Lettres édifiantes et curieuses: écrites des missions étrangéres, Volume 16

Couverture
Noel-Etienne Sens, 1810

À l'intérieur du livre

Avis des internautes - Rédiger un commentaire

Aucun commentaire n'a été trouvé aux emplacements habituels.

Pages sélectionnées

Autres éditions - Tout afficher

Expressions et termes fréquents

Fréquemment cités

Page 359 - Chine, et que l'on commence à voir les choses par soi-même, on n'est pas surpris que les mères tuent, ou exposent plusieurs de leurs enfans ; que les parens vendent leurs filles pour peu de chose; que les gens soient intéressés, et qu'il y ait un grand nombre de voleurs. On s'étonne plutôt qu'il n'arrive...
Page 41 - Leurs mœurs sont d'ailleurs assez innocentes, et ils ne connoissent point les vices grossiers , auxquels les autres nations de l'Orient se livrent avec fureur. Il n'ya parmi eux que la pluralité des femmes, le. droit qu'on a de répudier celles dont on n'est pas content , et la barbare coutume d'y faire des eunuques , qui soient des obstacles à l'établissement de la religion chrétienne.
Page 75 - Quelques mois s'étant écoulés , on fit comparoître les prisonniers devant les juges , qui leur donnèrent le choix, ou de la mort, ou de renoncer à leur foi, et de fouler aux pieds le crucifix. La vue des tortures et des supplices ébranla la constance de quelques-uns ; mais plusieurs autres , en qui la crainte et l'amour de Dieu prévalurent, considérèrent d'un œil intrépide ce formidable appareil, et protestèrent qu'ils préféreroient toujours leur foi à la conservation d'une vie fragile.
Page 331 - ... cour de son arrivée; et après avoir écrit et pris des mesures avec les mandarins , il revint au-devant du vaisseau par dedans les îles. La ville de Macao est bâtie dans une petite péninsule, ou plutôt sur la pointe d'une île qui porte ce nom. Cette langue de terre ne tient au reste de l'île que par une gorge fort étroite , où l'on a bâti une muraille de séparation. Quand on mouille au dehors comme nous fîmes , on ne voit de tous côtés que des...
Page 220 - Tunquinois rend visite à un autre , il s'arrête à la porte , et donne au portier un cahier de huit à dix pages , dans lequel il a écrit en gros caractères son nom , ses titres et le motif de sa visite. Ce cahier est de papier blanc et couvert de papier rouge : les Tunquinois en ont de plusieurs sortes , selon le rang des personnes qu ils visitent.
Page 17 - L'administration politique de la Chine roule uniquement sur les devoirs réciproques des pères et des enfans. L'Empereur est le père et la mère de l'empire. Un viceroi est le père de la province où il commande , comme un mandarin est le père de la ville qu'il gouverne. Cette constitution de gouvernement est si naturelle , si douce à la Chine , les peuples y sont si accoutumés, qu'ils n'imaginent pas qu'on puisse en avoir de meilleure.
Page 333 - On commence à voir ce que c'est que la Chine quand on est entré dans la rivière de Canton. Ce sont sur les deux bords de grandes campagnes de riz, vertes comme de belles prairies* qui s'étendent à perte de vue , et qui sont entrecoupées d'une infinité de petits canaux : de sorte que les barques qu'on voit souvent aller et venir de loin sans voir l'eau qui les porte, paroissenl courir sur l'herbe.
Page 150 - ... d'argent , et enfin le cuivre et les porcelaines qu'on y transporte de la Chine et du Japon. On ne sait pourquoi les marchands européens se plaignent des droits d'entrée, de sortie et d'ancrage. Ces droits sont en Cochinchine de très-petite conséquence ; ceux de la douane ne montent qu'à trois ou quatre pour cent.
Page 261 - Chacune aspiroit à l'autorité suprême, et ces prétentions opposées allumèrent bientôt dans le royaume une guerre civile , qui ne fut terminée que par la supériorité que prit sur toutes les autres la famille de Ting. Un seigneur Ting parvint à gouverner le Tunquin en maître absolu , et pour plaire à ses peuples , il affecta une entière indépendance de la Chine. Il n'en fut pas de même de son fils Tinglien , qui lui succéda. Il crut au contraire que , pour affermir sa puissance, l'appui...
Page 124 - Dans la suite , il fallut acheter la 'permission de leur parler, et l'entrée de la prison 'était interdite a quiconque refusait de payer aux soldats la somme qu'ils exigeaient. Une dame chrétienne , qui avait la 'Charité *de leur apporter chaque jour ce qui était nécessaire à leur subsistance , fatiguée enfin de la dureté et des rebuffades qu'elle essuyait de la part de ces soldats, eut recours ;à un expédient qui lui réussit. Dans une 'maison voisine de la prison, demeurait une...

Informations bibliographiques