Traité de la prosodie françoise,

Couverture
Chez les Freres Cramer & Cl. Philibert., 1750 - 202 pages
0 Avis
 

Avis des internautes - Rédiger un commentaire

Aucun commentaire n'a été trouvé aux emplacements habituels.

Pages sélectionnées

Table des matières

Autres éditions - Tout afficher

Expressions et termes fréquents

Fréquemment cités

Page 135 - Ilabe plus rapide , ou par un certain appui qui la rend plus longue : cette efpéce de vibration de la voix , les Grecs l'ont nommée...
Page 7 - S'ils font arbitraires, difpenfons-nous de poufier plus loin nos recherches. S'il» font fixes, il eft honteux de les ignorer. Pour moi, généralement parlant, je fuis porté à les croire arbitraires dans deux, fortes de langues : dans celles qui font encore trop récentes, & dans celles qui n'ont cours que parmi un peuple greffier.
Page 107 - Voflîus (c) nous invite à en reprendre la méthode. Que s'ils ont échoué autrefois, c'eft parce que de mauvais Poetes s'en mêloient; mais qu'aujourd'hui nous en aurions de plus habiles. Je conclus de toutes ces autorités, non pas que nous...
Page 120 - ... autant qu'il recherchera celles qui lui font propres. De là vient qu'en faveur de ces fons mélodieux, que le Poëte feul a droit de nous faire entendre, non feulement nous lui pardonnons des inverfions plus fortes, & plus fréquentes; mais pour le rendre inexcufable, s'il manque à nous flatter l'oreille, nous lui accordons, & plus de liberté dans le choix des mots, & moins de contrainte dans la ftru&ure de Tes phrafes, & plus de hardicflc dans fes tours.
Page 10 - Aihfi e'eft dans tes monurnens de ce temps-là, qu'il faut chercher les premiers veftiges de notre Profodie : & nous y trouverons plus de lumières fur ce fujet, qu'il ne s'en trouve , peut-être , dans toutes les Grammaires, & dans toutes les Rhétoriques imprimées de nos jours.
Page 108 - Or eft- il que tout jugement, qui fe fait par comparaifon, fuppofe qu'on a de quoi former un jugement abfolu. Par conféquent il porte fur des principes, lefquels nous fuffent-ils entièrement inconnus, ou même impénétrables, n'en...
Page 118 - ... un art odieux. Il faut couper nos phrafes à propos. Mais il ya une manière de les couper, qui, bien loin d'interrompre l'harmonie, fert à la continuer, & la rend plus agréable. Car ne confondons pas le ftyle qui n'eft pas périodique, avec le ftyle qui n'eft point lié. On peut n'être pas toujours périodique; il ya même plus de...
Page 25 - Pour la manière de gouverner fa voix , en quoi confifte proprement l'accent, elle ne s'enfeigne point par écrit. On peut envoyer un Opéra en Canada , & il fera chanté à Québec , note pour note , fur le même ton qu'à Paris. Mais on ne fauroit envoyer une phrafe de converfation à Montpellier , ou à 'Bordeaux, &c faire qu'elle y foit prononcée , ^fyllabe pour fyllabe , convnie à la Cour.
Page 91 - Cicéron , cela vient de ce qu'étant (») moins répandues, elles confervent plus fidèler ment l'accent d'une bonne éducation, & rifquent moins de le corrompre par un accent étranger. Cette raifon pouvoit être bonne pour les Dames Romaines : mais il y en a une meilleure pour celles de la Cour & de Paris; c'eft qu'elles ont les organes plus délicats que nous, &-plus d'habitude à discerner ce qui plaît, ou ne plaît point.
Page 18 - Un homme favant poffèd,c le Grec & le Latin : il admire la beauté de ces deux langues, & avec raifon : mais de croire que notre Profodie, fi elle ne reflemble pas en tout à la leur, eft donc nulle, c'eft une erreur. Toutes les langues ont leur génie particulier...

Informations bibliographiques