Images de page
PDF
ePub

Telle est la prison où le tyran, dont vous savez le caractère , est dévoré de passions et de terreurs. Malgré l'avidité de ses désirs curieux, il ne peut rompre ses chaînes ; la ville est fermée pour lui seul; il ne verra jamais ce que veut voir tout homme libre ; et sans cesse caché dans son palais comme une femme, il envie à ses sujets jusqu'à leur plaisir de voyager.

Un autre supplice toujours renaissant est réservé à ce malheureux, trop faible pour maîtriser son âme tyrannique, et que son mauvais génie force d'être souverain : esclave de lui-même, il a pris l'engagement de commander aux autres. N'est-ce pas le sort déplorable d'un homme malade et languissant, qui, au lieu de vivre solitaire et tranquille, serait contraint de passer toute sa vie comme un athlète dans l'arène des combats? Le tyran n'est pas moins à plaindre, et déjà malheureux par son caractère , il l'est encore plus par sa couronne. Véritablement esclave, quoi qu'en dise le vulgaire, mais le plus infortuné, le plus vil des esclaves ; flatteur de tous les méchans; incapable de satisfaire jamais ses

voeux, et toujours mécontent, toujours pauvre, si l'on pense à tous les besoins de son cour; condamné à vieillir, comme un Etat despotique, dans les inquiétudes, les angoisses et les larmes; il fait asseoir sur le trône à ses côtés l'envie , l'injustice , la trahison ; il n'a pas un ami, pas une vertu, et son âme n'accueille et ne nourrit que les crimes.

Και εξ απάντων τούτων μάλιστα μεν αυτώ δυστυχεί είναι, έπειτα δε και τους πλησίον αυτώ τοιούτους απεργάζεσθαι.

De REPUBLICA, IX.

LITTERÆ DATÆ

AD SYRACUSANOS.

Εί πράττειν. Αδ' άν διανοηθέντες μάλιστα, ευ πράττοιτε όντως, πειράσομαι ταύθ' υμίν κατά δύναμιν διεξελθεϊν. Ελπίζω δε ουχ υμίν μόνοις ξυμβουλεύσεις τα ξυμφέροντα πάσι τοίς εν Συρακούσαις, υμών δε και τους εχθρούς και πολεμίοις, πλήν εί τις αυτών ανοσιουργός γέγονε ταύτα γαρ ανίατα , και ουκ άν ποτέ τις αυτά έκνίψειε. Νοήσατε δή ά λέγω νύν.

"Έσθ' υμίν κατά Σικελίαν πάσαν, λελυμένης της τυραννίδος, πάσα μάχη περί αυτών τούτων των μεν βουλoμένων αναλαβείν πάλιν την αρχήν τών δε τη της τυραννίδος αποφυγή τέλος επιθεϊναι. Ξυμβουλή δή περί των τοιούτων ορθή δοκεί εκάστοτε τους πολλούς είναι, ταύτα ξυμβουλεύειν δείν, ά τους μεν πολεμίους ως πλείστα κακά εξεργάσεται, τους δε φίλους ως πλείστα αγαθά το δε ουδαμώς ράδιον, πολλά κακά δρώντα τους άλλους, μή ου και πάσχειν αυτόν πολλά έτερα. Δεί δε, ου μακράν έλθόντας ποι, τα τοιαύτα εναργώς ιδείν αλλ' όσα νύν γέγονε τήδε αυτού περί Σικελίαν, των μεν επιχειρούντων δράν, των δε αμύνασθαι τους δρώντας, άκαν άλλοις μυθολογούντες ικανοί γίγνοισθ' αν εκάστοτε διδάσκαλοι, τούτων μεν δή σχεδόν ουκ απορία. C'est ainsi que le tyran est le plus malheureux des hommes , qui sont tous malheureux autour de · lui.

RÉPUBLIQUE, LIV. IX.

CONSEILS

DE PLATON

AUX SYRACUSAINS.

Soyez heureux. Mais comment pourrez-vous répondre au souhait le plus cher de mon cœur ? je vais essayer de vous l'apprendre. Puissent mes conseils être utiles et à tous les Syracusains et même à leurs ennemis ! Le sacrilége seul n'a plus de droit au bonheur : il a perdu l'espérance, et ses crimes sont inexpiables. Vous, écoutez-moi. .

