Images de page
PDF
[graphic]

du bruit , favorable au repos ; calme, tranquille, en parlant des eaux : 11CI*PESO-LIQUOUR, s. m., peseliqueur, instrument pour connaître la pesanteur des liquides. PESOTO ou PESEROTO, s.f., ois gris, pois de brebis, sorte * vesce; fourrage composé de cette plante. PESOU, s. m., pou, sorte de vermine qui s'attache la tête des enfants, et sur le corps des personnes malpropres. PESQUIER, s.m., pêcherie, lieu propre pour la pêche, où l'on a coutume de pêcher; bourdigue. PESQUI-PAS, adv., pardi-pas. PESSAIRE, ARELLO, s. m. et f, casseur, euse, celui, celle qui concasse des amandes, etc. PEssAIRE, s. m. , brisoir, casseamande; morceau de bois dur avec lequel on casse les amanCS. PESSAR,v. a., couper du pain, concasser des noix , amandes , etc.; dépécer un mouton , un bœuf, le mettre en pièces, Gen mOI'CeauX. PESSEGAOU , AOUDO , adj., écervelé , ée , folâtre , qui a l'esprit léger, évaporé; fou. PESSEGUE, s. m., pêche, fruit que porte le pêcher ; fam. et plaisamment, ruade, coups de pieds d'une bête de somme. PESSEGUIER, s.m., pêcher, arbre qui porte les pêches. lPESSO,v. Pèço. PESSUG, s. m., pinçon, marque qui reste lorsqu'on a été pincé; action de pincer. Pey de pessug , poisson assez gros pour qu'on distingue facilement les arêtes ; pincée , ce que l'on prend d'une chose avec deux

ou trois doigts ; une prise de tabac. PESSUGAGNO,v. Pessug. PESSUGAIRE, ARELLO , s, m. et f, pinceur, euse, celui, celle qui aime à pincer, fam. PESSUGAR,v. a., pincer, serrer fort entre les doigts, entre deux corps qui se rapprochent; presser et causer une douleur vive ; couper, arracher de petits morceaux à l'aide du pouce et de l'index; t. de jard., presser, couper avec les ongles pour arrêter la sève ; fig. et fam., surprendre en faute , en fraude ; v.pr., se pincer, se prendre la chair entre deux corps durs. PESTAIRE, s. m., bourru, celui qui peste, qui se fâche volontiers , facilement , habituellement. PESTAR, v. n., pester, murmurer avec vivacité, exhaler sa mauvaise humeur contre. PESTIFERAT, ADO, s. et adj., pestiféré, ée, qui a la peste; infecté de la peste. PESTIFERO, adj., pestifère, qui donne, communique, répand la peste. PESTO , s. f., peste , maladie éminemment contagieuse, enlevant au moins les deux tiers des individus qu'elle atteint ; fig., personne ou chose capable de corrompre l'esprit et le cœur; intempérie qui détruit les récoltes; fam., enfant très-malicieux; est marri coumo lapesto, il est très-malicieux; peste est aussi une interj. et une sorte d'imprécation. PESUR, USO, s.m. et f, peseur, euse, celui, celle qui pèse. PET, s. m., pet, vent qui sort du fondement avec bruit; détona

