An Analytical French Reader: With English Exercises for Translation and Oral Exercises for Practice in Speaking. Questions on Grammar, with References to the Author's Several Grammars. Paradigms of Verbs, Regular and Irregular

Couverture
Clark & Maynard, 1879 - 347 pages

À l'intérieur du livre

Avis des internautes - Rédiger un commentaire

Aucun commentaire n'a été trouvé aux emplacements habituels.

Autres éditions - Tout afficher

Expressions et termes fréquents

Fréquemment cités

Page 106 - La plus noble conquête que l'homme ait* jamais faite, est celle de ce fier et fougueux animal, qui partage avec lui les fatigues de la guerre et la gloire des combats : aussi intrépide que son maître, le cheval voit le péril et l'affronte ; il se fait* au bruit des armes, il l'aime., il le cherche, et s'anime de la même ardeur.
Page 132 - Un Normand appelé Taillefer poussa son cheval en avant du front de bataille, et entonna le chant des exploits, fameux dans toute la Gaule, de Charlemagne et de Roland. En chantant, il jouait de son épée, la lançait en l'air avec force et la recevait dans sa main droite; les Normands répétaient ses refrains ou criaient: Dieu aide! Dieu aide!
Page 138 - Europe enviaient le sort des croisés et ne pouvaient retenir leurs larmes ; ceux qui allaient chercher la mort en Asie étaient pleins d'espérance et de joie. Parmi les pèlerins partis des côtes de la mer, on remarquait une foule d'hommes qui avaient quitté les îles de l'Océan ; leurs vêtements et leurs armes, qu'on n'avait jamais vus, excitaient la curiosité et la surprise. Ils...
Page 272 - Je crains, tu crains, il craint ; nous craignons, vous craignez, ils craignent. Je craignais, tu craignais, il craignait ; nous craignions, vous craigniez, ils craignaient.
Page 165 - ... lorsque vous le lûtes pour la première fois ? le vieil ormeau et la haie qui vous abritèrent, et le fossé dont le revers vous servit de lit de repos et de table de travail, tandis que la grive chantait la retraite à ses compagnes, et que le pipeau du vacher se perdait dans l'éloignement ? Oh î'que la nuit tombait vite sur ces pages divines...
Page 104 - Qu'elle est belle cette nature cultivée! que par les soins de l'homme elle est brillante et pompeusement parée! Il en fait lui-même le principal ornement ; il en est la production la plus noble : en se multipliant, il en multiplie...
Page 132 - Guillaume, célébra la messe et bénit les troupes, armé d'un haubert sous son rochet; puis il monta un grand coursier blanc, prit un bâton de commandement et fit ranger la cavalerie.
Page 103 - La nature est le trône extérieur de la magnificence divine : l'homme qui la contemple, qui l'étudié, s'élève par degrés au trône intérieur de la toute-puissance...
Page 145 - ... de matelots et masqués. Le roi arriva, la tête haute, promenant de tous côtés ses regards et cherchant le peuple pour lui parler ; mais les troupes couvraient seules la place ; nul ne pouvait approcher ; il se tourna vers Juxon et Tomlinson : « Je ne puis guère être entendu que
Page 274 - Présent. — je prends, tu prends, il prend, nous prenons, vous prenez, ils prennent.

Informations bibliographiques