Images de page
PDF
ePub

vient donc le jouet du vulgaire, qui tantôt l'accuse d'orgueil, tantôt se plait à voir tous les jours ses chutes et ses erreurs.

Mais lorsque le philosophe , à son tour, élève audessus de la terre un de ses juges, et qu'il le décide à sortir un moment de ces questions, Quel tort vous fais-je ? quel tort me faites-vous ? pour examiner le tort et le droit , en rechercher la naturc et les différences ; lorsqu'il ne s'agit plus de voir si tel souverain, si tel homme riche est heureux, mais de raisonner en général sur la souveraineté, sur le bonheur et le malheur de l'homme, de les définir, de trouver les moyens qui sont en nous pour obtenir l'un et fuir l'autre ; lorsqu'il faut que de tels mystères se dévoilent à ce faible esprit, qui tout à l'heure triomphait de connaître si bien la justice du monde : alors la sagesse est vengée ; l'ignorant, saisi d'un vertige soudain, étourdi de se voir à cette hauteur inaccoutumée , inquiet, balbutiant, parlant comme un barbare , est un objet de risée, non pour des servantes de Thrace , ni pour ceux dont l'ignorance égale la sienne, mais pour quiconque ne fut pas

élevé comme un esclave.

Voilà donc deux hommes bien différens , l'un , nourri dans la liberté et la méditation, et que nous appelons philosophe, toujours exposé, mais sans honte pour lui , à la dérision et au mépris du peuple, parce qu'il ne sait pas remplir des ministères serviles, faire un bagage, assaisonner un mets ou une flatterie; l'autre , ardent et prompt à s'acquitter des devoirs de l'esclavage , mais incapable de s'habiller PENSÉES DE PLATON.

17

[ocr errors]

σταμένου επιδέξια ελευθέρως, ουδέ γ' αρμονίαν λόγων λαβόντος ορθώς υμνήσαι θεών τε και ανδρών ευδαιμόνων βίον αληθή.

Εί πάντας, ώ Σώκρατες, πείθοις ά λέγεις ώσπερ εμέ, πλείων αν ειρήνη, και κακά ελάττω κατ' ανθρώπους είη.

– Άλλ' ούτ' απολέσθαι τα κακά δυνατόν (υπεναντίον γάρ τι το αγαθό αεί είναι ανάγκη), ούτ' εν θεοίς αυτά ιδρύσθαι· τήν δε θνητήν φύσιν και τόνδε τον τόπον περιπολεί εξ ανάγκης. Διό και πειράσθαι χρή ενθένδε εκείσε φεύγειν ότι τάχιστα. Φυγή δε , ομοίωσις θεώ κατά το δυνατόν· ομοίωσις δε, δίκαιον και όσιον μετά φρονήσεως γενέσθαι. Αλλά γαρ , ώ άριστε, ου πάνυ τι ράδιον πείσαι, ώς άρα ουχ ών ένεκα οι πολλοί φασί δεϊν πονηρίαν μεν φεύγειν, αρετήν δε διώκειν, τούτων χάριν το μεν επιτηδευτέον , το δ' ού, ίνα δή μή κακός , και ένα αγαθός δοκή είναι ταύτα μεν γάρ έστιν ο λεγόμενος γραών ύθλος, ώς έμοί φαίνεται το δε αληθές, ώδε λέγομεν. Θεός ουδαμή ουδαμώς άδικος, αλλ' ως οίόν τε δικαιότατος : και ουκ έστιν αυτώ ομοιότερον ουδέν, ή ός αν ημών αυ γένηται ότι δικαιότατος. Περί τούτου και η ως αληθώς δεινότης ανδρός, και ουδενία τε και ανανδρία. Η μεν γάρ τούτου γνώσις , σοφία και αρετή αληθινή· η δε άγνοια, αμαθία και κακία εναργής.

Αι δ' άλλαι δεινότητές τε δοκούσαι και σοφίαι , εν μέν πολιτικαίς δυναστείαις γιγνόμεναι, φορτικαί εν δε τέχ ναις, βάναυσοι. Τώ ούν αδικούντι, και ανόσια λέγοντι ή πράττοντι, μακρώ άριστέχει το μή ξυγχωρείν δεινώ υπά πανουργίας είναι αγάλλονται γάρ τώ ονείδει, και οίονavec grâce en homme libre, et d'apprendre la langue sacrée pour chanter cette véritable vie, qui fait le bonheur des dieux et des hommes.