tion, explosion d'une chose qui

éclate, d'une mine, d'une arme
à feu, d'une chose qui tombe
de fort haut, qui se casse; t. du
jeu de la vendome, dévole, perte
de toutes les mises; fig., ban-
queroute.
PETACHO, s. m. , lâche, pol-
tron ;v. Patacho.
PETADIS, s.m., gîte du lièvre,
du lapin et autres animaux; fig.,
lieu , endroit que l'on hante ha-
bituellement; lieu d'un rendez-
vous suspect.
PETADOU, s. m., feuille de pa-
pier pliée triangulairement et
qui fait un certain bruit en la
secouant fortement; v. Petiaire,
Boumbardelo.
PETAR, v.n., faire un pet; fig.,
éclater avec bruit; fam., péter
dans la main, manquer au be-
soin ; casser, se casser, se bri-
ser , se fèler; faire la dévole.
Petar de rire, rire aux grands
éclats ; mourir, décéder. Lou
marbre li a peta, il est devenu
fou, il a perdu patience; il s'est
laissé emporter par la colère.
PETARD, s.m., pétard, machine
de métal, chargée de poudre,
pour faire sauter les portes des
villes , etc.; pièce d'artifice ;
mine , trou pratiqué dans un
rocher, qu'on charge de poudre
pour le faire briser. Faire un
petard dins la fango, faire une
cacade, une bévue, une démar-
che inutile. Petardde l'er, sorte
de juron.
PETARDAR,v.a., pétarder, faire
jouer le pétard contre.
PETARDIER, s. m., pétardier,
celui qui fait ou applique les
pétards ; mineur , ouvrier qui
creuse des mines.
PETARELLO , s. f , larme de
verre.
PETARRADo, s. f , pétarade,

suite de pets que fait un cheval en ruant; grand bruit d'artifice ; crottée, traînée de croutin. PETARRAS, s. m., crnche. PETARRE, s.m., broc, sorte de vase de terre ; v. Bourracho, Pechier. PETEGAR, v, Petillar. PETEGARELLO , s. f , écorce épaisse du bois de pin. PETEGUE, v. Pategue, Petadis. PETEGuo (en), s. f, dans un embarras, une crainte, une inquiétude, un grand effroi. PETEIROLO, s.f.pl., filandres, t. de tisserand, endroits où un fil faible casse. PETELICAT, s.m.,t. de pharm., emplâtre de bétoine. PETELIN, s.m., térébinthe, pistachier lentisque, arbuste. PETENVIAT, v. Enveat, Flaounard. PETENVIADURO, v. Enveadun, Flaougnardarie. PETET, s. m., pied de mouton, d'agneau, etc. PETIAIRE, s. m., péteur, celui qui pète; fig. et fam., l'anus; le fessier. PETIAR, v. n., péter , faire un vent par le derrière avec bruit. PETILLAMENT, s. m., pétillement, action de pétiller. PETILLANT, TO , adj., pétillant, te, qui pétille. PETILLAR, v. n., pétiller, éclater avec un bruit réitéré en sautillant; fig,, briller avec éclat. PETIM ou PETIN, s.m., épithyme, plante filamenteuse, semblable à des cheveux qu'on aporte de l'île de Candie. PETITESSO, s, f, petitesse, peu de volume, d'étendue ; modicité, exiguité; fig., bassesse de cœur; habitude des minuties ; défaut d'élévation d'ame ; ac

[ocr errors]
[graphic]

tion, discours qui l'annoncent ; petitesse d'esprit, défaut d'un homme minutieux, qui regarde de petites choses comme grandes. PETITIEN, s. f., pétition, demande adressée à une autorité. PETITIOUNAR, v. n., pétitionner, adresser une ou plusieurs etitions. PETITIOUNARI, s.m., pétitionnaire , celui qui présente une pétition. PETITO, s. f, pituite, humeur aqueuse , lymphatique et visueuse, la prunelle de l'œil. PETITOUARO, s. et adj., pétitoire, demande en obtention de propriété. PETITOUN, adj. m., très-petit, d'une taille mignonne. PETITS-PIEDS, s.m., oisillons, petits oiseaux. PETO, s.f., crottin, fiente , excrément arrondi des bêtes de somme , du menu bétail , des lapins, des rats, etc.; crotte de boue qui s'attache aux vêtementS. PETo-BARRAoU, v. Meritapo. PETOUA, s.f., roitelet, très-petit passereau. PETOUACHO, s. f, poltronnerie, peur, crainte, lâcheté, vive alarme; s. m., poltron, lâche, paresseux, qu'un rien effraie. PETOULIER ou PETOURIER, s. m., crotteur , celui qui ramasse des crottins sur les rou

