Bibliothèque Italique ou Histoire littéraire de l'Italie, Volume 1

Couverture
chez Marc-Michel Bousquet, 1728
 

Avis des internautes - Rédiger un commentaire

Aucun commentaire n'a été trouvé aux emplacements habituels.

Pages sélectionnées

Expressions et termes fréquents

Fréquemment cités

Page xi - Il n'eft pas moins certain * que les Savans de ce Pais -là, ont publié dans les trois Siècles qui ont précédé le nôtre, des Ouvrages très-dignes d'être lus; mais dont les noms font à peine connus des Gens de Lettres les plus curieux du réf. te de l'Europe. On peut en dire autant de la plupart des Ouvrages des Savans Italiens Modernes.
Page xii - Allemagne & de Hollande , avec ceux de ce Païs-là ; le prix pour l'ordinaire fort haut, des Livres qui en fortent ; peut-être aufli le Préjugé, qu'il s'y met au jour moins de bons Livres , que dans les endroits où la liberté de publier ce qu'on penfe , eft plus grande ; & enfin l'Ignorance trop commune de. la Langue Italienne , dans laquelle on a beaucoup écrit. Tant que ces caufes fubfifteront , & il eft probable qu'elles fubfifteront encore long-tems, les Etrangers ne connoîtront que très-peu...
Page x - Livres^ mais de plus il en aura de particuliers , qu'on a eu principalement en vue lors qu'on a formé le deflein d'y travailler. Qyi ne fait en effet , que ïltalie depuis le renouvellement des Sciences arrivé dans le XVme Siècle , a eu un grand nombre de Savans , je dis des Savans du Premier Ordre ? Et que c'eft à plufieurs d'entr'eux , qu'on eft redevable d'un bon nombre de découvertes , qui ont contribué à perfectionner les Sciences ? Il faudroit n'avoir aucune idée de l'Hiftoire Littéraire...
Page 130 - Manufcrits , principalement de Syriaques & d'Arabes qu'il fit venir exprès d'^Egypte. Mais la Pièce la plus curieufe que ce Pape fit mettre dans la Bibliothèque du Vatican , eft fans doute , un Linceul de Toile d'Amiante , de neuf palmes Romaines de long & de fept de large > qui fut trouvé dans une Urne de Marbre hors la Porte Majeure. La raifon Phyfique de \incombuflilité de \Amiante > eft félon M.
Page 76 - Hypolïte j4ldobrandïn eut été fait Pape } fous le nom de CLEMENT VIII. Mercati fut . déclaré fon Premier Médecin. Il acheva alors la Première Partie de la defcription de fa Metallotheque > qu'il dédia à ce Pontife , qui avoit été depuis long-tems fon Protecteur. Mais nôtre Auteur étant mort le 14. Juin ,de l'an 159?.
Page 150 - Suplément deux années après la publication de l'Ouvrage. Il fût engagé à cela , parce qu'en 1718. on recouvra à Florence XIX. Planches , qui n'avoient point été trouvées d'abord avec le Manufcrit & les autres Planches que Mercati avoir 'fait graver. CLEMENT XI. en avoit fait fuppléer XIV. ; mais M. Lancifi crût qu'il feroit plaifir aux curieux de leur mettre les Originaux devant les yeux ; & c'eft à cela qu'on a employé les 18.
Page 116 - Cela Cela eft d'autant plus apparent , qu'on trouve fouvent des Plantes de Corail qui ont végété de bas en haut , fut des Pierres , des pièces de Bois , des Coquilles &c. Cette double manière de croître du Corail, prouve, que généralement les Plantes Marines , excepté l'algue , &c peut-être quelques autres » végètent Gins aucune racine proprement dite , mais qu'elles tirent leur nourriture par leurs pores , qui font ordinairement allez vifibles.
Page 100 - Hommes , qui fuppofe une entière diverfité' dans les parties du Sang des uns & des autres : Ce qui fait que les Maladies & les Mœurs des Hommes ne différent pas feulement beaucoup , mais même qu'ils changent réciproquement. i Une expérience de MMeu/ens prouve la facilité de la variation des partics intégrantes de la Maflè du Sang , tant' dans un individu, que dans l'autre.
Page 147 - Maffes , & le beau poli que l'art leur donne. On ne les connoît principalement, que par les différentes couleurs de leurs Veines & de leurs Taches , ; & les noms des lieux d'où on les tire : On peut cependant y obfèrver une plus grande ou mqindfe dureté ; .plus ou moins d'éclat ; & la différente...
Page 26 - C'eft le reconnoître comme une des Parties de }a Jurifprudence. Que fi quelques Jurifconfultes ont du dégoût pour ces Loix , & qu'ils les mépriiènt , il ne s'enfuit pas qu'elles perdent pour cela leur autorité. Il ne dépend pas d'un petit nombre de particuliers , de rejetter des Loix publiques confirmées autre-fois par les Edits des Souverains. Il ne...

Informations bibliographiques