Si l'on pouvait nous convaincre tous de notre dignité, il y aurait plus de calme et moins de mal sur la terre. Mais comme la nécessité veut qu'il existe toujours quelque chose de contraire au bien, et que le mal ne peut habiter parmi les dieux, il faut qu'il vienne errer autour de ces lieux et de la nature mortelle. Empressons-nous donc de quitter celte patrie pour l'autre. Généreux transfuges, ressemblons à Dieu autant qu'il est permis à l'homme : on lui ressemble

par la justice, la prudence, la sainteté. O combien il sera difficile de persuader au peuple que,

si l'on doit fuir le vice et pratiquer la vertu, ce n'est pas, comme il le croit, pour éviter le blâme et mériter la louange! Cette raison est aussi frivole que toutes les fables : voici la vérité. Dieu ne peut être injuste, puisqu'il est la justice même ; et rien ne lui ressemble tant que le plus juste des hommes. De là dépend notre vraie grandeur, ou notre bassesse et notre néant. Connaître et imiter Dieu , c'est la science, la vertu réelle ; l'ignorer, c'est n'avoir ni science ni vertu.

Que sont, après cela, tout ce qu'on nomme les qualités humaines, sinon, dans les gouvernemens , un poids qui nous opprime ; dans les arts , des talens mercenaires? Ainsi , quand nous verrons un homme injuste outrager les choses saintes, gardons-nous d'admirer en lui la fierté ou l'audace : ils prennent, ται ακούειν ότι ου λήροί εισι, γής άλλως άχθη, αλλ' άνδρες, οίους δεί εν πόλει τους σωθησομένους. Λεκτέον ούν ταληθές, ότι τοσούτω μάλλον είσιν οίοι ουκ οίονται, ότι ουχί οίονται αγνοούσι γάρ ζημίαν αδικίας, και δεϊ ήκιστα αγνοείν. Ου γάρ έστιν ήν δοκούσι , πληγαι τε, και θάνατοι , ών ενίοτε πάσχουσιν ουδέν αδικούντες, αλλά ην αδύνατον εκφυγείν.-Τίνα δή λέγεις;-Παραδειγμάτων, ώ φίλε, εν τω όντι εστώτων του μεν θείου, ευδαιμονεστάτου, του δε αθέου, αθλιωτάτου, ουχ ορώντες ότι ούτως έχει, υπό ηλιθιότητός τε και της εσχάτης ανοίας λανθάνουσι τω μεν ομοιούμενοι δια τας αδίκους πράξεις, το δε ανομοιούμενοι' ού δή τίνουσι δίκην, ζώντες τον είκότα βίον και ομοιούνται. Εάν δ' είπωμεν ότι, αν μη απαλλαγώσι της δεινότητος, και τελευτήσαντας αυτούς εκείνος μεν και των κακών καθαρός τόπος ου δέξεται, ενθάδε δε την αυτοίς ομοιότητα της διαγωγής αεί έξoυσι, κακοί κακοίς ξυνόντες· ταύτα δή και παντάπασιν ως δεινοι και πανούργοι ανοήτων τινών ακούσονται. “Εν μέντου τι αυτοϊς ξυμβέβηκεν, ότι, αν ιδία λόγον δέη δούναι τε και δέξασθαι περί ών ψέγουσι, και εθελήσωσιν ανδρικώς πολύν χρόνον υπομείναι, και μη ανανδρως φεύγειν, τότε ατόπως τελευτώντες , ουκ αρέσκουσιν αυτοί αυτοίς περί ών λέγουσι, και η ρητορική εκείνη πως απομαραίνεται , ώςτε παίδων μηδέν δοκείν διαφέρειν.

THEATETUs.

ces mots déshonorans pour un éloge , et se croient, non de méprisables mortels, vil fardeau de la terre, mais des héros faits pour régner. Soyons vrais , et disons que, plus ils se croient grands, moins ils le sont : car ils ignorent ce qu'ils devraient le mieux savoir, leur châtiment. Ce n'est pas celui qu'ils s'imaginent peut-être , les supplices, la mort : non, le méchant peut s'y soustraire, et je parle d'un châtiment inévitable. Quel est - il ? C'est de ne pas voir , les insensés, que des deux conditions humaines, ou de vivre heureusement avec Dieu , ou de vivre misérablement sans Dieu, ils ont choisi la pire, et qu'ils s'éloignent tous les jours par leurs crimes du céleste modèle : la vie qu'ils ont préférée les en punit. Ose-t-on leur dire que, s'ils y persévèrent, après leur mort ils seront exclus du lieu où le mal n'entre pas, et qu'ici, dans toutes leurs vies coupables , ils n'auront que le mal pour société ; fiers, audacieux, ils traitent ces discours de folies. Et cependant, s'il leur arrive jamais, dans un entretien privé sur ce qu'ils méprisent, de vouloir résister quelque temps avec confiance et ne point fuir lâchement, leurs discours leur déplaisent à eux-mêmes, toute cette éloquence tombe et languit, ces ennemis de Dieu sont des enfans.

THÉÉTÈTE.

« PrécédentContinuer »