[merged small][merged small][ocr errors]

PETOUN , s. m., peton , petit pied; pied mignon ; pied d'un jeune enfant. PEToUN-PETET, adj., vétille, chose de rien, de bien peu d'importance, qui ne mérite pas qu'on s'en occupe. Faire petoun, se fâcher. , PETOUNEGEAR ou PETE. GEAR, v. n., se fâcher, se lamenter, s'emporter , s'impatienter, trépigner des pieds; v. Petillar. PETOURIAIRE, s. m., peteur, celui qui laisse échapper des etS. PETOURIAR,v. Petrouliar. PETOURIER, s. m., morveux, blanc-bec ;v. Mardassier. PETOURRO, v. Peto. PETOURROUN, v. Petoun petet. PETRIFIANT, TO, adj., pétrifiant, te, qui a la vertu de pétrifier. PETRIFIAR, v. a., pétrifier, convertir en pierre ; fig., glacer , stupéfier, rendre immobile d'étonnement; v. pr., se pétrifier, devenir pierre. PETRIFICATIEN, s. f, pétrification, conversion d'une substance végétale ou animale en matière pierreuse ; substance pétrifiée. PETRIFIQUE, QUO , adj., pétrifique, qui change en pierre. PETRIT, IDO, adj., pétri, ie, un homme pétri d'esprit, une femme pétrie d'esprit, qui ont beaucoup d'esprit. PETRO, s. m., poisson qui ressemble à la sole. PETROLI, s.m., pétrole, bitume liquide , inflammable , qui découle des fentes de certains rochers.

PETROLO, v. Poulento.

PETROULEGEAR,v. Petrouliar.

PETROULIAR, v. n., faire une : de petits pets par le eI'r1eI'e, PETTO (in), exp. adv., in petto, dans le secret du cœur. PETUERRI , s. m., vacarme, bruit, tapage. PETUGO, s. f. , huppe, oiseau qui porte un plumet sur la tête, et qu'on appelle huppe; t. de serrurier, agrafe, crochet mouvant, placé à une bande de fer attachée derrière une porte. PETULENÇO , s. f, pétulance, vivacité impétueuse, brusquerie. " PETULENT, ENTo, adj., pétulant, te, vif, brusque, impétueux, qui a peine à se conteInlI'. PETUN, v. Petuerri PETUR, USO, s.m. et f, péteur, euse, celui, celle qui pète beaucoup, qui a l'habitude de péter. PEVOU, s. m., pou, insecte qui assaille l'homme, les animaux, les plantes, etc. PEVOUINO, v. Peouillino, Pe4/Out. PEVOUYET, s. m., v. Cinas, Peouilloux. PEY, s. m., poisson; v. Pei. PEYANDRO, s. f, v. Pelinganto. PEYOUN, s.m., balle, enveloppe du grain de blé; ablais, dépouille du blé; v. Espigai. PEYS, s. m., pays, étendue de terre comprise sous un même nom; région, contrée, province, canton; patrie, lieu de naissance; fam., faire voir du pays à quelqu'un , lui susciter des embarras, des affaires; pop., compatriote , dis donc pays , mon cher pays ; v. Peissoun, Peissalat. PEYSAGE, s.m., paysage , étendue de pays que l'on voit d'un

