondant. COUMITE, s.m., comité, réunion de quelques membres d'une compère, relui qui remplit les mêmes fonctions de la commère; v. Coumaïre.

assemblée; commis pour l'exa

mend'une affaire ;fam., société peu nombreuse. COUMO, adv. et conj., comme , de même que , ainsi que, dans le temps que ; comment, de quelle sorte, de quelle manière. COUMODE, DO, adj., aisé, qui vit dans une certaine aisance.

COUMODO, s. fém., commode , meuble à tiroir pour y serrer du linge. COUMOU, s.m., comble , volume. COUMOUDAMENT, adv., commodément, d'une manière facile, aisée ; accommodement , transaction. COUMOUDAR, v.a , terminer, transiger, finir une affaire à l'amiable ; raccommoder une chose dégradée, un vêtement déchiré ; apprêter les mets , cuisiner , etc, COUMOUDITA, s.f., commodité, facilité, aisance; au plur., les latrines. COUMOULUN, s.m., petit monceau .. petit tas. COUMOUTIEN, s.f., commotion, secousse, agitation ; ébranlement violent; fig., agitation - vive et soudaine des esprits. . COUMPAGNIE, s.f., compagnie, assemblée de plusieurs personnes ; société entre marchands ; troupe de gens de guerre, de erdrix, etc.Faire coumpagnie, aire compagnie. COUMPAGNO, s.f., compagne , épouse , fille ou femme qui fait compagnie à une autre ; association de plusieurs troupeaux en un seul pour le mener paître au lointain ; en terme de marine, est la soute au pain , retranchement fait à fond de cale pour y serrer le biscuit. COUMPAGNOUN, s.m., compagnon, celui qui accompagne , camarade , ouvrier qui a fini son apprentissage, et qui travaille sous un maître, compagnon du devoir. COUMPAGNOUNAGE, s. masc., compagnonnage, le temps qu'on est compagnon dans un métier; société d'ouvriers.

[ocr errors]

COUMPAIRAGE, s.m., compérage, action semblable á celle du commérage ; v. Coumeirage.

COUMPAN , Cousipanso, s. m. cl foin., nom que se donnent ceux qui ont été marguilliers ensemble ou qui ont appartenu à la même confrérie.

COÜMPANAGE, s. m., portion

3ue l'on donne aux membres 'une communauté, aux pensionnaires d'un collège. Est de coumpanage, on ne peut ni on ne doit en manger beaucoup.

COUMPANEGEAR (si), v. pron., ménager sa viande , son fruit avec le pain, en sorte que l'un dure autant que l'autre.

COUMPARABLE, BLO, adj., comparable, qui peut être comparé.

COUMPARANT, s. m., comparant, acte par lequel on comparait devant un juge.

COUMPARAR, v.a., comparer, mettre en comparaison.

COUMPARAT1VAMENT , adv., comparativement, par comparaison à...

COUMPAREISSE, v.n., comparaître; en. leí me de pratique , comparoir.

COUMPARESOUN. s.f., comparaison , action de comparer , ressemblance, similitude, conformité.

COUMPARTIMENT, s.m., com-' partiment, assemblage symétrique de figures, de choses pour orner.

COUMPARUTIEN, s.f., comparution , action de comparaître.

COUMPAS, s m., compas, instrument propre á tracer, ;i décrire des cercles; mesure des cordonniers; boussole des vaisseaux.

COUMPASSAR,v.a., compasser, mesurer avec le compas : par extension, mesurer à grands pas un terrain.

COUMPASSIEN,s.f., compassion, pitié, commisération.

COUMPAÏIBILITA, s. f., compatibilité , qualité de ce qui est compatible; convenance, harmonie.

CGUiMPATIBLE, BLO, adjectif, compatible, qui peuteompatir; qui peut convenir, s'accorder avec un autre.

COUMPATIR, v.n., compatir, avoir pitié, compassion d'une personne.

COUMPATISSENT, ENTO, adj., compatissant , sensible , qui compatit ; indulgent.

COUMPATRIOTO, s. m. et adj., compatriote, qui est du même pavs.

COILNIPEIRAGE, v. Coupeirage et ses dérivés.

COUMPENSAR, v. a., compenser, faire une compensation, dédommager, balancer le désavantage, la perte.

COUMPENSATIEN, s. f., compensation, action decompenser, chose compensée, dédommagement.

COUMPETAR, v.n., revenir, concerner, peser, être á la charge.

COUMPETENÇO, s. f., compétence , droit de connaître d'une affaire ; concurrence, prétention d'égalité.

COUMPETENT, ENTO, adjectif, compétent, ente, qui est dû , suffisant. convenable.

COUMPETTTOUR, s.m., compétiteur , celui qui brigue une dignité , un emploi, etc. avec un ou plusieursautres; concurrent.

COUMPILATIEN, s.m., compilation , passage , morceaux

« PrécédentContinuer »