Nouveau dictionnaire historique: ou Histoire abregée de tous les hommes qui se sont fait un nom par le génie, les talens, les vertus, les erreurs, &c. depuis le commencement du monde jusq'à nos jours; dans laquelle on expose avec impartialité ce que les ecrivains les plus judicieux ont pensé sur le caractère, les moeurs et les ouvrages des hommes célébres dans tous les genres; avec des tables chronologiques, pour réduire en corps d'histoire les articles répandus dans ce dictionnaire, Volume 10

Couverture
Chez Bruyset ainé et comp. e, 1804
 

Avis des internautes - Rédiger un commentaire

Aucun commentaire n'a été trouvé aux emplacements habituels.

Pages sélectionnées

Autres éditions - Tout afficher

Expressions et termes fréquents

Fréquemment cités

Page 561 - Montrez-nous , guerriers magnanimes , Votre vertu dans tout son jour. Voyons comment vos cœurs sublimes Du sort soutiendront le retour. Tant que sa faveur vous seconde , Vous êtes les maîtres du monde ; Votre gloire nous éblouit ; Mais , au moindre revers funeste , Le masque tombe , l'homme reste , Et le héros s'évanouit.
Page 420 - Il a su néanmoins profiter avec habileté des malheurs publics pour se faire cardinal; il a souffert sa prison avec fermeté, et n'a dû sa liberté qu'à sa hardiesse. La paresse l'a soutenu avec gloire, durant plusieurs années, dans l'obscurité d'une vie errante et cachée. Il a conservé l'archevêché de Paris, contre la puissance du cardinal Mazarin; mais après la mort de ce ministre, il s'en est démis, sans connaître ce qu'il faisait, et sans prendre cette conjoncture pour ménager les...
Page 514 - On trouva sur lui un billet ainsi conçu : « Qui que tu sois »qui me trouves gisant, respecte mes restes; ce sont « ceux d'un homme qui consacra toute sa vie à être «utile, et qui est mort comme il a vécu, vertueux
Page 420 - Il a une mémoire extraordinaire, plus de force que de politesse dans ses paroles ; l'humeur facile, de la docilité...
Page 420 - Mazarin pour occuper sa place, il n'a pensé qu'à lui paraître redoutable, et à se flatter de la fausse vanité de lui être opposé. Il a su néanmoins profiter avec...
Page 422 - Il s'est peint lui-même dans ses Mémoires, écrits avec un air de grandeur, une impétuosité de génie et une inégalité qui sont l'image de sa conduite.
Page 315 - Cesse de t'étonner si l'envie animée, Attachant à ton nom sa rouille envenimée, La calomnie en main quelquefois te poursuit. En cela, comme en tout, le ciel qui nous conduit, Racine, fait briller sa profonde sagesse. Le mérite en repos s'endort dans la paresse : Mais par les envieux un génie excité Au comble de son art est mille fois monté.
Page 211 - toujours été maître chez moi, quelquefois chez les « autres : ne m'en faites pas souvenir.
Page 569 - Il est certain que cet esprit de liberté me vient moins d'orgueil que de paresse; mais cette paresse est incroyable; tout l'effarouche; les moindres devoirs de la vie civile lui sont insupportables. Un mot à dire, une lettre à écrire, une visite à faire, dès qu'il le faut, sont pour moi des supplices. Voilà pourquoi, quoique le commerce ordinaire des hommes me soit odieux, l'intime amitié m'est si chère, parce qu'il n'ya plus de devoirs pour elle.
Page 552 - Ce n'est pas que le péril où je me trouve ne soit fort grand , puisqu'au moment où je vous écris les cloches sonnent pour la vingt-deuxième personne qui est morte aujourd'hui. Ce sera pour moi quand il plaira à Dieu.

Informations bibliographiques