Depuis la chute de la tyrannie , la Sicile entière est divisée : les uns voudraient reprendre le pouvoir absolu ; les autres, en être délivrés pour toujours. En ces temps de discorde , chaque parti n'approuve que ce qui doit faire le plus de mal au 'parti contraire et le plus de bien à sa faction, comme si l'on pouvait ici faire beaucoup de mal aux autres sans en souffrir beaucoup soi-même. Vous n'avez pas besoin d'exemples étrangers ; votre Sicile; déchirée par ceux qui veulent nuire et par ceux qui veulent se défendre , donne à tous les peuples une éclatante leçon : ses malheurs ont dû l'instruire.

Τών δε όσα γένοιτ' άν ή πάσι ξυμφέροντα έχθρούς τε και φίλοις , ή ότι σμικρότατα κακά αμφοίν , ταύτα ούτε ράδιον οράν, ούτε ιδόντα επιτελεϊν. Ευχή δε προσέoικεν η τοιαύτη ξυμβουλή τε και επιχείρησις του λόγου : έστω δή παντάπασι μεν ευχή τις από γαρ θεών χρή πάντα αρχόμενον αεί λέγειν τε και νοεϊν. Επιτελής δ' είη , σημαίνουσα ημίν τοιόνδε τινά λόγον.

Νύν υμίν και τους πολεμίοις σχεδόν, εξ ούπερ γέγονεν ο πόλεμος, ξυγγένεια άρχει μία δια τέλους, ήν ποτε κατέστησαν οι πατέρες υμών εις απορίαν ελθόντες τήν άπασαν, τόθ' ότε κίνδυνος εγένετο έσχατος Σικελία τη των Ελλήνων, υπό Καρχηδονίων ανάστατον όλην έκβαρβαρωθείσαν γενέσθαι. Τότε γαρ είλοντο Διονύσιον μεν, ως νέον και πολεμικών, επί τας του πολέμου πρεπούσας αυτό πράξεις: ξύμβουλον δε, και πρεσβύτερον, Ιππαρίνον· επί σωτηρία της Σικελίας αυτοκράτορας, ώς φασι, τυράννους επονομάζοντες. Και, είτε δή θείαν τις ηγείσθαι βούλεται τύχην και θεόν, είτε την των αρχόντων αρετήν, είτε και το ξυναμφότερον, μετά των τότε πολιτών της σωτηρίας αιτίαν ξυμβήναι γενομένην, έστω ταύτη όπη τις υπολαμβάνει σωτηρία δ' ούν ούτω ξυνέβη τοϊς τότε γενομένοις τοιούτων ούν αυτών γεγονότων, δίκαιόν που τοις σώσασι πάντας χάριν έχειν. Ει δέ τι τον μετέπειτα χρόνον η τυραννίς ουκ ορθώς τη της πόλεως δωρεά κατακέχρηται , τούτων δίκας τας μεν έχει τα δέ τινέτω. Τίνες ούν δή δίκαι αναγκαίως ορθαι γίγνοιντ' αν εκ των υπαρχόντων αυτούς; Ει μεν ραδίως υμείς αποφυγείν οίοί τ'

a

Mais faire du bien ou le moins de mal possible à tous les partis , est un art plus difficile à trouver; et si on le trouve, il n'est pas aisé d'en suiyre les règles. Aussi, lorsque j'ose entreprendre pour yous cette recherche salutaire, c'est comme un veu que j'a dresse aux dieux immortels : oui, c'est un veu que je fais, et toutes nos paroles, tous nos sentimens doivent commencer par les dieux. Qu'ils daignent m'inspirer, et que mon veu soit rempli !

Les Syracusains , et leurs factions mêmes, depuis qu'elles existent, ont obéi sans interruption à une famille royale, que vos pères établirent dans un moment de terreur, quand la Sicile grecque, ravagée par les Carthaginois, fut menacée de devenir barbare. Ils choisirent Denys, jeune guerrier, pour conduire les opérations militaires, et Hipparinus, sage vieillard , pour le conseiller : le danger de la Sicile leur fit accorder à tous deux ce pouvoir absolu, que vous nommez tyrannie. Soit qu'une fortune divine ou un dieu même voulût sauver vos ancêtres, soit que le mérite des chefs, joint à la valeur des troupes, leur donnât la victoire, soit toutes ces causes ensemble, la Sicile fut déliyrée ; et il est juste peut-être de ne pas oublier les libérateurs de la patrie. Si, dans la suite, la tyrannie n'a pas fait un bon usage du présent qu'elle avait reçu de vous, elle en a été punie ; qu'elle , le soit encore. Mais où trouver une juste punition pour de telles fautes ? Si vous pouviez facilement vous soustraire sans de grands périls et de grande PENSÉES DE PLATON.

21

« PrécédentContinuer »