seul aspect; grande peinture qui a pour objet la campagne ; tableau , dessin , etc., représentant un paysage. PEYSAGISTO, s. m., paysagiste, peintre qui fait des paysages. PEYSAN, ANO, s. m. et f, paysan, homme de village, de campagne; par ext., homme rustre ; cultivateur, cclui qui vend sa journée pour cultiver la terre ; paysanne , villageoise, campagnarde; la femme, la fille d'un paysan; exp. adv., à la paysanne, en paysan; à la manière des aysans. PEYSANARIE, v. Peysanillo. PEYSANILLO ou PEYSANAILLO, s.f., t. de mépris, paysannerie , classe des paysans , d'hommes rustres. PEYSSAGEO, s. f., poisson; t. générique et de dénigrement. PEYSSAROUAT , s. f. , fouace aux anchois. PEYSSAS, s. m., mauvais poisson ; gros poisson. PEYSSE , v. Peisse. PEYSSOUN, v. Peissoun , Pey, Pei et leurs dérivés. . PHALANGEO, s. f., phalange, corps de piquiers chez les anciens Grecs; par ext. et poét., corps d'infanterie; fig., milices célestes; t. d'anat., chacun des petits os allongés qui concourent à former les doigts. PHARISIEN , s. m., pharisien , sectaire Juif qui affectait le rigorisme; fam., hypocrite, faux dévot. PHARMACIE, s. f., pharmacie, art de composer et de préparer les médicaments; lieu où on les prépare, où on les conserve. . PHARMACIEN, s. m., v. Apouticari. PHARO, s. m., phare, grand fa

mal sur une haute tour pour éclairer les vaisseaux en mer ; la tour où il est placé. PHASO, s.f., phase, chaque ap parence d'une planète. PHASQUIER , s. m., pêche au flambeau ; pharillon, petit réchaud dans : on fait un feu de flammes pour attirer le poisson pendant la nuit. PHENIX , s. m., phénix, oiseau fabuleux, unique, renaissant de sa cendre; fig., personne, chose unique dans son genre , supérieure aux autres ; chose qui n'arrive pas deux fois dans la Vle, PHENOUMÈNO, s. m., phénomène, tout ce qui apparaît de nouveau, d'extraordinaire dans le ciel, dans l'air; par ext., les divers effets de la nature; fig., ce qui surprend par sa nouveauté, sa rareté. PHILOSOPHO, s. m., philosophe, celui qui s'applique à l'étude des sciences, à connaître les effets par leurs causes et leurs principes, à connaître les causes premières; ami de la sagesse; homme sage qui s'élève au - dessus des passions , et trouve le bonheur dans sa situation, quelle qu'elle soit; étudiant en philosophie ; en mauvaise part, incrédule , impie, athée; v. Philousouphisto ; adj., qui s'applique à la philosophie, qui l'aime , l'étudie, la pratique; qui marque, qui prouve de la philosophie; où la philosophie est en vogue; en mauvaise part, qui se met au-dessus de ses devoirs, des sentiments naturels et religieux. PHILOUSOUPHALo, adj. f , pierre philosophale, prétendue transmutation des métaux en

or; et fig., chose difficile , impossible à trouver. PHILOUSOUPHAR, v. n., philosopher , méditer , réfléchir sur des matières philosophiques ; traiter des matières de : raisonner de phiosophie ; en mauvaise part, raisonner trop subtilement, sophistiquer. PHILOUSOUPHIO, s. f, philosophie, connaissance des choses par leurs causes et leurs effets; connaissance des effets et des causes ; corps des opinions des philosophes célèbres ; science qui comprend la logique, la morale, la physique et la métaphysique; classe, traité, cours de philosophie; amour et pratique de la sagesse; élévation d'esprit, fermeté d'ame qui rend l'homme maître de ses passions, l'affranchit des préjugés audessus des événements, des faiblesses et des malheurs ; en mauvaise part , incrédulité, athéisme ; philosophisme ; t. d'imp., caractère entre le cicéro et le petit-romain. PHILOUSOUPHIQUAMENT , adv., philosophiquement, d'unc manière philosophique, en philosophie, PHILOUSOUPHIQUE , QUO, adj., philosophique, qui appartient à la philosophie, qui la concerne; convenable à un philosophe ; plein de clarté, de méthode, exempt de préjugés et de passions; des alchimistes. PHILOUSOUPHISME , s. m. , philosophisme, secte, doctrine des philosophistes. PHILOUSOUPHISTO , s. m. , philosophiste, faux philosophe qui, sous prétexte de s'affranchir des préjugés, brave tous

« PrécédentContinuer »